10 février 2017

De la CERTITUDE : du "il y a" et de la mortalité

  "La philosophie est une activité (energeia) qui par des discours et des raisonnements nous procure la vie heureuse". Activité de pensée qui agit par discours et raisonnements. Le discours est la mise en forme de la vérité, son exposition raisonnée, comme fait Epicure dans la Lettre à Hérodote qui présente le système du monde, ou comme dans la Lettre à Ménécée qui donne un exposé de la méthode du bonheur. Les raisonnements (logismoi) sont plus importants encore, c'est par eux que la connaissance peut se fonder sur le réel comme... [Lire la suite]

01 février 2017

De la MORTALITE de l'AUTRE

  Envisager sa propre mort comme une certitude imparable ne me semble pas une chose impossible. Surtout si lors d'une opération périlleuse, et de nombreuses complications adjacentes, vous avez frôlé la catastrophe. Après cela la vie vous semble bien différente, essentiellement incertaine et précaire. Vous développez une sensibilité de rescapé, considérant toutes choses sous l'angle de l'impermanence : tout ce que vous vivez pourrait ne pas être, il suffit pour cela d'une petite modification vasculaire, d'un caillot, d'un arrêt... [Lire la suite]
31 août 2015

JOURNAL : ANNIVERSAIRE

  J'entame ce jour même ma septième décennie. A dire vrai je ne pensais pas, jadis, atteindre un âge aussi respectable, encore que cela n'ait rien d'exceptionnel de nos jours. A croire nos spécialistes de la santé on gagne chaque année quelques mois de longévité, si bien que plus on vieillit plus on allonge sa vie, ce qui me semble un joli paradoxe, à la fois prometteur et parfaitement ridicule : à ce train-là comment peut-on faire pour mourir ? Notre époque fourmille de paradoxes de ce genre, comme on voit dans les usines à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
30 janvier 2015

Les TROIS PILIERS de la VERITE

  Je ne puis nullement me satisfaire d'une position strictement relativiste, selon laquelle il ne peut y avoir de vérité qui tienne, que la vérité est une chimère, ou un idéal inaccessible. Ce positionnement peut se défendre dans le domaine du savoir, lequel, comme chacun sait, est évolutif, contingent, amendable et perfectible, mais, sous l'aplomb d'une évidence première, remarquablement établie par Démocrite : "L'homme doit connaître au moyen de la règle que voici : il est écarté de la réalité". La première vérité, universelle... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:04 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
19 mars 2013

Du SAVOIR de la MORTALITE

      Lacan écrivait : "j'ai vécu de me savoir mortel". L'idée est claire : c'est le savoir de la mortalité qui donne à l'être humain son identitité spécifique, bien différente des animaux et des dieux. L'animal semble tout ignorer de son destin, et le dieu est par essence immortel. Ce savoir donne à l'existence une gravité, une densité toutes particulières. Mais c'est un savoir fort incomplet, car si on sait que l'on meurt on ne sait pas quand. A l'angoisse inévitable de la fin s'ajoute l'angoisse d'un non-savoir... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
04 juin 2010

CE QUE VIVENT LES ROSES

"Et rose elle a vécu ce que vivent les roses             L'espace d'un matin" (Malherbe) Ce que vivent les roses, qu'en pouvons nous savoir? Et pourtant cette connaissance nous serait fort utile, bien plus que tant de savoirs qui nous encombrent... Depuis ce matin je suis hanté par ces deux vers de Malherbe, entre agacemant et allégresse. Je n'apprécie plus guère la musique, de ce qu'elle me colle à la mémoire, comme le shwinggom du Capitaine Haddock dans "Vol 714 pour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,