20 octobre 2014

D'une SINGULIERE SCHIZOPHRENIE : réel et désir

    Question : qui désire l'immortalité? Voilà sans doute le désir le plus vain que l'on puisse imaginer, et pourtant...C'est lui qui inspire tant d'artistes, de poètes, de créateurs en tout genre. Laisser quelque chose qui témoigne du passage, un petit reste arraché à la mort, un fétiche fantasmatique et dérisoire érigé à la face de l'univers, voilà qui motive, qui excite, qui stimule, qui inspire les entreprises les plus folles. Tel qui pourrait vivre paisiblement dans une retraite dorée, goûter aux joies sereines d'une... [Lire la suite]

28 mai 2014

Du RIEN

    Rien n'est pas rien, puisqu'on en parle, ce qui lui confère pour le moins une identité symbolique. Mais rien n'est pas tout à fait quelque chose, en dépit de l'étymologie (rien = chose, res, rem, en latin). Le rien se situe entre le néant, qu'il n'est pas, et la chose qu'il n'est pas davantage, une sorte de monstre logique, évoquant l'ombre de la chose. Si le destin ordinaire de l'être humain est de se constituer sur la perte originaire de la chose, alors le rien acquiert une sorte de dignité paradoxale à signifier ce... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
24 avril 2014

De l'ECART entre le PSYCHIQUE et la REALITE

      Ce serait une grave erreur que de chercher à se débarrasser du désir. Freud soutenait avec raison que le désir est inextinguible, perpétuellement renaissant, et que tout effort pour s'en débarrasser revenait mécaniquement à le renforcer. Voilà qui jette un éclairage intéressant sur certaines pratiques, toutes erronnées et mortifères, qui visent la destruction du désir, aussi débilitantes que de vouloir empêcher le flux de la pensée. "S'il suffisait de s'asseoir les jambes croisées et de rester immobile, toutes... [Lire la suite]
10 février 2014

ANATOMIE de l' ESPOIR

    On dit que l'espoir fait vivre. Et s'il faisait mourir? Cette proposition peut surprendre, si l'on voit que l'espoir relance indéfiniment le désir, le métonymise, l'éternalise, renvoie dans un avenir indéfini une supposée satisfaction. Entre le moment présent où le désir formule ses réquisits et le futur où le désir rencontre la réalité, satisfaisante ou décevante, on peut avoir le sentiment de "vivre", brûlant de l'espoir de la réussite. Et comme la réussite est toujours partielle, marquée de ce "ratage" inévitable... [Lire la suite]
24 octobre 2013

ESTHETIQUE de l' ECART : de la non-jouissance

    "Il y a deux malheurs : satisfaire le désir et ne pas le satisfaire". C'est à peu près ce qu'écrit Oscar Wilde. (je cite de mémoire). On aurait plutôt tendance à penser, de nos jours, dans une société hédoniste, que le seul malheur est de ne pas le satisfaire, ce qui créerait de la frustration, voire une insatisfaction chronique. Pourtant je pense que Wilde a raison. La satisfaction entraîne souvent le pire, comme on voit par l'avalanche de calamités qui se précipitent sur le malheureux. Tel qui remporte le gros lot à... [Lire la suite]
09 septembre 2013

Du DESIR ABSOLU

    (Empédocle) "se leva et se dirigea vers l'Etna, puis, arrivé près du cratère de feu, plongea et disparut".(DL) Si nous mettons cette légende fameuse en rapport avec la sentence de Démocrite "La vérité est dans l'abîme" nous pouvons construire une hypothèse tout à fait extra-ordinaire : l'attraction, la tentation la plus radicale de l'être humain, celle qui soustend indirectement tous ses projets, toutes ses ambitions, toutes ses tentatives, celles mêmes qui paraissent le plus évidemment ressortir de la passion de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

24 mai 2013

Du BEAU - et du DESIR

    J'en étais là de mes réflexions sur le beau, mesurant la vanité de tout effort de définition, lorsque, je ne sais trop pourquoi, je pensai à Hume, et ressentis soudain le désir de relire quelques pages de cet auteur trop oublié. Ce que je trouvai, le voici : toute idée est issue d'une impression qui lui est antérieure ; en conséquence toute idée qui ne dérive pas d'une impression est dénuée de toute signification, comme sont les notions confuses de substance ou d'essence. D'où la méthode généalogique : se demander... [Lire la suite]
26 décembre 2012

DE-SIDERER - du désirer, et de son origine

        Desiderio : l'italien est plus explicite que le français, si dans desiderare nous entendons de-siderare, chuter de l'espace sidéral, sidération de celui qui s'étonne de sa dé-chéance irréparable. Mais d'où tirons-nous cette suffisance de faussse noblesse- ( "L'homme est un dieu tombé qui se souvient des cieux") - nous qui ne sommes que de roture, plus encore, expulsés de l'orifice maternel entre fèces et urine? C'est trop dire du désir, et pas assez, que de situer si mal sa cause, si peu céleste en... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2012

Du PLAISIR d'ECRIRE

Il ne faut faire profession de rien. Moi-même j’ai été professeur, mais je ne me flatte en rien d’être un professionnel. Je suis, en sport, en littérature, lecture et écriture, un simple amateur, et dans la philosophie même, considérant ma faiblesse en toutes choses, et mon indécrottable paresse. Non que je ne puisse faire effort à l’occasion, mais à la durée je ne vaux rien. Après quelques pages mon livre me tombe des mains, mon esprit s’égare et s’en va battre la campagne. De même pour mon écriture qui ne vaut que dans... [Lire la suite]
10 janvier 2012

De l'EVENEMENT et du DESIR

      J'invite le lecteur, avant d'aborder ce texte, à lire un article précédent : "De l'évènement et de l'énigme" du 8 janvier, sans quoi l'intelligence de celui-ci sera presque impossible. Il s'agit en effet d'une suite rhapsodique dans laquelle comptent tous les éléments.                                                               I      ... [Lire la suite]