29 mars 2012

KHAOS et la LUMIERE : Héraclite

    Au début était Khaos, la grande Faille. On encore la Nuit, à entendre comme le fond sans fond précédant toute émanation, source universelle. Du fond sourd, éternellement  jeune, vivante et créatrice, la nature, Physis, en sa prodigieuse prodigalité. Les Chinois disent : la Mère des dix mille êtres, la Femelle obscure. Mais ne soyons pas dupes de la formule : « au début » n’a pas de début, est de tous les débuts, à chaque matin du monde, éternelle aurore qui déjà a lui, qui luit ce matin même,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 mai 2010

NUIT, prélude enténébré

Sentiment de nuit - Je marche, je tombe Je me relève Marche de nuit, Sans savoir où je vais Mais de toute manière, n'importe quoi, n'import' où J'y vais.       Ne pleure pas Sémélè       Tu voulus voir le visage       Céleste de l'Amant       Qui t'engrossa et qui partit.       Vide et nue, de terreur, foudroyée       Tu marches morte dans la nuit. Le petit chat... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
09 février 2010

VAUTOUR du SOIR : tanka

Au pic des vautours Insidieusement s'étale Bleu d'acier le soir. Que serai-je quand s'efface Le songe de la lumière?
Posté par GUY KARL à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 avril 2009

SIGNE : seconde version

Signe, elle était signe, et je ne sais de quoi Et moi je l'aimais d'innocence Sans savoir et sans pouvoir Comprendre d'où venait cet effroi.    Il faut garder précieusement    L'énigme du désir    Ne rien profaner. Dans les forêts impénétrables du coeur Règnent misère et solitude Mais les oiseaux chantent du matin jusqu'au soir Avant la grande nuit qui trempe les noirceurs.
Posté par GUY KARL à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,