02 avril 2019

Et TOUT est DEPEUPLE

  Renversant le vers célèbre "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé" un auteur écrit "Un seul être vous manque et tout en est peuplé". Cette idée est très juste. Elle décrit une réalité ordinairement mal perçue. Dans le premier vers on désigne l'épreuve de la perte qui entraîne un sentimant poignant de déréalisation universelle. C'est en effet ce qui se passe dans le deuil. Le second vers introduit un paradoxe qui peut étonner : on croit que tout est dépeuplé, troué par le manque, dévitalisé - ce qui correspond à un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

29 mars 2019

DEUIL et MELANCOLIE

  Dans l'expérience douloureuse de la perte, celle d'un être cher, d'une amitié, d'un idéal, la vraie question est de savoir ce que dans l'objet nous perdons, dont la chute nous affecte au plus vif. Freud avait remarqué, au sujet du deuil, que si nous savons consciemment QUI nous perdons, nous ne savons pas Ce que nous perdons, ou si l'on veut, ce que le défunt représentait pour nous, dans les arcanes de notre inconscient. Sans doute une certaine image qui nous faisait plaisir, une certaine qualité d'être qui nous apportait des... [Lire la suite]
26 mars 2019

Au JARDIN de MELANCOLIE : Guillaume Apollinaire

  Guillaume Apollinaire écrit dans "Alcools" :           L'anémone et l'ancolie         Ont poussé dans le jardin         Où dort la mélancolie         Entre l'amour et le dédain   Faire rimer ancolie et mélancolie, ça c'est une trouvaille ! Ancolie : aquilegus, qui recueille de l'eau ; fleur à cinq éperons et de couleurs variées, si j'en crois le Larousse. Mais je suis persuadé, par connaturalité poétique, que Apollinaire s'est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 mars 2019

Un NEANDERTHAL PHILOSOPHE

  Haute gloire aux grands esprits qui sont la couronne de l'humanité ! Ils sont les quelques uns, les rares qui nous inspirent encore, par ces temps difficiles où l'on doute sérieusement de l'avenir, quand le présent s'obscurcit comme une nuée d'orage. Ils étaient quelques uns qui avaient dessiné une certaine image de l'homme que nous avions intégrée comme une donnée fondamentale et irréversible, mais il est possible que de cela il ne reste plus rien dans les décennies qui viennent. Moi même je me représente de plus en plus... [Lire la suite]
21 décembre 2018

MELANCHOLIA IV : de la connaissance mélancolique

  Thomas Mann, qui connaissait bien l'oeuvre de Freud, a déclaré que la psychanalyse est "une connaissance mélancolique". Que faut-il entendre par là ? On ne saurait se contenter de l'idée trop facile que la psychanalyse serait triste ou engendrerait une vision triste de l'existence. Une des qualités majeures que depuis toujours on reconnaît au mélancolique c'est la lucidité, la perspicacité : en voilà un qui ne s'en laisse pas compter, qui voit en toute chose ce que les autres n'y voient pas, qui décèle dans le jeu des passions... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
20 décembre 2018

MELANCOLIA III : HIPPOCRATE et DEMOCRITE

  Une autre source importante pour la constitution d'un discours sur la mélancolie sera le délicieux petit roman par lettres intitulé "Sur le rire et la folie", attribué à Hippocrate, mais sans doute de rédaction plus tardive. Les habitants d'Abdère, craignant pour la santé mentale de Démocrite "qui rit de tout et de tous", ne respecte rien et semble possédé par quelque démon malfaisant, font appel à Hippocrate pour qu'il délivre un diagnostic ad hoc. Avant de statuer, en artisan avisé, Hippocrate s'informe. Il ne croit pas... [Lire la suite]

19 décembre 2018

MELANCHOLIA II : de l'excès et de l'exception

  Voilà deux jours que je suis titillé par une question qui m'est venue au décours de ma relecture du Traité d'Aristote "L'homme de génie et la mélancolie" et du brillant commentaire qu'en donne Jackie Pigeaud (ed.Rivages). C'est l'idée qui apparaît en sourdine, discrète mais insistante, d'un surplus, d'un excès, d'une ex-ception par rapport au régime ordinaire, "normal" de la vie psychique. Le traité invoque l'action de la bile noire, considérée tantôt comme un fait de nature qui détermine un tempérament (le tempérament... [Lire la suite]
17 décembre 2018

MELANCHOLIA : la bile noire

  Le petit traité attribué à Aristote "L'homme de génie et la mélancolie" a connu à travers les siècles un immense succès. Il servit longtemps de référence aux médecins et aux aliénistes pour tenter de comprendre cette étrange pathologie que depuis lors on nomme mélancolie, la bile noire. L'auteur du traité considère positivement que cette affection est déterminée par des causes physiologiques, rompant avec d'anciennes traditions qui invoquaient l'action des dieux ou quelque dérangement mentaL S'il y a dérangement mental c'est à... [Lire la suite]
14 juillet 2018

MELANCOLIE et PARANOIA

  En toute rigueur, il semblerait que nous n'ayons le choix qu'entre la mélancolie et la paranoïa. Au sortir des bogages enchantés de l'enfance, l'homme qui pense bascule dans la mélancolie, cette pathologie de la froide lucidité, à moins que par une régression remarquable, il ne se réassure de la complétude perdue et ne se proclame détenteur du Sens absolu, qu'il ne vérifie toutefois qu'en l'imposant, par le fer et le feu, à ceux qui n'en veulent pas. Mais la santé psychique, direz-vous ? Ce n'est peut-être qu'une forme... [Lire la suite]
20 février 2018

PHILOSOPHIE et MEDECINE

  Longtemps philosophie et médecine ont marché main dans la main. Aristote était médecin. On lui doit un traité sur les troubles de l'humeur : "L'homme de génie et la mélancolie" - encore que l'attribution à Aristote soit contestée, mais cela ne change rien à l'essentiel. Démocrite réfléchit sur les variations de la sensibilité, proposant l'euthymie comme régle de vie : c'est un voeu pieux si on n'accompagne pas la notion d'une thérapeutique efficace. Epicure prône l'aponie - l'absence de douleurs - pour le corps, et l'ataraxie... [Lire la suite]