06 août 2015

CHAP XXIII - Du DESIR et du BEAU

                                            CHAPITRE 23 : DU DESIR et du BEAU     TABLE 1 L'Autre du Philosophe - la Féminité 2 Objets du désir, cause du désir 3 Fantasme et mélancolie 4 Du désir sans objet 5 Du désir constitutif 6 Profondeur et surface : Sappho          1 L'Autre du philosophe - la féminité    A-t-on bien remarqué que "le philosophe"... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 février 2015

DU NON-ATTACHEMENT

  Une mélancolie sans douleur. C'est le résultat proprement dit du travail de connaissance. Cela peut surprendre, si l'on estime, et comment ne l'estimerait-on pas, que la connaissance doive déboucher sur une issue plus rayonnante, plus allègre. Mais cette fameuse "mélancolie" - il faut prendre ce terme dans un sens très spécial, fort éloigné du sens commun - ne va pas sans gaité, sans éclats de rire, et surtout sans humour, un savant alliage, en somme, de la lucidité sans espoir et de la plus franche hilarité, un peu comme... [Lire la suite]
10 février 2014

ANATOMIE de l' ESPOIR

    On dit que l'espoir fait vivre. Et s'il faisait mourir? Cette proposition peut surprendre, si l'on voit que l'espoir relance indéfiniment le désir, le métonymise, l'éternalise, renvoie dans un avenir indéfini une supposée satisfaction. Entre le moment présent où le désir formule ses réquisits et le futur où le désir rencontre la réalité, satisfaisante ou décevante, on peut avoir le sentiment de "vivre", brûlant de l'espoir de la réussite. Et comme la réussite est toujours partielle, marquée de ce "ratage" inévitable... [Lire la suite]
06 novembre 2013

De la DESILLUSION

    Quand on est revenu de toutes nos illusions, quand tous nos espoirs de vie intense et tropicale se sont envolés, que reste-t-il? La plate monotonie de la vie quotidienne, la conversation, le petit vin entre amis, le soleil qui se lève et se couche, l'ombre et la lumière, ou, comme disait Rimbaud, une dure réalité à étreindre. Survivre au désenchantement, voilà une dure épreuve. Dans le remarquable film "Les invasions barbares", les personnages, tous anciens soixante-huitards dégrisés, passent en revue la kyrielle de... [Lire la suite]
27 septembre 2013

Du FANTASME

    Le fantasme est inépuisable. Je veux dire par là qu'il existe dans l'esprit une tendance irrépressible à produire des images dont la fonction est de nature hallucinatoire, comme dans les rêves nocturnes. Ces images sont inspirées, formées selon le principe de plaisir-déplaisir. Elles s'interposent entre nous et la réalité, comme des écrans protecteurs, des grilles d'interprétation, façonnant le monde à notre convenance, selon un schéma singulièrement répétitif. C'est une sorte de moulage inconscient et structurant qui... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:31 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
30 novembre 2012

De l'AUTOMATISME PSYCHIQUE : le SAMSARA

            Le samsâra c’est le cycle interminable de la naissance et de la mort dont l’Oriental aspire à se délivrer. Pour nous cette conception métaphysique est pour le moins obscure, voire absconse. Mais nous pouvons la mieux comprendre en examinant très prosaïquement le fonctionnement psychique, sitôt que nous acceptons de considérer les mécanismes de répétition qu’un Freud par exemple avait repérés, et qui causent tant de dommages. Répétitions d’échecs, (« Comment réussir à échouer »... [Lire la suite]

15 juillet 2010

Du REEL d' ABSENCE : le REEL dans la PASSION

Il faudrait se demander pourquoi il est si difficile de comprendre la mécanique des passions, d'où dérive une quasi impossibilité de les amender. Sans parler de ceux qui imaginent assez sottement pouvoir les réduire par l'intelligence. Il faut en faire son deuil : le noûs ne régente pas le thymos, la raison n'arraisonne pas la passion. Il est dans ces constructions, ces fixations passionnelles quelque chose qui défie l'entendement, et le bon sens même, et chez des personnes parfaitement saines par ailleurs, et en parfaite ... [Lire la suite]
10 juillet 2009

De la PEAU : fantasme et analyse

La peau se donne à voir comme lisse, homogène, continue. C'est une illusion. A y regarder de plus près que voit-on? Des trous, des trous par milliards. Bien sûr d'abord les fameux orifices : bouche, oreilles, nez, orbites, anus, fente génitale qui fascinent tant les enfants qu'ils ne se lassent d'en parcourir, d'en explorer les bords. Zones érogènes comme dit l'autre. Mais on peut continuer. Au lieu d'en rester à une opposition factice entre ces zones sensibles qui constituent par leur assemblage hétéroclite un "corps de plaisir "ou... [Lire la suite]
04 mai 2009

De la DECEPTION

Déception, réception. deux termes qui renvoient à "capio", "capere" : prendre. Recevoir serait donc reprendre. Il faut imaginer un mouvement d'échange. Je prends. L'autre reçoit. je reprends. Et ainsi de suite. Ce qui se vérifie précisément dans les invitations, et les réceptions mondaines. Il est biebn difficile d'échapper à cette forme sempiternelle du potlatch, qui est, depuis Marcel Mauss, une forme obligée, ritualisée et agonistique de l'échange social. Quant à la déception, mot étrange, il faut y voir un... [Lire la suite]
31 décembre 2008

FANTASME ET FOLIE INTIME

Je reviens à la question de l'issue de la cure psychanalytique, dont j'ai parlé précédemment sous la rubrique : la grande percée. Le travail de déconstruction analytique consiste en derner ressort à traquer le fantasme. On se souvient de la grande réorientation du travail que Freud entreprend autour des années 1900. Il avait cru jusque là à une cause "biographique ou historique", style séduction par un adulte, de la névrose. Mais comme il bute perpétuellemnt sur les mêmes histoires de famille, les mêmes rêveries... [Lire la suite]