05 mai 2020

De L' ESPACE TRANSITIONNEL

  Il y a dans Freud une dimension tragique, et ce n'est un hasard s'il s'inspire de Sophocle (Oedipe-roi) et de Shakespeare (Hamlet) pour énoncer quelques points cardinaux de sa doctrine. A quoi il faut ajouter l'influence de Schopenhauer, qu'il reconnaît lui-même. On reconnaît la dimension tragique à l'opposition frontale de deux principes qui précipitent le sujet dans une situation inextricable, d'où suit, dans le théâtre, mais parfois dans la vie même, la folie, le crime, le suicide, le meurtre, selon les forces en présence.... [Lire la suite]

04 mai 2020

APOLOGIE DU VIRTUEL

  Il est remarquable que les diverses sagesses, à quelques nuances près, énoncent les mêmes principes de base pour l'existence : condamnation de l'excès en tout genre (l'hubris), éloge de la tempérance et de la prudence, souci de soi, bienveillance envers autrui. "Changer ses désirs plutôt que l'ordre du monde" disait Descartes. Mais il est tout aussi remarquable que ces nobles préceptes soient sans effet, hier comme aujourd'hui. Quelque chose dans l'organisation psychique de l'homme vient contredire ce discours, le réduisant... [Lire la suite]
05 mars 2020

VARIATIONS SUR L ENFER

  Jacques Lacan, dans une de ces saillies dont il avait le secret, déclara : "ce que l'homme désire c'est l'enfer". L'affirmation ne vaut qu'à la condition de distinguer soigneusement le désir du vouloir. L'homme ne veut pas l'enfer, il lutte de toute son intelligence pour le repousser. Mais voilà, ce qui est repoussé fait invariablement retour, et ce n'est pas toujours en raison de circonstances défavorables, ou de la malignité du sort. Il y a bien du désir là-dessous, d'autant plus pernicieux et agissant qu'il procède de la... [Lire la suite]
04 mars 2020

L' ILLIMITE DE LA JOUISSANCE

  "Ce n'est pas le ventre qui est insatiable, comme le dit la foule, mais l'opinion fausse au sujet de la réplétion illimitée du ventre" Epicure, Sentence Vaticane, 59. Cette maxime nous aide  à réfléchir sur la nature de la jouissance, si par jouissance nous entendons l'illimité du désir, le dépassement de toutes les bornes ordinaires de la vie. Dans l'élan, dans l'exaltation du désir amoureux, dans la fièvre pulsionnelle, on en vient à croire que c'est l'absolu, hors de toute limite, qui se donne à nous, où les frontères... [Lire la suite]
21 février 2020

SOCRATE et ALCIBIADE : un poème de Hölderlin

              SOCRATE et ALCIBIADE            "Pourquoi toujours rends-tu hommage, saint Socrate,              A ce garçon ? Ne connais-tu rien de plus grand ?                  Pourquoi, avec amour, comme les dieux                      Ton oeil le contemple-t-il ?"             Qui a pensé le plus... [Lire la suite]
19 février 2020

LA ROSE DU POETE

  Je n'ai pas même besoin de fermer les yeux pour la voir : elle se surimprime sur la surface du visible, sur la forme ordinaire des choses, comme un collage que nul ne voit, hormis moi, la grande rose au vastes pétales ouverts, aux franges délicates, qui abritent en son centre la chair rose de la félicité. Ce n'est pas une vision, encore moins une perception, plutôt une sorte de mirage, de projection poétique. Elle n'altère en rien l'image du monde, ne trouble pas les sens ni l'entendement. On peut la susciter ou l'effacer, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 janvier 2020

L'AIR DU LARGE : journal du 15 janvier 2020

  C'est un effet, sans doute, de la débilité de l'âge : on regarde plus volontiers en arrière comme si par là on pouvait freiner la fuite du temps. Mais il est bien agréable aussi d'évoquer les moments heureux, dont l'empreinte ne s'efface pas et qui, au soir de la vie, nous réconcilient avec nous-même. Il est infiniment précieux de parvenir, par delà les aléas de l'existence, à ce sentiment d'unité personnelle, que Goethe exprime si bien dans la fin du Faust :                  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:25 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
27 décembre 2019

Du DESIR ET DE L' OBLIGATION : journal du 27 décembre 2019

  Dans l'apprentissage culturel quelle est la part de l'obligation, et laquelle du désir ? Certains, tels Pascal ou Léonard, se jettent dans l'étude comme poussés par une soif cannibalique. D'autres rechignent à tout effort, préférant se prélasser au soleil ou courir la prétentaine. Je suis moi-même déchiré entre les deux tendances, mais l'obligation, je l'avoue, est la plus forte. J'aimerais savoir ne rien faire et m'y trouver bien. Mais je progresse un peu dans cette voie, et, bien souvent, écartant livres et cahiers, je me... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,
03 octobre 2019

VARIATIONS sur l' ECHEC

  Que faire de nos échecs ? On peut s'arrêter devant la porte close et se pétrifier. Mais il est bien préférable de contourner l'obstacle quand cela est possible. D'autres fois il faut réviser ses projets : peut-être a-t-on visé trop haut. Ou alors on s'est tout bonnement trompé : on croyait vouloir ce qu'on ne voulait pas. Encore fallait-il s'en apercevoir. On découvre assez aisément ce qu'on ne veut pas, plus difficilement ce qu'on veut. Plus encore : ce qu'on veut n'est pas forcément ce qu'on désire. Quand le désir et le... [Lire la suite]
14 juin 2019

Le CHOIX d' ULYSSE : du désir difficile

  La nymphe Calypso avait sauvé et recueilli Ulysse après son naufrage. Elle, l'Immortelle, pour le garder, lui offre "de le rendre immortel et de le garder toujours jeune". Mais Ulysse n'est pas heureux :                                          "il était assis sur la grève,     Les yeux tout embués et consumant la douce vie     A pleurer son retour". La situation aurait pu durer éternellement si Zeus... [Lire la suite]