07 décembre 2017

Leçon de la SOLITUDE

  On craint la solitude, on l'exècre, on la fuit. On court de droite et de gauche, on se divertit de tout et de rien. Nez au vent, à l'affût de la moindre diversion, on s'excite, on se pâme. Mais la solitude revient toujours. Eh quoi, que voulez vous fuir, si ce n'est vous-même ? Puis vient l'heure blême devant le miroir, l'étonnement du temps qui passe, qui ravage, et les rides, et les tourments de l'âme. Quoi ! Encore une journée, une année de passée, et moi, que vais-je devenir si tout s'en va, et moi de même ? Quel recours... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 janvier 2016

VERITE TRIVIALE

  C'est une vérité triviale, banale à souhait... et terrible. Ce petit chien, dans quelque temps, sera mort. Il y eut des milliers de petits chiens, semblables à celui-ci, depuis les origines, et nul ne s'en souvient. Eux-mêmes, qu'en savent-ils ? Cette question nous semble sans intérêt, nous nous hypnotisons sur le destin des hommes. Soit. Mais alors quelle est la différence entre le petit chien et nous ? Les hommes d'autrefois, je veux dire des âges lointains du paléolithique, ont-ils vu une différence entre le destin de la... [Lire la suite]
30 août 2011

POURQUOI la DECLINAISON ? de l'ESPACE INFINI

La physique ancienne, de Thalès à Aristote, distingue dans l'espace des pôles d'attraction et de répulsion, des secteurs de valeurs différentielles. Le ciel est pensé comme sphère du divin, lieu intelligible, modèle de toute perfection. Tout en bas le domaine sublunaire, et la terre entre les deux. La physique traditionnelle est projective et animiste : la nature incarne et représente les diverses tendances de la psyché, le haut et le bas, le fort et le faible, le parfait et l'imparfait, le sensible et l'intelligible, le divin... [Lire la suite]