22 décembre 2016

JEUNESSE et BEAUTE

  Schopenhauer écrit quelque part, j'ai oublié le contexte, quelque chose comme : mieux vaut la jeunesse sans beauté que la beauté sans jeunesse. Il vaut mieux les deux, que je sache, mais l'une des deux ne se peut maintenir quoi qu'on fasse. Le pire, peut-être, est de mimer la jeunesse quand elle est irrémédiablement flétrie. Quoi de plus ridicule qu'une vieille coquette ou un "vieux-beau". Ceux-là exhibent plus outrageusement encore ce qu'ils voudraient cacher, et leur sottise plus encore. D'une certaine manière on peut... [Lire la suite]

01 novembre 2016

Le TRAVAIL du REVE

  Pendant des mois et des mois j'ai fait le même rêve, à quelques détails près : eadem sed aliter. Ce qui est vrai pour la marche du monde l'est aussi pour les rêves, sauf que le rêve, dans la répétition même, est une tentative de solution, laquelle peut se faire attendre indéfiniment, ou surgir d'un coup, comme un éclair dans le ciel. Je suis en cours, je développe une notion, parfois j'ai oublié mes notes et je dois improviser sur le tas, ou alors quelques élèves turbulents font un joyeux caillon, ou encore un inspecteur... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
28 octobre 2015

JOURNAL- De l'enfance

  On dit parfois du vieillard qu'il retombe en enfance. Malgré mes soixante-dix ans je ne me sens pas "vieillard" - d'autant que ce terme est bien vilain avec sa terminaison en "ard", comme soulard, soudard, ou pendard. Vieux tout au plus, ou vieillissant, ce qui n'induit aucune notion dégradante. Un vin vieux est un vin de qualité qui dégage un bel arôme de fruits mûrs, de vignoble gorgé de soleil. Ma foi, la comparaison est flatteuse, et je me recommande volontiers d'une accointance solaire au culte de Dionysos, ce dieu des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 avril 2009

DU DEUIL :(2) : deuil et moi-idéal

Dans l'article précédent nous avons pu mettre en évidence la prédominance de la perte narcissique sur la perte objectale. En termes plus simples : dans la perte de l'objet c'est surtout une partie de moi que je perds. Mais alors quelle est cette partie? Il semble impossible de répondre a priori à cette question sans tomber dans l'arbitraire le plus total. Pourtant je crois que nous disposons d'un critère : quelle est l'expérience vraiment la plus douloureuse? Dans quelle expérience de perte avons-nous souffert le plus? Allons plus... [Lire la suite]