26 juillet 2017

La NATURE et l'ESPRIT : le dia-bolon

  "L'esprit n'est pas au début, pas à la source" écrivait Hölderlin. La source universelle c'est évidemment la nature, entendue au sens le plus large et le plus englobant. Ou encore "l'abîme", selon le mot de Démocrite. Quoi que l'on fasse, elle reste l'insondable, la mystérieuse, l'impénétrable. "La femelle obscure". C'est dire implicitement que l'esprit ne peut naître que d'un déchirement, d'une rupture, d'une distanciation dans la dualité : dia-bolon, oeuvre du diable, séparation et solitude. L'homme se pose en s'opposant.... [Lire la suite]

25 juillet 2017

Du RAPPORT à la NATURE : "La maison du berger" de VIGNY

    Dans "La maison du berger" Vigny expose ses sentiments à l'égard de la nature, ambigüs, hésitant entre le sublime de beauté et le sublime de terreur. Au début de ce vaste poème symphonique il invite Eva à quitter l'esclavage des villes pour gagner "les grands bois et les champs". Suit une strophe extraordinaire, d'une beauté et d'une musicalité absolues, que je ne peux que citer en entier :                  La Nature t'attend dans un silence austère      ... [Lire la suite]
24 juillet 2017

Le TEMPS de la NATURE et le TEMPS de l' HOMME

    Le temps de la nature n'est pas le temps de l'homme. Dans une sorte de projection hyperbolique on a voulu imposer à la nature les catégories de la pensée humaine, laquelle est déterminée par les bornes infranchissables du commencement et de la fin. Tout mouvement, tout processus, physique ou mental, chez nous, s'inscrit dans ce cadre, à commencer par l'existence elle-même : nous sommes bien les "mortels" (thnètoi), et c'est en mortels que nous nous représentons toutes choses. De là cette idée, assez généralement... [Lire la suite]
16 juillet 2017

LE CHANT DES ORIGINES : Chant Premier (2)

                          CHANT PREMIER                                     2       Au début n'était pas le Verbe, ce bavard intempestif   Ni l'action, n'en déplaise au poète,   Car il n'y eut jamais de début dans la nature   Qui de toujours et pour toujours jette les dix mille êtres   Au risque de naître, de vivre et de périr, ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
08 juillet 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant Quatrième, 1

CHANT QUATRIEME 1 Salut à toi, pur génie de la GrèceToi le premier qui sut par delà les abîmesSur les blanches ailes d'un esprit souverainParcourir les immenses territoires du mondeExplorant les terres hellènes aux beaux chevauxEt traversant les mers, les dunes jaunes des désertsDu haut des cimes visiter les gouffres amersQue l'imagination peuplait de monstres, de TitansHideux, polymorphes et terrifiants.Tu as su, suivant le bel exemple d'HéraklèsPurger les écuries de l'âme, dissiper les frayeursEn toutes choses révéler le seul... [Lire la suite]
23 novembre 2015

NATURE- CULTURE : une illusion ?

  L'opposition nature-culture soutient, depuis un certain temps, la pensée anthropologique, et cela avec raison : toutes les sociétés humaines connues organisent de manière originale la séparation d'avec l'instance naturelle par l'instauration d'interdits, lesquels délimitent le champ humain en créant les institutions, dont la fonction, en dernier ressort, est de garantir la satisfaction des besoins par des voies conventionnelles. L'artefact vient remplacer la voie naturelle, sans l'abolir tout à fait. A la voie directe de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2015

NATURE, antidote au monstrueux

      Voici une page extraite de mon ouvrage "De la Faille et de la Vérité" qui présente un commentaire d'une phrase de Goethe, laquelle me travaille ces temps-ci, comme antidote nécessaire et bien-venu à l'agitation où nous sommes depuis peu. Ma question, face à la tumultuaire emprise de l'actualité sur les esprits, à l'impuissance où nous sommes d'agir par nous-mêmes et de changer l'état des choses, est celle-ci : comment mettre en place un filtre psychique qui nous évite de sombrer dans le désespoir, la haine ou... [Lire la suite]
24 novembre 2013

De la CIBLE INTERIEURE

    La cible véritable, celle qui devrait nous tenir lieu de fin et de loi, c'est la cible intérieure, qui, bien conçue, bien positionnée, est à la fois le soi et le tout. Nous nous perdons tout autour de nous, courant, nous démenant, trépidants comme des diables pris de folie, alors que l'humble et magnifique secret est qu'il n' y a rien à trouver qui ne soit déjà là, toujours déjà présent dans l'intimité féconde de notre coeur. Les anciennes traditions enseignaient la congruence merveilleuse de l'intériorité subjective... [Lire la suite]
26 septembre 2012

De la LIBERTE de NATURE

            Il est impossible de démontrer la liberté si toute démonstration requiert l’usage de la causalité. Selon cette dernière tout acte est précédé d’un autre acte, ou d’une motivation agissant comme cause, si bien qu’aucun acte libre n’est possible.  Mais tout cela est bien théorique, et la pensée, ici comme ailleurs ne montre rien d’autre que ses inévitables limites. Si je veux faire une expérience de la liberté il me faut me tourner vers l’action : je ne sais s’il existe quelque... [Lire la suite]
30 mai 2010

Théorie et pratique

Nos considérations pyrrhoniennes vous ont peut-être plongés dans un abîme de perplexité. Si c'est le cas, bravo, vous êtes en bonne voie! On ne saurait philosopher véritablement sans sombrer de temps en temps dans une "aporie", une absence de ressources, de certitude et de repère. Bien entendu il n'est pas bon de s'y installer comme dans un nid douillet (Montaigne) ou d'y crever de désespoir. La leçon pyrrhonienne est rude. Mais je crois qu'il faut y passer, comme dans un entonnoir, ou comme dans le ventre de la baleine, en... [Lire la suite]