12 avril 2017

De la FORME en POESIE

  Je cherche une forme infiniment souple, ouverte, polychrone qui puisse mêler tous les tons, tous les styles, du plus sublime au graveleux, épouser toutes les sensations, écluser toutes les mémoires, brasser toutes les idées, hypothèses et conjectures, le tout dans une rhapsodie insolite, bariolée, multicolore et musicale. Ces temps-ci, dans un effort de dépassement des ordres conventionnels, je passe de la prose à la poésie, selon l'humeur et la nécessité intérieure, sans autre considération de bienséance, mais le fin du fin... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

28 avril 2014

EXISTENCE et VACUITE : Shunryu SUZUKI

    "Nous disons que la véritable existence vient de la vacuité et retourne à la vacuité. Ce qui surgit de la vacuité est la véritable existence. Nous devons passer par la porte de la vacuité" (Shunryu Suzuki : "Esprit Zen, esprit neuf p 140, Points Sagesses). Mais il est fort difficile de dire en quoi consiste la véritable existence. Ce qui est sûr c'est qu'il ne s'agit en rien de l'existence conçue comme réalité substantielle, stable et permanente. Ce n'est pas une essence éternelle. Il n' y a rien de stable et... [Lire la suite]
12 août 2013

La FORME et le VIDE : MISHIMA

    "(La forme) est en vérité le moule où se coule la vie fuyante et sans forme, en même temps que la fuite ailée de la vie sans forme est le moule où se coulent toutes les formes de ce monde". Dans cette phrase merveilleuse de Mishima, nous percevons l'écho de la plus haure sagesse d'Orient et d'Occident. Bouddha, Anaximandre, Héraclite et Antiphon ici se tiennent la main pour célébrer de concert l'ultime expression possible de l'insaisissable vérité. Le Mahayana bouddhiste déclare : La forme est le vide, le vide est la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:48 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 juillet 2012

La FORME et le VIDE : Bouddha k 968 (texte remanié)

            Au début les montagnes sont des montagnes : thèse réaliste commune Puis les montagnes ne sont plus des montagnes : perception de la vacuité universelle : la forme est vide Enfin les montagnes sont de nouveau des montagnes : le vide est forme.   C’est l’école du Mahayana qui a formulé le paradoxe central de la pensée bouddhique. La forme est vide, le vide est forme. La première proposition découle assez bien de la théorie, formulée par Bouddha lui-même, de la... [Lire la suite]