28 juin 2016

Du DETOURNEMENT SUBJECTIF

  En se détournant on laisse quelque chose derrière soi, on consent à une nouvelle séparation, qui ne va pas sans perte, et conscience de la perte. C'est un processus qui se renouvelle bien des fois dans le cours d'une vie, à partir de la première séparation par laquelle on se pose comme sujet dans le monde. A chaque étape cruciale du développement on retrouve à la fois l'angoisse de perdre, avec les incertitudes inévitables qui l'accompagnent, et le sentiment d'une libération, d'une ouverture à la nouveauté, d'une nouvelle... [Lire la suite]

27 juin 2016

DU DETOURNEMENT : l'égalité de condition

  Faut-il dire "retournement catégorique" ou "détournement catégorique" ? Il n'y a pas lieu de se retourner vers quoi que ce soit. Une fois l'origine démystifiée - toute origine n'est que relative, effet autant que cause, moment artificiellement détaché d'un processus infini, comme est la naissance par exemple, qui, si elle marque le début d'une existence concrète et séparée, est elle-même la conséquence d'une chaîne interminable de processus et de rencontres - pourquoi s'attacher à tels moments du temps, y chercher une... [Lire la suite]
18 mars 2013

A-THEOS et ANTI-THEOS : Oedipe et Antigone

    Dans l'interprétation de Hölderlin, Oedipe, l'A-theos est un héros moderne qui vit dans sa chair la perte du dieu et le revirement catégorique. L'Anti-Theos c'est Antigone ("Remarques sur Oedipe", "Remarques sur Antigone",  en 10/18, n°233). Antigone ne se résout pas à laisser son frère défunt exposé à la curée des chiens, exige une sépulture décente contre l'interdiction de Créon, et bravera l'interdit au péril de sa vie. Aux dieux statutaires de la cité qui incarnent l'ordre civil elle oppose la loi non écrite,... [Lire la suite]