20 septembre 2017

Du GRAND AUTRE (2) - Le détournement catégorique

  Nous possédons deux versions du poème "Vocation du poète". La première conclut en disant : " Il n'est pas besoin d'honneurs ni d'armes, tant que Dieu nous reste proche". La seconde : "L'homme (...)  n'a point besoin d'armes ni ruses, avant que l'aide le défaut de Dieu". Revirement spectaculaire. Que s'est-il passé dans l'esprit de Hölderlin, qui puisse éclairer ce revirement ? Le Dieu qui était proche, celui de la tradition protestante, de la philosophie occidentale, ce Dieu s'est éloigné, s'est, selon ses termes,... [Lire la suite]

25 mai 2017

Le DIEU du TEMPS : poème

          Quand meurt le dieu       De belle mort, ou qu'il succombe       Aux quolibets de la foule, le deuil       Etend son linceul blanc sur la terre,       Mais l'esprit, épuré, concentré,       Après la longue nuit se change       Dans la marée muette des nuages       Des saisons cavalières,       Dans les ruées d'orage, à coups d'éclairs       En figure... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 janvier 2015

ECARTELEMENTS VII - VOIX d' OUTRE LIMBES

                VOIX D’ OUTRE LIMBES     J’entends la voix, du fond des âges lourds, la voix Qui monte, qui descend, catapulte Torrent d’avalanches femelles !   Spectre de voix, écroulement baroque, cruel théâtre Ton flamboiement Shakespeare ! Plus de centre ! Cinq milliards de soleils m’écartèlent Et tout croule, tout flambe, se révulse, agonise.   Ah qui suis-je, mon bel amour Dans ce buisson de cri, de sang Où j’exulte, où j’expire ?... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,
10 mai 2009

DU FONDEMENT ABSOLU

A y réfléchir de plus près je crois avoir trouvé le fondement absolu, non seulement pour ma propre subjectivité, mais celui de toutes choses. Ce n'est pas le Grand Autre, ni Dieu, ni le Grand Brahman, ni l'ordre symbolique, toujours relatif et chancelant, bien qu'indispensable, ni évidemment le Moi qui ne fonde que le délire, ni un quelconque dogme en usage ou mésusage parmi les hommes. C'est si simple que je rougis d'avoir eu tant de mal à le trouver. Le fondement c'est la "somme de toutes les sommes" (summa summarum de... [Lire la suite]
20 mars 2009

DE LA CREATION

En toute rigueur, seule la nature est créative. Natura vient de nasci : naître, croître. En grec Physis désigne, à partir du verbe "phuein" générer, croître. La physis, c'est d'abord la puissance de naître, de se développer, de grandir, de s'affirmer dans son être. Par la suite ce terme désignera, comme en latin, la nature dans sa globalité, entendue comme puissance de l'univers, sans origine et sans fin. Pour un démocritéen comme moi, dans l'esprit grec, la nature ne peut se concevoir que comme puissance illimitée, origine... [Lire la suite]