19 juillet 2016

Des LIMITES et OBSTACLES au NON-ATTACHEMENT

  C'est une acquisition tardive, mais d'autant plus précieuse : j'ai appris à me détacher, à oublier, à laisser derrière moi, à me détourner si bien, et si vite, que c'est à peine si je me souviens de la veille, de ce que j'y fis, j'y vécus, y ressentis. Je m'en ressens plus léger chaque jour. Il fut un temps où je ressassais, n'en finissant avec rien, affligé de cette pathologie digestive qui nous transforme en ruminants. Aujourd'hui, à peine mon article rédigé, je passe à autre chose, sans regret, sans remords : j'ai fait du... [Lire la suite]

26 octobre 2009

De la COUPURE SYMBOLIQUE : la langue et le réel

"Le Beau c'est ce qui désespère" écrivait Valéry. Certes, par son infini éloignement, son inaccessibilité. Désespoir du poète à la recherche de l'improbable terme, exact, exhaustif, qui dirait d'un seul éclair la teneur  insaisissable de l'intuition. Très vite il s'aperçoit que ce mot tant convoité n'existe pas, que chaque mot ne vaut que par un autre, et qu'en somme aucun signifiant n'est à la hauteur du Tout. Il faut donc en rabattre, jouer sur de secrètes connivences, des approximations et des résonnances. A défaut de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,