26 décembre 2016

De la FAILLE du DISCOURS

    Si je dis : "le pain est blanc", tout un chacun comprend ce qu je dis, car la convention linguistique fixe pour chacun la notion de "pain" et de "blanc", si bien que chacun peut vérifier la concordance de mon propos avec la réalité. Ce qui est troublant, c'est que je puisse sans vergogne dire "ce pain est violet" alors qu'il est blanc. Dans le langage rien n'est vraiment impossible, je puis jouer à l'infini de toutes ses virtuaités sans tenir compte en rien de la réalité. Ainsi Eluard - "la terre est bleue comme une... [Lire la suite]

07 mars 2016

PAROLE et DISCOURS : du commencement

  Je crains fort de m'être insidieusement efferré moi-même. C'est le risque inhérent à toute expression, orale ou écrite, que de poser une parole, qui, pour être authentique au moment même où elle est proférée, se fige sur le champ en discours. Ce qui était mouvement, risque, ouverture, appel vers l'inconnu, d'être fixé dans les mots, se voit en quelque sorte réifié, rigidifié, transmuté en socle, ou en statue d'airain. C'est le destin ordinaire de l'art dont le contemplateur ne voit que l'oeuvre achevée, alors qu'elle n'est que... [Lire la suite]
10 juillet 2013

DU DISCOURS et de la PAROLE

    Il faut bien distinguer la parole du discours. Le discours, c'est ce que l'on fait dans un cours ou une conférence. Formule convenue, avec ses rites, ses répétitions, ses modalités officielles. D'avoir si longtemps pratiqué cet exercice de parade il ne m'amuse plus. J'en mesure toute la vanité : si tel ou tel en retire quelque profit il faut bien remarquer que son efficacité est des plus relatives. Que retient-on d'une heure et demie d'exposition? C'est dépenser beaucoup de salive. Plus grave, ces présentations ne sont... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:29 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,