08 septembre 2017

De la SEDUCTION des IMAGES MENTALES

  Quelque chose change tout doucement, comme une légère brise qui emporte les images et voiles du passé. Ce n'est pas très net encore, c'est une musique en sourdine, mais enfin cela change.  Je me suis rendu récemment dans mon pays natal, poussé par je ne sais quelle exigence intérieure, fort ambiguë au demeurant, qui tantôt me pressait de m'y rendre au plus vite, et tantôt me faisait freiner des quatre fers. Peut-être avais-je vaguement conscience que cette équipée n'était pas sans danger. Qu'allais-je donc trouver en... [Lire la suite]

29 août 2017

De l'ORAGE et du TEMPS : poème

              Si vite     L'éclair sabre le ciel qu'à peine     On voit des étincelles éparpillées     Sitôt éteintes dans le noir.     Le mont là haut     Tremble sur ses assises, et la pluie     Mêle le ciel à la terre. Sombre     Catafalque. L'orage     Est le maître du temps,     Juste mesure du feu où le dieu     Et l'homme se séparent.     Le tonnerre roule au loin  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
29 mai 2017

De l'ACTION du TEMPS

  C'est l'idée la plus triviale, et pourtant la plus difficile : si je veux me faire une idée du temps qui ne soit pas étroitement spéculative, je considère une plante sur mon blacon. Je ne vois pas le temps, à peine si je peux mesurer des changements quantitatifs, par exemple je vois qu'en un mois elle a poussé de quelques centimètres, et j'en conclus que du temps a passé. Mais si je vois des changements, je ne vois pas le temps, pourtant je crois pouvoir dire que le temps a exercé une action. En toute rigueur je ne peux penser... [Lire la suite]
05 janvier 2016

De la TURBULENCE : LUCRECE

  Turbè, turba : désordre, tumulte, confusion. Turbo : tourbillon, tournoiement, toupie. A partir de quoi nous avons turbulence, perturbation, turbantibus aequora ventis, "les vents qui font tourbillonner la surface des flots". Voici Lucrèce dans le texte (I, 271 et seq) :    "Le vent : il cingle la mer en rafales,    Coule les grands navires et chasse les nuées,    Parfois il court en trombe (turbine) à travers les plaines    Les jonche de grands arbres ou dévaste les hauteurs  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
06 août 2015

CHAP XVIII - Le FLEUVE

                                                      CHAPITRE DIX HUIT - Le FLEUVE      TABLE 1 L'appel du fleuve 2 Petite méditation sur le fleuve I, II  3 Feuilles et rivières 4 Petite méditation sur l'impermanence  5 Lethè et Alètheia 6 Petite méditation sur Hadès 7 Un anniversaire     1 L'Appel du fleuve   Souvent, au début de l’après... [Lire la suite]
01 octobre 2013

De l' IMPERMANENCE : méditation

    Il me semble y voir un peu plus clair. Je crois nécessaire de distinguer trois niveaux de la vie psychique. Le premier c'est l'ordinaire, alternance invincible de plaisir et de déplaisir, de joie et de tristesse, d'abattements incompréhensibles et de triomphes apparents, si vite démentis par le cours indifférent du temps, rythmes alternatifs de sommeil et de veille, de travail et de repos, règlés par les contraintes de la nécessité, du besoin et du désir, du rêve et de la réalité. "C'est la vie" dit le bon peuple, et... [Lire la suite]

05 novembre 2012

IMPERMANENCE et SOUFFRANCE : BOUDDHA

        « Plutôt vivre un jour en considérant l’apparition et la disparition que cent ans sans les voir » (Bouddha, Dhammapada, 113). Le moment essentiel, qui préside à l’éveil, c’est la considération de l’éternelle impermanence : voir  l’apparition et la disparition de toutes choses, le moi y compris. Vision, et intellection. Voir ne suffit pas, bien que ce soit la condition nécessaire. Or tout nous détourne de voir : les choses nous semblent solides, fermes en leur être,... [Lire la suite]
12 janvier 2012

de la VACUITE, et de l'APEIRON

La vacuité s’entend par rapport à la représentation, et non absolument. Ce n’est en rien une position nihiliste. Tout le travail psychique et philosophique, ce long travail, exaltant et périlleux, de traversée des opinions, des constructions, des convictions  et autres élaborations de l’esprit, consiste, en dernière analyse, à affronter cette aporie de la vacuité. Nous en avons parfois l’intuition fulgurante au cours d’une promenade, au décours d’une conversation ou d’une méditation solitaire : soudain l’inanité de toutes... [Lire la suite]
19 octobre 2010

LE JARDIN SANS VISAGE : VII et VIII

                                                        VII                                                      LE SAGE    "Je ne me réincarnerai... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 21:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 juin 2010

AH VIEILLESSE ENNEMIE

J'entends dire parfois, au sujet de la vieillesse, "le bel âge", en tout cas pour la période qui irait en gros de soixante à soixante quinze ans. Il est vrai que, délesté des charges d'éducation et des corvées professionnelles, le jeune vieux a théoriquement tout le loisir de flemmarder, de siester, de voyager, de se livrer sans complexe à ses occupations favorites. Liberté toute nouvelle pour beaucoup de seniors, enthousiasme parfois, et pour certains, angoisse du désoeuvrement. Je vois de délicieuses petites retraitées se... [Lire la suite]