11 octobre 2018

PYRRHON à ELIS

  La cité d'Elis, dans le nord-ouest du Péloponèse, était célèbre à double titre : elle avait la garde du site sanctuarisé d'Olympie qui accueillait tous les quatre ans les Jeux. Cette noble fontion lui assurait une sorte d'inviolabilité, fort appréciable en ces temps troublés où les Macédoniens dominaient la Grèce. Elis était également la seule ville qui possédât un temple en l'honneur d'Hadès : singularité de plus, si l'on songe qu'Hadès est le dieu des Enfers, le dieu "riche" (Pluton) qui recueille la foule intarissable des... [Lire la suite]

22 septembre 2018

De l'IMMORTALITE : aphorisme

  Il y a deux sortes d'immortalité : celle des dieux et celle des hommes. Les dieux, "incorruptibles et bienheureux", ne sauraient mourir. Les hommes, une fois morts, ne peuvent plus mourir. La première est une immortalité positive, manifestant la plénitude de la vie, la seconde négative, exprimant fortement cette vérité incontournable que la vie n'est qu'une parenthèse, "un éclair dans le cours infini d'une mort éternelle" (Montaigne). Toute l'astuce des religions fut de faire passer la seconde forme d'immortalité pour la... [Lire la suite]
12 septembre 2018

AUTOPSIE de la MORT

               "La mort ne nous fait rien. Ce qui est décomposé ne sent point, et ce qui ne                                                 sent point ne nous fait rien". Epicure SV 2     Réduction analytique : dégrossir les représentations inspirées par la crainte - crainte des dieux, crainte de la mort - mais aussi des autres craintes plus diffuses, tapies... [Lire la suite]
01 juin 2018

TOMBE EGYPTIENNE : journal du 1 juin 2018

  L'actuel maître de l'Egypte, s'inspirant de l'exemple de Ramsès II je suppose, a décidé la construction d'une nouvelle capitale en plein désert, au sud du Caire. Du coup j'ai fait cette nuit un rêve égyptien, ce qui m'arrive assez souvent : j'avoue une fascination perdurante à l'égard de cette ancienne civilisation qui représente l'envers exact de mes choix existentiels. J'y vois une constante méditation de la mort, avec, pour pendant, l'effort pathétique vers l'immortalité : mausolées, pyramides gigantesques destinées à... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
12 mars 2018

De la MORT de SCHOPENHAUER

  Après son déjeuner, comme il fait tous les jours, il va s'asseoir dans son fauteuil pour une petite sieste réparatrice. Il s'endort doucement. Quand la bonne, un peu plus tard, vient dans le salon, elle s'aperçoit qu'il est mort. Ainsi donc il a glissé insensiblement du sommeil dans la mort. Il ne s'est rendu compte de rien, il était vivant, il n'est plus. Le plus remarquable en cette affaire c'est qu'il ne sait pas qu'il est mort. Il ne l'a pas vue venir, il n'a pu s'y préparer, l'anticiper, la redouter ou la souhaiter :... [Lire la suite]
13 février 2018

POUSSIERE - fantaisie

  Voici un petit bijou, trouvé dans "Le sourire du Tao" de Lawrence Durrell, page 68 : "Le poète est quelqu'un que la mort ne peut surprendre car il l'habite déjà en imagination, grâce à ses poèmes". Je ne puis savoir en quel sens l'auteur entend cette maxime, mais elle résonne en moi comme une voix familière. Poétiser c'est voir, entendre, goûter les choses sous l'angle de l'éternité, laquelle ne signifie pas que les choses soient figées dans leur être, immuables et impérissables, tout au contraire elles ne font que passer,... [Lire la suite]

29 janvier 2018

MELANCOLIE de l' ART

          "O vraiment, marâtre nature       Puisqu'une telle fleur ne dure       Que du matin jusques au soir !"   Ce sentiment-là, devenu si banal dans la littérature, si convenu, il faut le reprendre à la source pour en mesurer l'inépuisable puissance d'évocation. Qu'on le répète et régurgite à l'infini, cela ne change rien, cela n'en amoindrit nullement l'imparable vérité. Toute poésie de là s'origine, y puise son inspiration, y déroule les méandres de sa mélancolie.... [Lire la suite]
07 décembre 2017

Leçon de la SOLITUDE

  On craint la solitude, on l'exècre, on la fuit. On court de droite et de gauche, on se divertit de tout et de rien. Nez au vent, à l'affût de la moindre diversion, on s'excite, on se pâme. Mais la solitude revient toujours. Eh quoi, que voulez vous fuir, si ce n'est vous-même ? Puis vient l'heure blême devant le miroir, l'étonnement du temps qui passe, qui ravage, et les rides, et les tourments de l'âme. Quoi ! Encore une journée, une année de passée, et moi, que vais-je devenir si tout s'en va, et moi de même ? Quel recours... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
25 octobre 2017

Le CHEMIN de VIE : sur la mort de Gauguin

  1903, îles Marquises. Gauguin est mourant, Gauguin se meurt dans la plus grande solitude et le dénuement le plus total. Je le vois, gémissant sur sa couche de feuilles sèches, le regard perdu, tordu de douleur au bord de l'abîme. Et je m'interroge : que peut ressentir un Gauguin en cette extrémité, quelle image vient à présent le torturer, ou le ravir, le seconder dans cette ultime épreuve ? Dans cette souffrance christique de l'abandon, quelle sera sa consolation ? Que pense-t-il à présent de ce gigantesque projet qui l'a... [Lire la suite]
19 octobre 2017

NUIT des AGES : poème

                      NUIT des AGES                          Elle, la tant aimée la tant haïe            Elle était le génie sacré de l'univers            Qui de sa main négligente            Versait comme des grains de blé            D'innombrables étoiles        ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,