29 avril 2015

ETHIQUE de l' INESPOIR : SCHOPENHAUER

  "Des sphères brillantes en nombre infini, dans l'espace ilimité, une douzaine environ de sphères plus petites et éclairées, qui se meuvent autour de chacune d'elles, chaudes à l'intérieur, mais froides et solidifiées à la surface, des êtres vivants et intelligents sortis de l'espèce de moisissure qui les enduit - voilà la vérité empirique, voilà le monde". Schopenhauer : Suppléments du "Monde" chap I, début. La vie, les organismes, et la conscience, et l'intelligence, issus de la moisissure ! Et ce produit tardif de la... [Lire la suite]

03 avril 2015

PANDORA - de l'espoir

  "Auparavant, sur la terre, l'espèce humaine vivait loin des maux, à l'abri de la fatigue, de la peine, des maladies terribles qui font périr les hommes. C'est cette femme qui, en levant de ses mains le vaste couvercle de la jarre, les laissa échapper, et prépara aux hommes de pénibles soucis. Seule l'Espérance, n'ayant pas atteint les bords de la jarre, resta dans sa prison infrangible et ne put s'envoler au dehors : avant qu'elle sortît, Pandore avait laissé retomber le couvercle. Mille autres maux, néanmoins, sont répandus... [Lire la suite]
10 février 2014

ANATOMIE de l' ESPOIR

    On dit que l'espoir fait vivre. Et s'il faisait mourir? Cette proposition peut surprendre, si l'on voit que l'espoir relance indéfiniment le désir, le métonymise, l'éternalise, renvoie dans un avenir indéfini une supposée satisfaction. Entre le moment présent où le désir formule ses réquisits et le futur où le désir rencontre la réalité, satisfaisante ou décevante, on peut avoir le sentiment de "vivre", brûlant de l'espoir de la réussite. Et comme la réussite est toujours partielle, marquée de ce "ratage" inévitable... [Lire la suite]
19 février 2013

Du FONDEMENT (5)

      J'ai parfois le désir poisseux de m'endormir Tout doucement comme dorment les pierres De ne plus rien penser de ne plus rien sentir A tout jamais absent des choses de la terre     Qui suis-je, qui sommes-nous, humains d'un seul jour, entre un passé aux âges incalculables et un avenir sans forme ni certitude? Et pourtant nous ne pouvons manquer de nous interroger sur la place que présentement nous occupons, oh bien fragile place, juste une transition, quand déjà nos enfants nous poussent du... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 06:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
12 mars 2012

ELPIS : l 'ESPOIR et l' ATTENTE

L’espoir, dit-on, fait vivre. Mais on peut soutenir le contraire. Voyez Pascal : « nous ne vivons jamais, mais nous espérons de vivre » (Pensée 172). L’espoir est une anticipation passionnée d’un futur, qui n’est pas en notre pouvoir. Projection du désir sur un néant, s’il est manifeste que nous pouvons être mort dans l’instant.  Joie inconstante qui s’accompagne de crainte, tant l’avenir est  incertain. On y opposera sans peine la plénitude de l’instant présent, seul  temps réel, et le seul où puisse... [Lire la suite]
13 février 2012

SAVOIR, DEVOIR, ESPOIR : Epicure contre Kant

Emmanuel Kant estimait que le philosophe devait s’efforcer de répondre à trois questions cardinales : Que puis-je savoir ? Que dois-je faire ? Que puis-je espérer ? Permettez-moi de donner mes propres réponses, sous réserve d’inventaire. Que puis-je savoir ? Pas quelque chose. Que dois-je faire ? Ce que je peux. Que puis-je espérer ? Rien. Je remarquerai d’abord que les trois questions renvoient à la juridiction de l’autre. Ce que je peux savoir est dans le champ extérieur à moi. Mais cela n’est... [Lire la suite]
04 mai 2009

De la DECEPTION

Déception, réception. deux termes qui renvoient à "capio", "capere" : prendre. Recevoir serait donc reprendre. Il faut imaginer un mouvement d'échange. Je prends. L'autre reçoit. je reprends. Et ainsi de suite. Ce qui se vérifie précisément dans les invitations, et les réceptions mondaines. Il est biebn difficile d'échapper à cette forme sempiternelle du potlatch, qui est, depuis Marcel Mauss, une forme obligée, ritualisée et agonistique de l'échange social. Quant à la déception, mot étrange, il faut y voir un... [Lire la suite]