02 avril 2021

MELANCOLIE DES PIERRES : journal du 2 avril 2021

  Mon premier voyage en Grèce, dans les années quatre-vingt, fut particulièrement émouvant. Ainsi donc tout ce que j'avais tant admiré dans les livres, architecture, sculpture et poésie, à présent s'offrait à moi, non comme un songe, mais comme un réel, tangible, sensible, évident. Ainsi donc je n'avais pas rêvé, tout cela existait bien, il suffisait d'ouvrir les yeux. Hölderlin avait rêvé la Grèce, la chantant dans son "Hyperion" et dans les Hymnes. Mais il n'avait pas eu la chance d'aller sur place, de confronter le rêve à la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:41 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 décembre 2020

LA PROMENADE du MELANCOLIQUE : PHILOSOPHIE de la NON PENSEE

                                                                       LA  PROMENADE DU MELANCOLIQUE                                                                      ... [Lire la suite]
06 mars 2020

VARIATIONS SUR LE MAL : journal du 6 mars 2020

  Qu'est-ce que le mal ? Fondamentalement le mal c'est ce qui fait souffrir. C'est d'abord la douleur du corps, ou dans le corps. Pourquoi faudrait-il, au nom de quelle aberration, tolérer ce qui peut être évité ou supprimé, ou pire le sanctifier ? Qui fait son lit de la douleur l'infligera aux autres. Voyez Savonarole : bientôt sous prétexte de moralité on persécutera les artistes, on brûlera les livres, puis les hérétiques, les filles de joie et les homosexuels. On veut croire que la douleur expurge, élève et sanctifie, et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
30 décembre 2019

LUCAS CRANACH : MELANCOLIE

     Une très jeune femme, toute de rouge vêtue, portant couronne d'épines sur la tête - c'est paraît-il un ange, puisqu'elle est munie d'une aile, mais presqu'invisible, ornement désidéalisé, désacralisé - assise, tenant dans ses mains un bâton effilé, qu'elle taille avec un couteau, comment ne pas voir dans ce tableau une provocation, mais à quoi ?, relevée par le regard direct que la jeune femme jette au spectateur, mélange de fausse naïveté et de malice, c'est "La Mélancolie" de Lucas Cranach (1532), peinte peu de... [Lire la suite]
25 juin 2019

DE l' HUMEUR et des HUMEURS : le pseudo Aristote

  L'humeur est une disposition affective globale qui conditionne la perception et l'image de soi et du monde. On ne choisit pas son humeur, elle vient, se transforme et passe, laissant la place à une autre, tout aussi imprévisible et capricieuse. Ce qui signale notre dépendance psychique à l'égard de mystérieuses forces internes dont le régime nous échappe, et souvent nous irrite. Chez certains elle est une puissance souveraine que rien ne peut combattre ou modifier. Chez d'autres, bien que présente, elle laisse la place à... [Lire la suite]
02 avril 2019

Et TOUT est DEPEUPLE

  Renversant le vers célèbre "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé" un auteur écrit "Un seul être vous manque et tout en est peuplé". Cette idée est très juste. Elle décrit une réalité ordinairement mal perçue. Dans le premier vers on désigne l'épreuve de la perte qui entraîne un sentimant poignant de déréalisation universelle. C'est en effet ce qui se passe dans le deuil. Le second vers introduit un paradoxe qui peut étonner : on croit que tout est dépeuplé, troué par le manque, dévitalisé - ce qui correspond à un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

29 mars 2019

DEUIL et MELANCOLIE

  Dans l'expérience douloureuse de la perte, celle d'un être cher, d'une amitié, d'un idéal, la vraie question est de savoir ce que dans l'objet nous perdons, dont la chute nous affecte au plus vif. Freud avait remarqué, au sujet du deuil, que si nous savons consciemment QUI nous perdons, nous ne savons pas Ce que nous perdons, ou si l'on veut, ce que le défunt représentait pour nous, dans les arcanes de notre inconscient. Sans doute une certaine image qui nous faisait plaisir, une certaine qualité d'être qui nous apportait des... [Lire la suite]
26 mars 2019

Au JARDIN de MELANCOLIE : Guillaume Apollinaire

  Guillaume Apollinaire écrit dans "Alcools" :           L'anémone et l'ancolie         Ont poussé dans le jardin         Où dort la mélancolie         Entre l'amour et le dédain   Faire rimer ancolie et mélancolie, ça c'est une trouvaille ! Ancolie : aquilegus, qui recueille de l'eau ; fleur à cinq éperons et de couleurs variées, si j'en crois le Larousse. Mais je suis persuadé, par connaturalité poétique, que Apollinaire s'est... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
22 mars 2019

Un NEANDERTHAL PHILOSOPHE

  Haute gloire aux grands esprits qui sont la couronne de l'humanité ! Ils sont les quelques uns, les rares qui nous inspirent encore, par ces temps difficiles où l'on doute sérieusement de l'avenir, quand le présent s'obscurcit comme une nuée d'orage. Ils étaient quelques uns qui avaient dessiné une certaine image de l'homme que nous avions intégrée comme une donnée fondamentale et irréversible, mais il est possible que de cela il ne reste plus rien dans les décennies qui viennent. Moi même je me représente de plus en plus... [Lire la suite]
21 décembre 2018

MELANCHOLIA IV : de la connaissance mélancolique

  Thomas Mann, qui connaissait bien l'oeuvre de Freud, a déclaré que la psychanalyse est "une connaissance mélancolique". Que faut-il entendre par là ? On ne saurait se contenter de l'idée trop facile que la psychanalyse serait triste ou engendrerait une vision triste de l'existence. Une des qualités majeures que depuis toujours on reconnaît au mélancolique c'est la lucidité, la perspicacité : en voilà un qui ne s'en laisse pas compter, qui voit en toute chose ce que les autres n'y voient pas, qui décèle dans le jeu des passions... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,