05 novembre 2012

IMPERMANENCE et SOUFFRANCE : BOUDDHA

        « Plutôt vivre un jour en considérant l’apparition et la disparition que cent ans sans les voir » (Bouddha, Dhammapada, 113). Le moment essentiel, qui préside à l’éveil, c’est la considération de l’éternelle impermanence : voir  l’apparition et la disparition de toutes choses, le moi y compris. Vision, et intellection. Voir ne suffit pas, bien que ce soit la condition nécessaire. Or tout nous détourne de voir : les choses nous semblent solides, fermes en leur être,... [Lire la suite]

12 janvier 2012

de la VACUITE, et de l'APEIRON

La vacuité s’entend par rapport à la représentation, et non absolument. Ce n’est en rien une position nihiliste. Tout le travail psychique et philosophique, ce long travail, exaltant et périlleux, de traversée des opinions, des constructions, des convictions  et autres élaborations de l’esprit, consiste, en dernière analyse, à affronter cette aporie de la vacuité. Nous en avons parfois l’intuition fulgurante au cours d’une promenade, au décours d’une conversation ou d’une méditation solitaire : soudain l’inanité de toutes... [Lire la suite]
19 octobre 2010

LE JARDIN SANS VISAGE : VII et VIII

                                                        VII                                                      LE SAGE    "Je ne me réincarnerai... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 juin 2010

AH VIEILLESSE ENNEMIE

J'entends dire parfois, au sujet de la vieillesse, "le bel âge", en tout cas pour la période qui irait en gros de soixante à soixante quinze ans. Il est vrai que, délesté des charges d'éducation et des corvées professionnelles, le jeune vieux a théoriquement tout le loisir de flemmarder, de siester, de voyager, de se livrer sans complexe à ses occupations favorites. Liberté toute nouvelle pour beaucoup de seniors, enthousiasme parfois, et pour certains, angoisse du désoeuvrement. Je vois de délicieuses petites retraitées se... [Lire la suite]
20 janvier 2010

De l'ETERNITE et du MOUVEMENT : HERACLITE

"Elle est retrouvée, Quoi? - L'Eternité. C'est la mer allée Avec le soleil." Dans ces vers Rimbaud allie très logiquement la mer au soleil, le féminin et le masculin, le yin et et le yang pour célébrer les noces de l'éternité. Sans le jeu des contraires il ne saurait y avoir de mouvement, d'univers, de mondes, de dieux, d'hommes, d'animaux, et de vie en général. "Le dieu est jour-nuit, hiver-été, guerre-paix, satiété-faim". Le mouvement éternel des contraires détermine un double caractère des choses :... [Lire la suite]
18 juin 2009

DE LA VACUITE

A partir des données fondamentales de la théorie bouddhique on débouche nécessairement sur la vision de la Vacuité. Mais ce débouché peut rester longtemps obscurci par de fortes résistances mentales, la peur et l'obsession de la sécurité. Reprenons les fondamentaux : Tous les dharmas sont impermanents (anicca) Tous les dharmas sont source de souffrance (dukkha) Tous les dharmas sont sans Soi (anatta) Donc tous les dharmas sont interdépendants, reliés dans la chaîne de l'interdépendance universelle. Aucune substance stable,... [Lire la suite]
11 mai 2009

Des QUATRE PRINCIPES de BOUDDHA

Il est de la plus haute importance pour la philosophie et la philothérapie de mettre au centre de la recherche l'énonciation des quatre principes indépassables du Dharma, la Loi Bouddhique. 1) Impermanence de toute réalité, de tout phénomène ou de toute chose en général : ANICCA. Cela est évident pour les phénomènes physiques : tout coule, rien ne demeure. Et pour les phénomènes psychiques, encore plus évidemment fluctuants, mobiles, évanescents. 2) Souffrance, si par là on entend une donnée fondamentale de l'existence selon... [Lire la suite]