01 juillet 2016

ERREUR et INFINI : Goethe

  "La vérité répugne à notre nature, mais non l'erreur, et cela pour une raison fort simple : la vérité demande que nous nous reconnaissions pour des êtres bornés ; l'erreur nous berce de l'idée que, d'une manière ou d'une autre, nous sommes infinis".  GOETHE   Cette citation est d'une actualité brûlante lorsqu'on songe à certains projets d'"augmentation" de l'homme, qui s'ils ne sont pas tous déraisonnables, expriment, pour quelques-uns, une démesure pour le moins inquiétante.

10 juin 2016

Le FINI et l' INFINI

  Dans le "ou mallon" - pas davantage - s'exprimait, en sus d'une règle de prudence, la certitude que le fini est le lot indépassable de l'humain, être de passage, limité à tous égards et mortel. Les Grecs disent indifféremment homme ou mortel (anthropos ou thnètos), comme on voit abondamment dans Homère. L'homme est fini, "borné dans sa nature, infini dans ses voeux", dira plus tard Lamartine, considérant la contradiction du fini et de l'infini dans le coeur de l'homme, qui ne sait se résoudre à la loi du destin. Pour les... [Lire la suite]
13 septembre 2010

Du DESIR d' INFINI : physique et psychologie

Le corpus épicurien est tout entier traversé par le fil d'une opposition irréductible entre l'infini et le fini, l'apeiron et péras, la limite. Infinité de l'univers, des atomes et du vide, infinité des mondes, infinité du temps et de l'espace, en opposition tranchée avec la finité des corps composés, leur temporalité limitée, leur naissance et leur corruption. L'univers n'a ni début ni fin, mais les mondes naisssent et meurent, les composés se font et se défont dans l'universelle impermanence. Tout corps va à la mort,  mais... [Lire la suite]
10 juillet 2009

De la PEAU : fantasme et analyse

La peau se donne à voir comme lisse, homogène, continue. C'est une illusion. A y regarder de plus près que voit-on? Des trous, des trous par milliards. Bien sûr d'abord les fameux orifices : bouche, oreilles, nez, orbites, anus, fente génitale qui fascinent tant les enfants qu'ils ne se lassent d'en parcourir, d'en explorer les bords. Zones érogènes comme dit l'autre. Mais on peut continuer. Au lieu d'en rester à une opposition factice entre ces zones sensibles qui constituent par leur assemblage hétéroclite un "corps de plaisir "ou... [Lire la suite]
02 juin 2009

DE LA LEGERETE : contre l'esprit de lourdeur.

La légèreté est chose difficile et délicate. Tout nous tire du côté de la lourdeur, et les actualités, et les nouvelles quotidiennes, et la pesanteur politique, et les perspectives d'avenir. Le ciel est irrévocablement gris. Il faut une sorte d'héroïsme pour se détacher, s'élever dans les airs. Même les rêves nocturnes témoignent d'une sorte de langueur préapocalyptique. Et l'effroi aux ailes de titan déchu vient nous frôler la nuit et nous arrache des grincements. Mais ce n'est pas nouveau. A tout prendre l'histoire n'est que la... [Lire la suite]