19 avril 2017

HELENE : poème

                 J'ai rêvé que je parlais trois langues              La première je l'ai oubliée              La seconde me sert à parler              La troisième il faudrait l'inventer     Mais la plus belle c'est l'hellène   Riche, souple, extrêment polie   Corps de femme suave et jolie   Irrésistible comme Hélène   Qui séduisit Pâris   ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (19) - l'art de la langue

L’ART de la LANGUE   La Grèce ne commence vraiment qu'avec Homère. C'est la poésie qui dessine l'espace mental d'une culture naissante, fixe les cadres essentiels de la représentation collective, nomme le monde, les dieux et les héros, qualifie l'existence des hommes, son origine, sa place et sa destination. Tout part de là, et tout se répète, jusque dans les innovations, qui approfondissent plus qu'elles ne renouvellent. Pour les Grecs, même à l'époque tardive, apprendre et réciter Homère constituait l'essentiel de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
17 décembre 2014

LANGUE, NOTRE DEMEURE !

    Hannah Arendt, réfugiée aux Etats Unis, déclare que sa véritable patrie, où qu'elle soit, reste indéfectiblement la langue allemande, alors même que son pays d'origine a sombré dans la folie meurtrière. Cette affirmation mérite qu'on s'y arrète. La terre, la vraie, ce n'est peut-être pas le sol de la patrie, mais ce bien, inestimable entre tous, de la langue, par laquelle nous advenons en vérité à ce que nous sommes. Elle nous a constitué comme sujet, et, par elle, sujet nous demeurons, où que nous séjournions de par... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 décembre 2014

POESIE et PHILOSOPHIE

    La poésie fut mon premier amour. Elle sera nécessairement mon dernier. Entre ces deux échéances j'aurai connu le pur délice de philosopher. Mais poésie et philosophie sont soeurs jumelles, triplement liées par le goût de la connaissance, de la vérité et de la beauté. Aussi vont-elles main dans la main par les allées du vaste monde, jamais tout à fait pareilles et jamais vraiment séparables. Leur matrice commune, leur demeure inaliénable, leur grandeur et leur souci, c'est le langage, l'amour inconditionnel du langage,... [Lire la suite]
16 avril 2014

DE la NAISSANCE et de la NON-NAISSANCE du SUJET :

      Comment un sujet pourrait-il apparaître, s'exprimer comme tel dans un ordre de discours, s'il n'est pas déjà là, au moins virtuellemment, en attente, et comme prédisposé à sa propre naissance? Si l'on refuse les naissances ab nihilo, les générations spontanées et les fictions créationnistes il faut bien supposer une sorte d'existence avant l'existence, une prédisposition native qui n'attend que les conditions favorables pour se manifester. On posera donc un présujet, sujet virtuel, sujet en gésine, dont on... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 mai 2013

De la LANGUE comme DEMEURE

    "Un signe nous sommes, privé de sens Sans douleur nous sommes, et avons presque Perdu la langue à l'étranger" (Hölderlin, Mnémosyne).   Un signe, mais quel signe, et de quoi? De l'Ouvert, dirai-je, sans rien affirmer. Et j'entends du même mouvement la phrase d'Héraclite :"Le dieu qui est à Delphes ne montre ni ne cache, mais fait signe". Ce  qui est plus énigmatique chez Hölderlin c'est que nous soyons un signe, que notre destin ne soit pas de le porter ou de l'habiter, mais de l'être, si toutefois... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 novembre 2012

De la LANGUE, et de l' IMPASSE

De la LANGUE,  et de l’IMPASSE           La langue est un système de signes. On croit naïvement qu'à chaque signe linguistique - à chaque mot - correspondrait une chose. Cela est vrai dans la désignation directe : voici un arbre, une chaise, un mouton. Mais c'est fort problématique pour les mots abstraits, dont la référence est quasi introuvable. Je dis liberté, mais où est la liberté, à quoi la reconnaîtrai-je? On peut avoir l'impression que la langue organise une sorte de délire d'interprétation,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,