27 janvier 2017

ETRE et AVOIR ETE

  Pour la première fois je me pose une question troublante : après ma mort que devriendra ce blog, qui est, à tout prendre, mon oeuvre personnelle, celle à laquelle j'ai donné le meilleur de moi-même ? Certes, sauf catastrophe majeure, ces pages resteront accessibles quelque temps aux lecteurs curieux d'étrangetés, mais bientôt tout cela sera définitivement oublié, effacé par ces milliards de contributions qui fleurissent de par le monde, dans cette avalanche ininterrompue de nouvelles, de messages, de curosités de toutes... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 janvier 2016

La DEGRADATION et la VIE : LUCRECE

    La déclinaison, qui fait surgir les mondes, les êtres et les choses, va, selon sa nature, au déclin. Courbe naissante, courbe au zénith, courbe descendante, qui va rejoindre fatalement la grande cataracte, la pluie morne de la mort. La vie est une exception miraculeuse dans le grand équilibre de la mort éternelle. Il n' y a pas de retour : contrairement à la thèse stoïcienne, Socrate ne reviendra pas. Mais ailleurs, en des temps et des lieux inassignables, d'autres combinaisons, issues de la déclinaison, feront naître... [Lire la suite]
04 novembre 2015

JOURNAL - 4 nov : de la mort

  Chaque année qui commence je me dis que ce sera sans doute la dernière. Je vis en sursis, ce qui, en somme, est le lot commun de tous les mortels, leur définition. D'avoir si souvent fêté mon anniversaire ne m'a pas rendu plus sage, tout au plus un peu moins chatouilleux, moins colérique, moins pressé. Et d'avoir frôlé la mort, de très près, d'avoir entendu siffler à mes oreilles le chant funèbre d'Hadès, m'a convaincu, plus que tout, de l'inanité de nos désirs, de nos efforts et de nos espérances. Par un certain côté de mon... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mai 2014

VIVRE et MOURIR : la même chose ?

    Une jeune Coréenne qui vivait en France me dit un jour : "Vous les Occidentaux vous placez la mort au terme de la vie. Nous en Orient nous considérons que la mort accompagne la vie à chaque instant. C'est l'autre face. Nous vivons la vie avec la conscience permanente de la mort". Sur le moment je n'ai pas vraiment compris ce propos, si ce n'est intellectuellement. Mais le sens réel m'était inaccessible. Je me demande à présent si le mot "mort" recouvre dans les deux cas la même réalité. Pour les uns la mort est le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:14 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags : ,
26 août 2013

Le PARADOXE EPICURIEN : mort et immortalité

    Si l'on veut saisir pleinement le sens et la portée de l'éthique épicurienne il faut se rendre sensible à cette tension - ce tonos, cette tonique - très particulière qui la sous-tend, et que je traduirai par la formule suivante : vivre mortel d'une vie immortelle. Ce paradoxe est absolument central, il importe d'en saisir l'esprit sans verser dans les chimères de l'idéalisme. Premier point : il n' y a aucune parade à la mort individuelle : "Face à la mort nous sommes tous une citadelle sans défense". La vie que nous... [Lire la suite]
21 août 2012

La TRAVERSEE de l' ACHERON

        « Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron »… Cette double traversée, avec l’incertitude vitale qui l’accompagne, donne à l’existence une couleur très particulière, comme une suspension dans le vide, une sorte de vol horizontal sur place, une langueur quasi italienne, comme un long crépuscule toscan, entre vignes et bosquets, un halo de brume rose et bleue, une subtile touche d’indifférence amusée, vaguement inquiète, débonnaire et désabusée. Je n’ai plus de ces angoisses ravageuses qui... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 février 2012

EURIPIDE : du néant de la mort

Troie est rasée. Tous les guerriers massacrés. Priam  égorgé. Les Grecs vainqueurs se partagent, comme du bétail, les femmes survivantes. Andromaque, l’épouse d’Hector, est attribuée au fils d’Achille, lequel, après avoir tué Hector, traîna la dépouille du héros troyen, attelé à son char, tout autour des murailles de la ville. Andromaque, fidèle à la mémoire de son époux bien aimé, ne peut se résoudre à des noces infâmantes, et songe à mettre fin à ses jours. Voici un bref passage du dialogue entre Hécube, femme de Priam,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 juillet 2010

Du REEL d'ABSENCE

La sensation vraie, gracieusement, nous offre le réel de présence : le monde où nous sommes, où nous nous ébattons, où nous souffrons, où nous jouissons. A nous d'apprendre à jouir, à nous réjouir dans l'évidence des choses qui sont. Et la mort direz-vous? Mais où voyez-vous que nous rencontrons la mort? "Quand je suis la mort n'est pas, quand la mort est je ne suis plus". La mort c'est le rendez-vous toujours manqué. La mort est en quelque sorte le modèle de l'irréel, sa forme absolue. Le monde d'Epicure est un monde de la... [Lire la suite]
19 mai 2010

VIE ET MORT

Le remarque-t-on suffisamment? Qui donne la vie donne la mort. Un millième de seconde suffit pour vous destiner au trépas. La vraie opposition à la mort n'est pas la vie, mais la naissance. Naissance et mort font couple, selon le jeu des contraires inséparablement unis que définit Héraclite. Naître et mourir, c'est une seule et même chose. De même, pour mourir, il faut être déjà être né. Tenailles de la nécessité, vérité du Logos. Il faudrait penser une triade originelle, et considérer la vie comme cela qui englobe et le naître et... [Lire la suite]