16 octobre 2018

De la MALADIE de l'AME : Diogène d'Oenanda

  "Voyant que la plupart des hommes sont malades de fausses opinions sur les choses et n'écoutent pas le corps, les plaintes importantes et justes qu'il porte contre l'âme, à savoir que, par elle il est tourmenté injustement, accablé et entraîné vers des choses non nécessaires....nous avons voulu venir au secours des hommes de bonne composition". Dans ce passage Diogène d'Oenanda nous livre un diagnostic médical : la maladie vient d'un enflure de l'âme lorsqu'elle se laisse aller à des aspirations infinies qui nous vouent à... [Lire la suite]

08 novembre 2016

De la SANTE

  Qu'est ce que la santé ? On l'éprouve, ou on ne l'éprouve pas, et c'est décisif. C'est un certain état interne qui rend possible le mouvement, l'action et la création. Hors de quoi ce n'est pas de la santé, même si on ne souffre d'aucune maladie manifeste. Takuan, un moine bouddhiste, parlait de la mobilité immobile et de l'immobilité mobile : c'est l'état calme du pratiquant qui ne s'agite pas, ne se dépense pas en vaines gesticulations, mais qui, dans l'immobilité apparente, est parfaitement lucide et prêt au combat. Ferme... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 septembre 2015

JOURNAL : 11 septembre 2015

  Lors des interventions chirurgicales que j'ai subies récemment, j'ai connu un épisode sévère de septicémie qui faillit m'emporter. J'étais entre la vie et la mort. C'est alors que j'eus cette pensée, que j'ai d'ailleurs formulée à l'adresse de mon épouse : "Ce serait bien dommage de mourir maintenant, il me reste des choses intéressantes à vivre". Les antibiotiques vinrent à bout de l'infection, et je retrouvai la santé - très relative, mais réelle.  La probité me fera dire que je vis mieux, psychiquement, depuis lors,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
11 mars 2014

SAGESSE du CORPS : de la santé latente

    Ce qui m'a sauvé jusqu'ici, sustenté au dessus des pires abîmes, alors que de toute ma carcasse je tremblais dans le désarroi, incertain de tout et de moi plus encore, suspendant toute croyance dont le fond misérable et controuvé ruinait toute possibilté de croire - ce qui m'a sauvé c'est une inexplicable disposition fondamentale, une certaine forme de santé latente, d'autant plus étrange et inexplicable que par ailleurs l'édifice craquait comme une mansarde délabrée - une santé du corps, plus ferme et résistante que... [Lire la suite]