27 janvier 2020

PHILOSOPHER POUR SOI : Epicure

  "Tu es en vieillissant tel que moi je conseille d'être et tu as su bien distinguer ce qu'est philosopher pour soi et ce qu'est philosopher pour la Grèce : je m'en réjouis avec toi". (SV 76) D'aucuns, se croyant philosophes, s'érigent en juges, en conseillers du prince, en contempteurs des moeurs, en prophètes, en législateurs - et pourquoi pas en tyrans ? Dans cette promotion fantastique de soi comment ne pas voir une ambition entêtée, une passion du pouvoir ? Ne pouvant diriger par soi on se mêle de diriger par dirigeants... [Lire la suite]

15 janvier 2020

L'AIR DU LARGE : journal du 15 janvier 2020

  C'est un effet, sans doute, de la débilité de l'âge : on regarde plus volontiers en arrière comme si par là on pouvait freiner la fuite du temps. Mais il est bien agréable aussi d'évoquer les moments heureux, dont l'empreinte ne s'efface pas et qui, au soir de la vie, nous réconcilient avec nous-même. Il est infiniment précieux de parvenir, par delà les aléas de l'existence, à ce sentiment d'unité personnelle, que Goethe exprime si bien dans la fin du Faust :                  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 décembre 2019

BON ET MAUVAIS KARMA : de la liberté

  Chacun peut se faire une idée assez juste du mauvais karma : quelque chose de négatif, un héritage douloureux, une série d'injonctions calamiteuses, de mauvais exemples ont pesé sur l'enfant, déterminant une vision faussée de l'existence. Tous les éléments sont réunis pour produire une trajectoire dramatique. En psychologie transactionnelle on dira : un scénario inconscient catastrophique déterminant la courbe du malheur d'exister. Le karma vient d'avant et court au delà de l'individu, qui en est la victime et l'agent de... [Lire la suite]
06 mai 2019

DU SUJET : nécessité et injustifiabilité

  Poser le sujet est un acte philosophique à la fois nécessaire et injustifiable. Nécessaire à deux points de vue : d'abord comme personne morale et juridique, supposée responsable de ses actes. C'est une position de principe qui fait de chacun un justiciable en supposant en chacun la liberté de se déterminer en toute conscience. Si, à l'inverse, on pose que les gens sont rigoureusement déterminés par diverses causes psychologiques ou sociales il devient impossible de juger et de châtier. C'est d'ailleurs ce qui se passe dans... [Lire la suite]
04 mars 2019

"Un MODELE de la NATURE HUMAINE" : Spinoza

  Spinoza écrit dans la préface de la quatrième partie de l'Ethique : "Par bien j'entendrai donc désormais ce qu'avec certitude nous savons être un moyen de nous rapprocher toujours plus du modèle de la nature humaine que nous nous proposons de réaliser ; par mal, au contraire, ce qu'avec certitude nous savons qui nous empêche de nous rapporter à ce modèle". Ce modèle est évidemment une image de la liberté : s'approcher autant qu'il est possible, dans le monde tel qu'il est, dans la nature telle qu'elle est, d'une pensée juste... [Lire la suite]
20 décembre 2018

MELANCOLIA III : HIPPOCRATE et DEMOCRITE

  Une autre source importante pour la constitution d'un discours sur la mélancolie sera le délicieux petit roman par lettres intitulé "Sur le rire et la folie", attribué à Hippocrate, mais sans doute de rédaction plus tardive. Les habitants d'Abdère, craignant pour la santé mentale de Démocrite "qui rit de tout et de tous", ne respecte rien et semble possédé par quelque démon malfaisant, font appel à Hippocrate pour qu'il délivre un diagnostic ad hoc. Avant de statuer, en artisan avisé, Hippocrate s'informe. Il ne croit pas... [Lire la suite]

20 juillet 2018

De la DEMESURE : ESCHYLE

  Après le désastre de l'armée, que Xerxès avait inconsidérément menée aux abords de la Grèce, la Reine des Perses, en un vaste monologue, médite sur la folie des hommes (Eschyle, les Perses) :      "Des monceaux de morts, en un muet langage, jusqu'à la troisième génération, diront aux regards des hommes que nul mortel ne doit nourrir des pensées au-dessus de sa condition mortelle.      La démesure en mûrissant produit l'épi de l'erreur,      Et la moisson qu'on en lève n'est faite... [Lire la suite]
23 novembre 2017

Des ENGAGEMENTS

  Avant de nous engager dans une structure quelconque, posons-nous la question : pourrai-je en sortir ? Cela vaut pour tout. Je ne crois guère aux engagements définitifs, j'y vois une manière de forçage, comme si, tout au fond, on doutait de la validité de cette décision, et que l'on voulût refouler le doute, se contraindre soi-même à une forme étrangère, s'identifier sans reste à un idéal. Mais qu'en sera-t-il dans dix, dans vingt ans ? Autrefois on se mariait pour la vie, "jusqu'à ce que la mort vous sépare". Marions-nous si... [Lire la suite]
07 septembre 2017

De la LIBERTE de PENSER

  Selon un adage célèbre le Chinois est confucéen le matin, bouddhiste à midi, et taoïste le soir. On peut lire la chose dans l'ordre que l'on voudra. Et quelle nation réussit l'exploit de tenir un discours rigoureusement marxiste-léniniste tout en pratiquant gaillardement le capitalisme le plus effréné ? Hier la Chine était un pollueur hors pair, aujourd'hui elle se convertit brutalement à l'écologie. Nous nous étonnons à juste titre : comment est-il possible de tenir ensemble les positions les plus antagonistes sans en être... [Lire la suite]
08 juin 2017

MOIRA : le LOT en héritage

  Mon intention n'est nullement de faire pleurer dans les chaumières. J'aimerais, à choisir, plutôt faire rire, mais n'étant pas, de nature, un joyeux drille, je ferai ce que je peux : rire et philosopher, disait Epicure. Ma foi, je ris volontiers quand l'affaire s'y prète, mais elle ne s'y prète pas toujours. Moira, chez les Grecs, était une sorte de divinité qui présidait à la distribution des lots, d'où l'idée de destin, lequel exprime bien le fait que des conditions nous sont allouées dès le départ, que nous n'avons pas... [Lire la suite]