09 février 2011

TOUT DIRE ? - De la PARRHESIA KUNIQUE

Le philosophe Kunique se fait fort de tout dire sans retenue, sans considération pour la politesse, la convention, l'usage, l'autorité, la pudeur. Impudent et impudique, il dénonce inlassablement le truandage des puissants, la corruption, l'hypocrisie morale, les fausses valeurs de la république et de la religion, les conduites passionnelles, le lucre et la bêtise. Observateur (epi-skopos) de l'inconduite, il la traquera, la dénoncera sans relâche, sans crainte aucune, au risque même de sa vie, estimant qu'il n'est valeur plus haute... [Lire la suite]

08 février 2011

POLITIQUE et PHILOSOPHIE : le discours kunique

Cratès le kunique : Lettre à ses disciples : "Il faut vous consacrer à la philosophie et non à la politique. En effet, ce qui enseigne aux hommes à savoir pratiquer la justice vaut mieux que ce qui les oblige à ne pas commettre l'injustice". La politique c'est le régime de la loi (nomos). On sait que les Kuniques méprisent la loi conventionnelle au nom d'une Loi toute autre, la loi de Zeus. Ils oppposent avec force la vertu de nature (arêtê-physis) à la convention culturelle, qui n'est que passion et fumée. Lorsque le... [Lire la suite]
06 février 2011

Le CHIEN de l'' ONCLE ARTHUR

POUR MICHELE et JEAN BERNARD : "Ce qui me rend si agréable la société de mon chien c'est la transparence de son être. Mon chien est transparent comme le verre. S'il n'y avait pas de chiens je n'aimerais pas à vivre". "Le chien, l'unique ami de l"homme, a un privilège sur tous les autres animaux, un trait qui le caractérise, c'est ce mouvement de queue si bienveillant, si expressif et si profondément honnête. Quel contraste en faveur de cette manière de saluer que lui a donnée la nature, quand on la compare... [Lire la suite]
06 octobre 2010

La QUESTION KUNIQUE : NATURE et CULTURE

Le Kunique pose une question redoutable : que valent nos coutumes, nos institutions, notre morale fondées sur l'interdit? On sait que Diogène le Chien aboyait, crachait, pissait sans retenue contre les usages des Athéniens, vilipendant les fausses valeurs qui présidaient à leur style de vie. Mais ce serait une erreur de n'y voir qu'une condamation morale du vice et de la facilité. Diogène n'est pas un prêcheur parmi d'autres, une sorte de Rousseau attique échevelé, hirsute et déchaîné, asocial et pervers, qui relèverait plus de... [Lire la suite]
13 septembre 2010

Du DESIR d' INFINI : physique et psychologie

Le corpus épicurien est tout entier traversé par le fil d'une opposition irréductible entre l'infini et le fini, l'apeiron et péras, la limite. Infinité de l'univers, des atomes et du vide, infinité des mondes, infinité du temps et de l'espace, en opposition tranchée avec la finité des corps composés, leur temporalité limitée, leur naissance et leur corruption. L'univers n'a ni début ni fin, mais les mondes naisssent et meurent, les composés se font et se défont dans l'universelle impermanence. Tout corps va à la mort,  mais... [Lire la suite]
25 juin 2010

QUETE PHILOSOPHIQUE / QUIETUDE A-PHILOSOPHIQUE

Platon a donné pour toujours la définition de la philosophie : amour de la sagesse, soit désir de ce qui s'échappe, de ce qui manque, de ce qui fut peut-être un jour, et qui est à jamais perdu. Travail du deuil en somme, ou deuil interminable, voire  processus mélancolique, selon que l'on estime que la tâche peut aboutir (dans un lointain incalculable), ou qu'au contraire on l'estime vouée à l'échec. Le philosophe est l'ami de la vérité. Mais cette vérité, comme horizon de la recherche, fuit à mesure, selon une logique imparable... [Lire la suite]

27 mai 2010

Kunisme

Kunisme, c'est la traduction du grec kunismos : "canin". de kuon, le chien. Cette expression de "kunisme" a été forgée comme attribut de Diogène, dit le Chien, en raison de son comportement aboyant, fantasque et provocateur. On dit d'habitude "cynique" mais ce terme a été détourné de son sens philosophique. A juste titre le cynisme a mauvaise presse en ce qu'il désigne une attitude immorale de froideur impitoyable devant la malheur d'autrui, voir de complaisance esthétique à ce malheur. La politique... [Lire la suite]
07 octobre 2009

Les PHILOSOPHES et le CORPS

Socrate était un guerrier redoutable. Et un famaux gaillard, qui fort tard encore, engrossa sa femme Xantippe. Alcibiade, dans le "Banquet" de Platon, raconte comment Socrate, pris d'un doute philosophique, se tint debout au milieu de l'armée endormie, tout au long d'une longue nuit pour résoudre le problème qui le travaillait. Diogène le Chien s'exerçait assidûment à braver tout nu froidure et frimas et à supporter tout habillé la pire des canicules. On connaît son accoutrement et sa panoplie ordinaires : bure, bâton,... [Lire la suite]
30 juin 2009

DES BESOINS -et du Désir

Pour avoir une idée juste de la nature du besoin il faut s'en remettre à l'animal. C'est lui qui nous enseigne, et qui devrait nous éduquer. Ainsi pensaient les Kuniques, désireux avant tout de torpiller les conventions sociales, les exactions du désir et de la passion, et de ruiner le culte de "la fausse monnaie". On sait que Diogène ne répugnait ni à vivre comme un chien dans une amphore vide, ni à aboyer et mordre les passants, les vilipender et les provoquer de toutes les manières imaginables. Retour aux simples et... [Lire la suite]
20 novembre 2008

HUMEURS

C'est peu de dire que ce siècle a mal commencé. Tant que les catastrophes touchaient les pays lointains, tremblements de terre, cyclones dévatateurs, guerres tribales, réchauffement climatique, disparition d'espèces vivantes etc cela conservait un catactère abstrait qui ne rementtait pas en cause notre genre de vie. On avait même inventé cette expression comique de "développement durable" pour faire espérer qu'avec quelques améngements mineurs on pourrait continuer bravement à préserver l'essentiel. Mais voici la crise... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,