24 janvier 2021

Le CHANT des ORIGINES : CHANT CINQUIEME, 2

                2   Fresques sublimes !Monstres entrelacés, torsion des corpsEquarris,Grimaces d'enfer.- Irrésistible, une force d'airainLes pousse,Bras tendu d'un dieu, sans un criDans l'abîme.A droite règne ZeusFoudre tonnant,Impassible. Une femmeDéesse ou prophétesseClame la louange sacrée.Et tout en bas des hommesNus, sexes de pierreContemplent la déroute des monstresL'éclatante gloire des dieux.Les hommes songentAnxieux, méditatifs ;Bientôt pour eux viendra l'heure. Que savez-vous... [Lire la suite]

20 janvier 2021

Le CHANT des ORIGINES : EXODE

                              EXODE          Dès le matin      Cela chante dans ma tête      Je suis branché sur l’univers      Radio spatiale       Immensité !        Il était las des hommes Héraclite      Il se retira dans le temple d’Artémis, à Ephèse,      Aux... [Lire la suite]
12 novembre 2020

LE SECRET d'EPICURE (suite 3)

                                              VII                              Epicure à Onésicrite, salut.      J’ai eu l’heureuse surprise d’apprendre que tu as pris la peine de lire mon Traité de la Nature et que tu en as, dis-tu, goûté l’excellence de style, la vive sobriété, et la forte cohérence. Tant mieux, mais... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
08 novembre 2020

ECARTELEMENTS V - ANTIDEPRESSEURS - Poésie 15

               ANTIDEPRESSEURS     Frénésie, mots éclairs, mots boutoirs Diarrhée de jets bruts, Vociférant Je harcèle le vide, j’éructe dans la nuit Je me demande si je suis.   Librium, Témestat, Gardenal Livide en somme, thème à trépas et garde-anal Dix millions de cachets par jour De quoi me gardez-vous, pilules amères De quelle atroce, insupportable Amère vérité ?   En finir avec la dépressivité Ce mal-vivre, mal... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 08:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 septembre 2020

APOLOGIE du CORPS

  "Ad luminis oras...Vers les rives de la lumière. Philosopher c'est marcher résolument, à partir du chaos, vers la clarté de la pensée. Le chaos est la réalité première. Chaos de la nature (chaos sive natura), chaos des instincts et des pulsions, chaos des représentations. C'est de là qu'il faut accepter de partir si l'on veut éviter de se perdre dans les fumées de l'idéalité, qui rêve au lieu de penser. Oriri : se lever, naître, s'originer, d'où oriens, l'orient, et bien sûr l'orientation. Kant demandait : comment s'orienter... [Lire la suite]
21 août 2020

DU DEUIL ET DE LA DOULEUR

  Freud remarquait avec pertinence que lors du décès d'un être cher nous savons bien Qui nous avons perdu, mais ne savons pas ce Que nous avons perdu. Ce que la personne représentait pour nous, quelle place elle occupait dans notre psyché, quelle valeur (objectale) elle incarnait. Ce qui est sûr c'est que nous nous trouvons comme amputés d'un membre, diminués, mutilés. Le moi se sent déchiré - et c'est plus qu'une image, c'est une expérience incontestable, dont témoigne le survivant par sa douleur et ses larmes. Un des... [Lire la suite]

10 août 2020

DE LA COUPURE : journal du 10 août 2020

  La conséquence la plus nette de mes quatre années d'internat - entre 9 et 13 ans - fut de me couper définitivement de mon entourage familial antérieur. J'avais moult cousins et cousines, je ne les voyais plus. Là-dessus ma mère décidait de se remarier et de s'installer à Strasbourg avec son mari. C'est là que je vivrais dès lors, pour la première fois, avec ma mère, et un beau-père. Mais cette situation créait une autre sorte de conflits : mon beau-père n'était pas mon père, et quoi qu'il fît ou ne fît pas, il ne pouvait... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
09 juin 2020

CE QUE PEUT UN CORPS

  De part ma complexion native je ne suis guère porté à somatiser. Dans les moments d'accablement, et j'en ai hélas connu trop souvent, je me mets entre parenthèse, je fais le gros dos, je me ménage, je suspends mes activités, je chôme de corps et d'esprit, j'attends que l'orage passe. Cette capacité de repli m'aura du moins épargné de plus graves déboires. Si bien qu'au total je n'ai pas trop à me plaindre de l'état où je suis présentement, à l'approche des 75 ans. Montaigne, dès cinquante ans, se plaint de son grand âge. Ce... [Lire la suite]
08 juin 2020

HABITER SON CORPS ?

  Habiter son corps, la formule est plaisante ! Et où donc pourrait-on habiter si ce n'est ici, dans un corps qui nous situe nécessairement, irréfutablement, en un lieu et un temps strictement définis. A cela point d'échappatoire.  Mais dire : habiter son corps, est plus une commodité de langage qu'une vérité. C'est le langage qui nous fait dire : "mon corps", alors qu'en fait je suis autant possédé par mon corps que je le possède. J'ai un corps et je suis ce corps. J'ai un corps dans la mesure où je puis décider de son... [Lire la suite]
09 mars 2020

SAUVER LA PENSEE

  Sauver la pensée ! Elle qui est menacée de toutes parts par les impératifs d'une société mercantile, autoritaire, qui soumet la liberté aux diktats de la performance. Mais ne nous illusionnons pas : toute société, quelle qu'elle soit, repose sur le principe de l'hétéronomie, la loi externe qui organise le jeu des rapports et des ordres. On ne peut penser qu'en se détachant, au prix d'une certaine solitude, et d'un risque assumé. Ce qui fait que le problème est d'abord interne : le conflit se joue dans le rapporte entre les... [Lire la suite]