15 février 2018

Le TEMPS est un ENFANT qui JOUE - Héraclite

  "Le Temps est un enfant qui joue en déplaçant des pions : royauté d'un enfant" Héraclite fragment 52, traduction de Marcel Conche. Dans ce fragment il est question de l'Aïon, et non de Chronos. Chronos est le temps limité par la mort, ou le temps d'une génération : "la génération égale à trente ans, temps (chonos) dans lequel celui qui a engendré voit celui qui a élé engendré par lui engendrer à son tour" (fragment 19 a). Chronos détermine les étapes et la limite de la vie ; c'est le temps des êtres vivants, nymphes, hommes... [Lire la suite]

15 janvier 2018

POESIE 5 / POESIE TRAVERSIERE (Version remaniée)

                 POESIE TRAVERSIERE                                     PRELUDE                O flûte traversière          Qui donc pourrait savoir          A vibrer de tes trilles de ruisseau et d’oiseau          D’où tu viens, où tu vas,        ... [Lire la suite]
10 décembre 2017

Sur un PONT d'ARAGON(1)

    Un modeste pont en Aragon, mais si joliment voûté, entre deux berges de rocailles et d’herbes sèches. Quelques arbres sous le soleil attendent le printemps. Tout est calme, comme suspendu entre deux saisons. Des oiseaux guillerets se chamaillent dans la broussaille.  Il y a je ne sais quoi d’irréel, de déplacé dans ce tableau, comme si le temps s’était arrêté, abandonnant sur ses rives ce monument d’un autre âge qui évoque de lointaines conquêtes, d’âpres luttes humaines contre les éléments hostiles, de pauvres... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:47 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
10 décembre 2017

Sur un PONT d' ARAGON (2)

  Le même homme ne traverse pas le même pont. Le pont semble le même pour ma conscience, lorsqu'à nouveau je vaticine dans les parages d'Alquezar. Mais moi, suis-je bien le même? Je ne puis qu'évoquer, aujourd'hui, et à jamais, le beau nom d'Héraclite, songeant qu'à la fois, je suis et ne suis pas. Supposons un instant que je sois : mais, d'aventure, serais-je encore celui que je fus, hier, penché, pantelant, comme Atlas sous le poids du monde, et aujourd'hui, bras ouverts, mains ouvertes, vers le ciel criant, au sommet du pont,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 14:58 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 août 2017

Le Chant des Origines, III, 6

                         6    Comme placé aux bords de la mort éternelle  Demande-toi chaque soir ce qu'est ta vie.  Si tu n'existais plus comment serait le monde ?  Les fleuves continuent de couler, les montagnes  Dressent toujours leur cimes altières vers le ciel.  Non, rien ne serait changé : le monde  Demain comme aujourd'hui poursuit son cours.  Toi tu ne seras plus. Toi seul pour toi.  Tu auras passé... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
05 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant sixième 5

            5   Corps-espritUnique danse,Et si parfois courage manqueEt si le désespoir à l'occasionNous saisit et nous glace,Si de sentir toute la douleur du mondeNous étreint, nous écraseSi d'instant en instant notre vie nous échappe,Si nous glissons comme un navire démâtéSur l'océan insensible du temps,- Redresse-toi mon âme, souviens-toiQue toute chose, belle ou laide, se décompose,Souviens-toi que ce moment présentJamais ne reviendra,Que la douleur autant que le plaisirPasse comme passe le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 20:55 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
13 avril 2016

Le REEL du CHANGEMENT : sensations

  D'un certain point de vue, le réel a le même statut que la mort  : absolument certaine, mais inconnaissable en tant que telle. On sait qu'on va mourir, mais on ne sait pas quand, ni comment. A cette différence près, que si le réel est généralement ignoré, voire dénié ou forclos, il n'en reste pas pas moins omniprésent, alors même que nous nous en détournons. Nous vivons dans les représentations, oubliant notre être, pourtant immergé dans le présent du monde. Un être en gésine, toujours à venir et toujours échappé.... [Lire la suite]
18 avril 2009

STELE pour HERACLITE

Sans toi que je suis pauvre, ô Mnémosyne Et comme un trèfle qu'on effeuille Les images, les mots gisant à terre Même l'amour ne garde souvenir! Mais celui qui passa la Grande Muraille N'a souci de songer, de penser, de rêver Les saisons passent comme feuilles Le jour, la nuit, qui peut les dissocier?
Posté par GUY KARL à 10:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,