06 décembre 2013

Du BEAU SELON le VRAI

    Ma formule : créer du beau selon le vrai. L'art dit contemporain se signale, à mes yeux du moins, par une complaisance déplaisante au morbide, au scatologique, au hideux, au monstrueux. C'est peut-être une protestation légitime, et passagère, contre la dimension d'idéal qui longtemps a prévalu dans l'art occidental, une libération, une aventure nécessaire dans le domaine de l'absurde et du non sens. Mais cela ne me convient pas, toute ma sensibilité se révolte, exigeant autre chose que de se rouler dans le néant, et... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:16 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mai 2013

DAVID HUME : le BEAU

    David Hume : dans "Essais sur le bonheur, Les quatre philosophes. "Le sceptique" p 46 et 49,  édition Mille et une nuit : "Il n' y a rien qui soit, en soi-même, beau ou laid, digne d'amour ou de haine, d'estime ou de mépris ; ces différentes qualifications dépendent uniquement des sentiments et des affections de chaque homme en particulier". "La beauté n'est qu'une chose relative qui consiste dans ce sentiment agréable que les objets produisent, et qui existe dans chaque âme d'une manière conforme à sa... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:25 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
25 février 2010

Du PARADOXE de la BEAUTE : l'illusion nécessaire

Je le sais bien, même la beauté est périssable, qui n'est qu'un fruit sublime de nos illusions. "Auch das Schöne muss vergehn" écrit Schiller : même le beau doit périr. Dans le "Vergehn" résonne le signifiant "passer". Passer c'est périr, mais avec une notion d'indétermination. Périr est sans recours, et marque le terme inéluctable de toute existence empirique. Passer est plus subtil, parce que le terme n'est pas explicitemùent indiqué. On peut passer sans périr, comme un nuage passe, et la brise, et... [Lire la suite]
21 octobre 2009

THEORIA : la CONTEMPLATION PHILOSOPHIQUE

THEORIA, la contemplation, est au centre de la philosophie grecque. C'est sans doute dans le "Banquet" de Platon qu'il est loisible d'en trouver l'illustration la plus explicite. Platon, à partir de la poussée irrésistible de l'Eros, décrit une ascension spirituelle vers la beauté. L'Eros s'éveille à la vue d'un beau corps qui semble  accomplir tous les désirs. Mais l'âme bien née quittera bientôt cette passion exclusive pour s'élancer vers la contemplation de tous les beaux corps, puis vers la beauté des âmes... [Lire la suite]