22 juin 2017

Le CHANT DES ORIGINES : Chant second (1)

    Je poursuis mon entreprise, me fiant à mon daïmon, qui mieux que moi, sait ce qu'il en est de moi et des choses alentour.                          CHANT SECOND                             1   Mon désir, mon grand, mon seul authentique désir Est de prendre mon rang dans la Grande Lignée De ces immenses penseurs et poètes Qui font la lumière de l’humanité, depuis Les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2015

JOURNAL 26 oct - jardins et bateaux

    Certains prénoms semblent revenir périodiquement, puis s'installer comme une référence constante, une sorte de double psychique, ou comme un génie des lieux, qui dès lors vous accompagne tout au long de la vie. Il en va ainsi de "Michel". J'ai connu bien des Michels, et, hasard ou nécessité, ils furent toujours plus ou moins aimés, respectés, admirés. Le premier de cette série fut incontestablement mon grand-père, homme sérieux, taciturne, voire taiseux, intègre, travailleur, entier dans ses sympathgies et ses... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 décembre 2014

LE JARDIN SANS VISAGE : V à VIII

                                                                                                V                                ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 22:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
17 décembre 2014

LE JARDIN SANS VISAGE : IX, X, XI et XII (Fin)

                                                                                    IX                               L'AUTRE PAYS              Dans la grande ville de suie, de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 21:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
15 juin 2011

De la CLOTURE et du JARDIN : EPICURE

Clôture n'est pas fermeture. Un banque, de nuit, est fermée. Pour l'ouvrir il vous faudra une pince-monseigneur. La "maison close", à l'inverse, est ouverte à celui qui ouvre son porte-feuille. A la fermeture totale correspondrait l'ouverture totale. Mais les deux sont également inimaginables. La clôture serait le régime moyen, où les portes sont tantôt fermées, tantôt ouvertes. La clôture est d'abord le petit enclos qui délimite un jardin ou une propriété, plus qu'il ne les ferme. Humble muret de pierres, borne dévorée de ronces,... [Lire la suite]
19 octobre 2010

LE JARDIN SANS VISAGE : VI

                                                      VI                                                      JARDIN              ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 22:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 mars 2010

Du JARDINAGE PHILOSOPHIQUE : LA FONTAINE PHILOSOPHE

Ecoutons La Fontaine : Un philosophe austère, et né dans la Scythie Se proposant de suivre une plus douce vie Voyagea chez les Grecs, et vit en certains lieux Un sage assez semblable au vieillard de Virgile, Homme égalant les rois, homme approchant des dieux, Et, comme ces derniers, satisfait et tranquille. Son bonheur consistait aux beauté d'un jardin. Le Scythe l'y trouva qui, la serpe à la main, De ses arbres à fruits retranchait l'inutile, Ebranchait, émondait, ôtait ceci, cela     ... [Lire la suite]
05 mars 2010

Le JARDIN PHILOTHERAPEUTIQUE : journal du 5 mars

La réponse, la seule valable au problème de la mélancolie, seule adéquate, c'est la création. Pour moi, fait comme je suis, la création ne peut se faire que dans la poiétique, entendez poésie du corps, de la psyché et du noûs, dans la philosophie donc, et sa suite nécessaire : la philothérapie. "A quoi peut bien servir une philosophie qui ne dérange personne," demandait Diogène le Chien. Epicure : "A quoi peut bien servir une philosophie qui ne soigne pas les maladies de l'âme?" Déranger, "faire de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,
14 septembre 2009

INVITATION AU JARDIN : un poème de Sappho

Depuis la Crète viens à moi, douce amie    Ici, dans ce temple sacré, ce jardin      De pommiers gracieux où fument les autels         Aux vapeurs de l'encens! Ici l'eau fraîche bruit à travers les branches    Des pommiers, par le jardin ombreux de roses,       Dans les feuilles agitées coule profond           Le placide sommeil. A la clarté du pré tout fleuri de roses    ... [Lire la suite]
25 juillet 2009

JOURNAL (26 juillet) : De la VIE VEGETALE

L'été s'époumonne. Je n'aime pas la chaleur, mais la lumière, immensément. Cet été je l'aurai passé à l'ombre de Dionysos, le rouge dieu du vin, père de toutes les outrances. J'oublie de compter le temps. Seul demeure l'alternance des orages et des bonaces. Me voici plus essentiellemnt lié au rythme essentiel, plus essentiellement fils de la nature. J'entends résonner en moi le vers de Rilke : "Gott es ist zeit, der Sommer war sehr gross" ( Dieu, il est temps, l'été fut très grand") Mais je n'attends plus les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,