21 juillet 2017

La LETTRE et l'ESPRIT de la CULTURE (2) : du destin de l'Occident

    Le poème "Pain et Vin" commence par le tableau du soir et de la nuit qui vient : c'est une méditation sur le temps, sur les variations du temps, sur le rapport entre le jour et la nuit, qui ne laisse pas de faire songer à Héraclite, lequel avait affirmé l'unité irréductible du jour et de la nuit : ils sont le même, écrivait-il. Or nous voici, historiquement, au crépuscule, sous l'aplomb de la nuit qui vient. Mais alors l'esprit va-t-il disparaître, nous plongeant dans l'indéterminé et le chaos ? Le poète évoque alors... [Lire la suite]

03 septembre 2010

PENSEE de la LIMITE : EPICURE THERAPEUTE

Le jouisseur, le débauché, l'ambitieux, l'avare - en somme tout homme qui est ravagé par le désir de l'illimité est nécessairement malheureux, s'il est évident qu'il compte toujours ce qui lui manque - et qui fuit comme de l'eau dans un vase percé - plus que ce qu'il possède, et dont il puisse naturellemnt jouir. Le désir est spontanément infini, se déplaçant sans fin d'un objet à l'autre, d'une illusion à l'autre. Que chacun s'examine avec lucidité, il verra très vite qu'il court sans cesse, halluciné par des simulacres de jouissance... [Lire la suite]