08 février 2019

Du MOUVEMENT PERPETUEL : d'Anaximandre à Démocrite

  La matrice originelle de la philosophie véritable se trouve selon moi dans la pensée d'Anaximandre : de l'apeiron (l'illimité) procède la naissance des choses et à lui elles retournent, selon l'ordre du temps. Mouvement ininterompu de création et de dissolution, génération et destruction perpétuelles. Mais pour donner une extension maximale à cette idée il faut se garder de concevoir l'apeiron comme distinct des choses, comme une origine temporelle, comme un principe séparé de sa manifestation : l'apeiron est le mouvement... [Lire la suite]

13 décembre 2016

CONTRE le SORTILEGE de l'UN

  Mon adversaire philosophique personnel, celui que je combattrai jusqu'au dernier jour de ma vie, c'est le fétichisme de l'Un. De là viennent tous les maux du monde : Un dieu, Un Etat, Une Vérité, et tant qu'à faire, Un seul sexe, universel et omnipotent. Cela est bien ridicule, et contraire à la première observation venue qui n ous montre partout la diversité insommable, la contrariété, le multiple "ondoyant et divers" - en précisant que dans l'ancienne langue "divers" signifie moins la multiplicité pure que la contrariété :... [Lire la suite]
08 décembre 2009

ODE pour APOLLON

De tous les dieux Apollon c'est toi que je préfère Et Artémis ta soeur jumelle Chasseresse, enfanteresse Eternellement chaste et jusque dans l'amour Fidèle au jour qui t'enfanta! Je n'ai plus souvenir de tout ce que je sais J'ai oublié tout ce que j'ai appris Je ne suis plus que ce regard ébloui qui se délivre Dans le regard immense, infiniment ouvert Multiple, excentrique du dieu Qui a nom Univers.
Posté par GUY KARL à 17:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
10 mai 2009

DU FONDEMENT ABSOLU

A y réfléchir de plus près je crois avoir trouvé le fondement absolu, non seulement pour ma propre subjectivité, mais celui de toutes choses. Ce n'est pas le Grand Autre, ni Dieu, ni le Grand Brahman, ni l'ordre symbolique, toujours relatif et chancelant, bien qu'indispensable, ni évidemment le Moi qui ne fonde que le délire, ni un quelconque dogme en usage ou mésusage parmi les hommes. C'est si simple que je rougis d'avoir eu tant de mal à le trouver. Le fondement c'est la "somme de toutes les sommes" (summa summarum de... [Lire la suite]