13 juillet 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant second (3)

                   3      Les morts    Laisse-les mourir,    Les morts    Laisse-les pourrir, déchet de corps dans le corps    De la terre, ou partir en fumée    Dans le ciel qui s’indiffère.    De vouloir les garder, voilà le mal, la gangrène de l’âme.    Ce corps de volupté qui embrassait ton corps    Ce doux visage où tu lisais cette infinie tendresse    Où tu... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 juillet 2017

Le CHANT DES ORIGINES : Chant second : 4

                        4         Mais encore une fois son beau visage     Tendrement m’apparaît dans la buée du songe     Elle marche au soleil, ses cheveux     Flottent, belle oriflamme de jais, devant mes yeux,     Elle se tourne vers moi, ses yeux noirs me sourient     Je flotte dans le ciel azuré     Je ne sais ce qui m’assaille, me renverse,     Dans ce sourire je crois... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
20 décembre 2016

PULSION de MORT

  J'entends dire que les nécrophages assassins qui ont le courage insigne de massacrer des innocents, hommes, femmes et enfants, dans un attentat aveugle, stupide et insensé, sont des jeunes. Il y aurait beaucoup à dire là-dessus, mais ma première réaction est de penser que ce ne sont pas des jeunes, mais des vieux, mieux encore, des trés vieux, si vieux qu'ils ne me semblent plus appartenir à la cohorte des vivants. La pulsion de mort est si forte qu'elle a étouffé toute pulsion de vie, ramenant l'existence à ce cauchemar... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 août 2016

SERENITE, note du 8 août 2016

  Il est beau d'atteindre à une relative sérénité, d'autant plus précieuse qu'elle fut chèrement acquise, et qu'on la sait infiniment fragile, suspendue aux aléas du sort, de la santé, de l'entourage, de l'état du monde. Faible brindille qu'un vent peut emporter. C'est quasi miraculeux pour qui se sent vulnérable, froissable, soumis à la destinée commune, sans forces ni ressources particulières, ordinairement exposé aux caprices de la fortune. "Hé quoi, dirait un fieffé stoïcien, la sérénité ne tient-elle pas à la force de... [Lire la suite]
15 juillet 2016

"De la DIVERSION " - Montaigne

  Je viens de relire le chapitre "De la diversion" dans le livre trois des Essais de Montaigne. Le bon Michel nous explique, avec force exemples, comment nous pouvons, par temps d'orage, dans l'épreuve douloureuse du deuil, et le sien fut fort difficile à la mort de son ami La Boétie, nous détourner de la douleur, nous divertir, nous tirer de côté pour ne pas sombrer. A vrai dire cette fuite est très naturelle, elle exprime une tendance innée à la conservation de soi, et salutaire, en considérant l'inutilité de la douleur et la... [Lire la suite]
23 juin 2016

BLESSURES du CORPS, BLESSURES du TEMPS

  Cette blessure nous la vivons d'abord dans le corps, avant que le psychisme ne consente à l'enregistrer. Ce sont d'abord les humbles besoins immédiats qui nous fendent à intervalles réguliers, nous ramenant à la condition d'un vivant qui ne se soutient que de repousser la mort : faim, soif, sommeil, respiration, élimination, territorialisation. Vivre c'est rétablir un équilibre fonctionnel qui se défait sans cesse. Pulsions, tendances, instincts, dont la puissance contraignante oriente nos vies, et, de même, ne connaissent pas... [Lire la suite]

21 mars 2016

De l' OBJET PERDU

  Depuis quelques jours je ne puis me détacher d'une question qui me semble essentielle : l'objet perdu c'est quoi ? Peut-on s'en faire une idée un peu plus précise ? Et si psychiquement il n'est perdu qu'à demi, ou pas du tout, que se passe-t-il ? En quoi cette notion d'objet perdu peut-elle apporter un éclairage nouveau sur l'antique problème de la souffrance comme donnée constitutive de l'existence humaine (Bouddha) ? A vrai dire la philosophie n'ignore pas ce problème mais elle le traite de manière imprécise et abstraite.... [Lire la suite]
03 août 2015

CHAP XXVIII - ETHIQUE

                   CHAPITRE VINGT HUIT : ETHIQUE       TABLE   1 Fondement de l'Ethique 2 Voie Moyenne 3 Ethique de l'Idiotie 4 Ethique de la Joie 5 Résolution éthique et savoir tragique 6 Sublimation 7 Du Deuil et de la Gratitude 8 Savoir, devoir, espoir 9 Programme de pratique épicurienne 10 De la Liberté de nature 11 Vivre et penser 12 Pratique du corps         1 Fondement de l'Ethique   A tout prendre,... [Lire la suite]
23 avril 2014

De la DOULEUR PSYCHIQUE

    Il existe peut-être un régime propre, autonome, invincible de la douleur psychique, résistant à tout accommodement, à toute consolation, une douleur tantôt insensible, irrepérable, qu'un instant on pourrait croire disparue, et qui revient encore et encore. Ce n'est pas même un symptôme, c'est quelque chose de plus fondamental, de structurel, comme un rythme inapperçu de la vie psychique, une sorte de basse continue, qui, souvent imperceptible, fait brusquement retour, à intervalles plus ou moins réguliers, apportant... [Lire la suite]
22 avril 2013

De la SYMBOLISATION comme double détente

    On ne peut sortir réllement d'un processus de deuil que par une symbolisation active. Freud remarquait que dans un premier temps le sujet opérait une incorporation massive de l'objet perdu, une réintrojection des sentiments d'attachement, des souvenirs, des sensations, des situations vécues. L'endeuillé se remémore, dans la douleur, la tristesse, l'affliction, mais aussi avec une sorte de joie paradoxale, les moments heureux  vécus en compagnie du défunt, parfois même se surprend à lui parler... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,