25 janvier 2017

CHATEAUX de SABLE : fantaisie

  Voyageant dans le Péloponèse en direction d'Epidaure nous fîmes une petite halte dans une prairie verdoyante, à l'ombre d'un bosquet, comme aurait pu faire Oedipe dans son interminable pérégrination de prince déchu. Il y avait là quelques colonnes de marbre couchées dans l'herbe, des socles brisés, des pierres étalées au hasard, rien qui fût très remarquable : pourtant je n'ai pu oublier ce lieu, ni son nom, Médea, qui entre en résonance avec tant d'autres noms qui chantent dans ma mémoire. C'était très certainement une cité,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 novembre 2015

JOURNAL 6 nov : désidéalisation

  Je m'aperçois qu'au fil de ces chroniques journalières je procède, sans l'avoir prémédité, à une sorte de désidéalisation universelle, et des personnages de mon enfance, et de moi-même au premier chef : je n'épargne rien ni personne, je montre les choses dans leur véracité. Si j'ai pu, un temps, conserver de la nostalgie, tenter de sauvegarder une image plaisante, je vois que le travail de l'écriture, impitoyablement, remet tout à plat, égalise les points de vue, restitue la complexité, structure la temporalité, aiguise le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 août 2015

INTERLUDE IV

                              Le CHANT des SIRENES     "Et rose elle a vécu ce que vivent les roses..." Le vers, dans une respiration légère, balance délicatement entre "rose", sur le seuil, et "les roses", à la fin, ouvertes comme des corolles. La banalité du propos est transfigurée par le rythme, et l'usage de la rime intérieure, qui donne une sorte de halo suggestif et de vibration infinie. Ajoutez-y la splendeur du ô, rond comme un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 01:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
05 mars 2013

De la NOSTAGIE : analyse d'une passion

    "La nostagie n'est plus ce qu'elle était" écrivait une actrice célèbre. Je pense, tout au contraire, que sous des oripeaux infiniment variés, elle est toujours la même, identique à soi même, invariable et éternelle. Douleur du retour impossible, mal du pays, mélancolie rampante, le sujet captif du passé, remâchant sa déconvenue est pareil à Ulysse dans la caverne de Calypso :   "Le jour il se tenait assis sur les rocs de la grêve   Le coeur brisé de larmes, de soupirs et de tristesse   Et promenant... [Lire la suite]
28 février 2013

CHANSON du NOSTALGIQUE : poème sapphique

     O Muse, toi la perdue,  l'insaisissable    J'ai tant crié vers toi, tant imploré      Ton retour, mais tu ne reviens pas, tu creuses        Sans fin la chair de mon amour!     Mais ton image je la garde, ineffaçable    Dans tout ce qui séduit de par le monde      Et scintille et miroite, et qui s'efface        Hélas, et qui revient encore.    Poète, c'est le destin de l'homme seul, ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:35 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
17 septembre 2009

BOUZOUKI : pour SAPPHO

Je passe ma vie à ne rien faire Je suis très heureux La brise berce doucement mes rêves J'aime la beauté, la vie, le bel amour J'écoute la mer Ma pipe fume comme un encensoir.          Bouzouki bouzouki          De quoi me chantes-tu bouzouki          De quelle histoire oubliée          De crime, d'amour, de mer Egée? Oedipe avait un oeil en trop peut-être Et cet... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 septembre 2009

ADIEU à SAPPHO

Adieu, émouvante, sublime Sappho!    Ce que tu fus pour moi nul ne peut le dire.       Dans le désert brûlant de notre mémoire            Tu étais la beauté L'indicible, la merveille à tout jamais     Perdue, et qui nous hante, et qui nous travaille         Dans la douleur des choses qui s'effilochent            Qui vivent de mourir. Tu as vécu de désirer!... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 juin 2009

D' un BONHEUR en deça du DESIR

La question du désir est au coeur de nos vies - et depuis Platon au coeur de ce qu'on appellle Philosophie. Philosophie : amour de la sagesse, ce qui implique désir de ce qu'on n' a pas, ajoutons pour notre propre compte, de ce qu'on a vraisemblablement perdu. En toute logique, et contre l'opinion commune qui pose la sagesse dans un avenir lointain, voire inaccessible dont la philosophie serait la voie d'accès, il faut poser que la sagesse est strictement antérieure à toute quête philosophique. Il en va de la sagesse comme de... [Lire la suite]