09 mars 2016

De l' ANXIETE

  L'anxiété est l'angoisse spécifique de l'avenir, perçu comme menaçant, voire catastrophique. L'anxieux se tient pelotonné dans ce présent fragile, comme s'il pouvait empêcher par sa crainte le cours irrépressible du temps qui l'entraîne dans l'incertitude du futur. Demain sera forcément pire qu'aujourd'hui : au moins le présent, fût-il pesant et désagréable, est connu, alors que demain peut être n'importe quoi. Dès lors l'imagination s'enfle à inventer des monstres, des situations inextricables, multipliant à l'envi les... [Lire la suite]

22 février 2016

L'EMPATHIE et la LOI

  La pratique de l'empathie, si difficile, si problématique, suppose, pour être juste et efficace, une claire, inaltérable position médiane, un positionnement rigoureux du tiers, c'est à dire, entre celui qui parle et celui qui écoute, une instance désubjectivée, neutre si l'on veut, à laquelle se réfère l'écoutant, et à laquelle il s'efforce de renvoyer le parlant. C'est la position de la vérité, qui, si en tant que telle, n'est pas énoncée, ou si rarement, n'en reste pas moins la référence à laquelle chacun fait appel.... [Lire la suite]
17 décembre 2014

HABITER POETIQUEMENT...

    Hölderlin écrit : "Mais poétiquement L'homme habite sur cette terre".   Que signifie habiter ? Dans " habiter" résonne encore discrètement "habere" - avoir. Habiter c'est avoir sa demeure - ici, avoir sa demeure sur cette terre. Mais la terre ne va pas sans le ciel, ni la mer, trinité fondatrice. Habiter en poète c'est avoir relation aux éléments, au sec et à l'humide, au clair et à l'obscur, au masculin et au féminin, au visible et à l'invisible. Tout ce qui existe, qui vit et meurt, tout cela compose un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 décembre 2014

POESIE et PHILOSOPHIE

    La poésie fut mon premier amour. Elle sera nécessairement mon dernier. Entre ces deux échéances j'aurai connu le pur délice de philosopher. Mais poésie et philosophie sont soeurs jumelles, triplement liées par le goût de la connaissance, de la vérité et de la beauté. Aussi vont-elles main dans la main par les allées du vaste monde, jamais tout à fait pareilles et jamais vraiment séparables. Leur matrice commune, leur demeure inaliénable, leur grandeur et leur souci, c'est le langage, l'amour inconditionnel du langage,... [Lire la suite]
01 décembre 2014

POURQUOI DES POETES ? L'ART DE LA LANGUE

    La Grèce ne commence vraiment qu'avec Homère. C'est la poésie qui dessine l'espace mental d'une culture naissante, fixe les cadres essentiels de la représentation collective, nomme le monde, les dieux et les héros, qualifie l'existence des hommes, son origine, sa place et sa destination. Tout part de là, et tout se répète, jusque dans les innovations, qui approfondissent plus qu'elles ne renouvellent. Pour les Grecs, même à l'époque tardive, apprendre et réciter Homère constituait l'essentiel de la "paideia",... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,
18 avril 2014

"JE SAIS BIEN MAIS QUAND MEME" : de l 'impossible et du renoncement

    La question émerge à nouveau, pressante, exigeante : comment peut naître, apparaître un sujet? Ce que nous comprenons se résume à fort peu de chose : ce qu'on appelle sujet ne se situe pas dans la pure et simple continuité des processus naturels, du jeu des pulsions, de la force vitale, de l'organisation native des besoins et de leur satisfaction. L'apparition du sujet est de l'ordre de l'événement, lequel suppose une préalable rupture des enchaînements spontanés. Lorsque l'enfant (infans : celui qui ne parle pas),... [Lire la suite]

24 mars 2014

POROSITE : des rapports intrapsychiques

    Structure close-ouverte : entre le moi et l'inconscient des passerelles, ou plutôt une sorte de peau souple, infiniment sensible, réceptive, à double face, enregistrement externe d'un côté, inscription pulsionnelle de l'autre. Il faut que cela circule, c'est l'essence de la vie, aussi bien physique, physiologique, sensorielle et affective que psychique. Cela est, parce que c'est senti, ressenti, éprouvé, attesté par la sensation. De l'extérieur vers l'intérieur, et de l'intérieur jusqu'à la surface, où cela émeut,... [Lire la suite]
10 avril 2012

LE MOT QUI MANQUE : langage et réel

                                   Le jour tourne à vide                                  Autour de la nuit profonde ... [Lire la suite]
26 janvier 2012

L'ENIGME de l' HUMAIN : SOPHOCLE

  Rien de plus attendu, de plus banal que d’évoquer l’énigme du Sphinx, et la réponse d’Œdipe. Sauf qu’on ne remarque pas assez que le Sphinx est une Sphinge, entité féminine. La joute entre la Sphinge et Œdipe se solde par la mort de la première et la victoire du second. L’homme l’emporte sur un monstre femelle qui pourrait symboliser les forces primitives et déchaînées de la nature. L’hellénisme s’édifie sur une rupture fondatrice : il faut repousser les monstres du Tartare, vaincre les puissances titanesques, dégager... [Lire la suite]
07 août 2009

De "CHAOS" - et de la FAILLE

Que serait une faille, un trou que ne délimite aucun bord? Voilà une question de Moderne qui visiblement n'embarrasse pas Hésiode quand il rédige la Théogonie. Relisons quelques vers : Or donc, tout d'abord, exista Chaos, puis par après Terre Large-Poitrine, base sûre à jamais pour tous les êtres...(vers 116 et 117) De Chaos naquit Erèbe et la Nuit toute noire De Nuit naquit Feu d'en haut et Lumière du jour...(vers 123 et 124). Quel est ce mystérieux Chaos d'où procèdent tous les éléments de l'univers? Chaos :... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:49 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , ,