18 avril 2019

SAUVER la PENSEE

  Sauver la pensée... Chaque matin, ou presque, me revoilà tremblotant entre deux vertiges. La nuit n'est pas si loin, encore, que je n'en sente les arcanes ténébreuses, à demi effacées, mais laisssant derrière elles une brume de moiteur, où s'exténue quelque image de rêve. Suis-je éveillé, suis-je à demi mort, suis-je encore celui qui, hier, jetait des étincelles de pensée, comme échappées d'une corbeille inépuisable ? Et de l'autre côté, dans un espace incertain, quelques mots, venus on ne sait d'où, invitent à de nouvelles... [Lire la suite]

25 octobre 2018

Le DIRE et le DIT

  Dire c'est entrer dans la langue pour signifier une impression, une image mentale, une idée. Mesurons l'écart insondable qui sépare le vécu, l'imaginé, le pensé de son expression verbale. C'est un changement de plan - une métaphorisation - qui entraîne à la fois une déperdition et un gain. Déperdition du côté de l'impression dont la richesse, la nouveauté et l'intensité ne se peuvent dire correctement : les mots manquent toujours à faire sentir le senti. Et gain sur le versant de la communication : ce qui était purement... [Lire la suite]
24 octobre 2018

PARADOXE du DIRE

    Le matin quelquefois m'apporte ses chances et ses incertitudes. C'est presque plus que je n'en peux supporter. Un vide saisissant, comme si le vide avait émigré à la surface des choses. J'en suis presque tétanisé, comme figé dans la mutité. Je mesure combien les mots et tout l'arsenal de la pensée nous écartent de la sensation vraie : j'en titube presque. Est-il encore bien nécessaire d'écrire ? Je comprends mieux pourquoi Pyrrhon n'a rien écrit, ni Bouddha. Sans doute ont-ils voulu éviter de figer quoi que ce soit :... [Lire la suite]
06 août 2017

Le Chant des origines : Chant sixième, 1

CHANT SIXIEME 1 Anachronique, archaïsantHellénisant, latinisant, taoïsant, bouddhéisant,Supramoderne à l'aventureJe vais par tous les tempsSans souci des époques, des modes,Alliances et convenances.La vérité est de tous les tempsToujours cachée, toujours présente,Elle n'a que faire de nos savoirs,De nos humeurs, de nos tumeurs. Le premier, Démocrite en a fixé la norme :"Ce que sont les choses, réellementNul ne peut le savoir". Et pourtantIl rêvait de fixer les effets à la causeDe construire un écheveau total des causes et des... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 22:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 avril 2012

GLACIER du DIRE : poème

  Indigné du soleil qui te blesse Tu hèles l’éphémère A te sauver la mise, Quand d’autres oublient la rude tâche De tirer ce qui passe A la cime aiguë du dire. Et c’est à tort qu’on les appelle Poètes, eux, les maldisants, Indigents de l’unique, de la belle Exigence du vrai désir. Trop pressés de courir A la gloire, ils oblitèrent le réel Qui nous poingt de sa serre de fer. Mais toi, Si tu te crois indigne, et délaissé, Tremblant dans la profonde nuit, Tu pressens dans ton cœur déchiré, labouré, Dans l’incendie... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 avril 2012

De la PAROLE ORIGINAIRE, et du poème

Trouver le ton juste … Tout est là. Mais cela se peut-il chercher ? Je ne vois ni méthode ni forçage pour y parvenir. Affaire de chance, ou mieux encore, d’inspiration. Cela vient ou ne vient pas. Le travail y est aussi pour beaucoup, mais ne saurait suffire. Il faut s’en remettre au daïmon, se rendre disponible, écouter sa voix, suivre ses injonctions. Toutes affaires cessantes, se faire oreille, capter la musique, la redoubler dans l’exigence du poème. Il est fort étrange, qu’étant si souvent assailli par les voix intérieures,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 mars 2010

Le PHILOSOPHE dans la CITE : ETHIQUE du DIRE

Comment agir concrètement dans la cité quand on se sent vocation à y dire quelque chose? Comment intervenir, où et pourquoi? Quel est le projet fondamental, en fonction duquel il faut choisir les buts et les moyens? On peut certes se retirer dans son jardin, ce que je fais d'abondance, pour y goûter le jour, et y cultiver les Muses, y recueillir son corps et son esprit, y purifier ses sentiments et y éléver son âme. C'est le préalable absolu à toute réformation de la sensibilité et de l'entendement, à tout projet d'action dans le... [Lire la suite]