23 novembre 2017

Des ENGAGEMENTS

  Avant de nous engager dans une structure quelconque, posons-nous la question : pourrai-je en sortir ? Cela vaut pour tout. Je ne crois guère aux engagements définitifs, j'y vois une manière de forçage, comme si, tout au fond, on doutait de la validité de cette décision, et que l'on voulût refouler le doute, se contraindre soi-même à une forme étrangère, s'identifier sans reste à un idéal. Mais qu'en sera-t-il dans dix, dans vingt ans ? Autrefois on se mariait pour la vie, "jusqu'à ce que la mort vous sépare". Marions-nous si... [Lire la suite]

20 septembre 2017

Du GRAND AUTRE (2) - Le détournement catégorique

  Nous possédons deux versions du poème "Vocation du poète". La première conclut en disant : " Il n'est pas besoin d'honneurs ni d'armes, tant que Dieu nous reste proche". La seconde : "L'homme (...)  n'a point besoin d'armes ni ruses, avant que l'aide le défaut de Dieu". Revirement spectaculaire. Que s'est-il passé dans l'esprit de Hölderlin, qui puisse éclairer ce revirement ? Le Dieu qui était proche, celui de la tradition protestante, de la philosophie occidentale, ce Dieu s'est éloigné, s'est, selon ses termes,... [Lire la suite]
14 octobre 2009

CONFIANCE, MEFIANCE, DEFIANCE.

Fiance, se fier c'est donner sa foi, ou la prêter. (Altération de "fides" en latin) La fiancée c'est la promise, celle qui donne sa foi et en qui on place sa foi. Acte de con-fiance. D'où la fidélité, cet acte de parole par lequel on s'engage envers une personne précise et irremplaçable, du moins dans les termes du présent contrat moral. A la confiance s'oppose la méfiance, mal-fiance. La confiance était un lien. La méfiance est la rupture du lien. Et plus profondément la méfiance est cette attitude, parfois sytématique,... [Lire la suite]