05 janvier 2017

De l' AMBIVALENCE et de la CONTRARIETE

  Aux commentaires avisés de plusieurs lecteurs, que je remercie au passage, je voudrais apporter ci-devant un modeste addendum :   En latin "altus" signifie aussi bien haut que profond. "Sacer" : saint, vénéré, auguste, mais aussi : maudit, exécrable. Le pharmakon, en grec désigne le poison aussi bien que le remède. On pourrait multiplier les exemples. D'un point de vue logique c'est incompréhensible : depuis Aristote, nous sommes attachés au principe d'identité : A=A, et encore : A ne peut être en même temps et sous le... [Lire la suite]

25 juillet 2016

OBSERVER SANS CONCEPTS : un exemple

    J'ai décidé d'observer les choses de manière tout à fait neuve, hors de tout cadre théorique, sans concepts, sans idée préconçue, tâchant d'ouvrir les yeux, et le coeur plus encore, sur tout ce qui passe en moi et autour de moi. Première observation, ce matin même : j'aime commencer doucement et mollement la journée, or, voilà qu'une somme de contrariétés m'agressent, à peine le café avalé. Enervement, puis, quasi instantanément, une soudaine lourdeur du péricarde, une sensation d'affaissement, une gêne que l'on... [Lire la suite]
20 septembre 2013

De la VISION TRAGIQUE : HERACLITE et NOUS

    La formule spéculative du tragique, première et dernière, c'est Héraclite qui la donne. Pour en saisir la portée il faut considérer trois sentences fondatrices : "Un et Tout" (hen kai pan) ; "l'un différant de lui-même (hen diapheron heautou) : "la guerre est le père de toutes choses, de toutes choses le roi" (polemos pantôn pater, pantôn basileus). Le monde est livré à la loi des contraires, organisé-déchiré par la lutte des contraires, faim-satiété, guerre-paix, été-hiver, chaud-froid, sec-humide, plaisir-déplaisir,... [Lire la suite]
14 janvier 2010

UNITE et CONTRARIETE : sur Héraclite

pensée du mouvement perpétuel et de la lutte des opposés une quelconque unité? Où est passée la formule "hen kai pan" Un et Tout? A l' évidence toute perception, toute sensation, toute image, toute conception même me renvoie immédiatement à l'un des contraires, et souvent à l'exclusion de l'autre. Quand il fait nuit je ne perçois rien du jour à venir. En hiver je ne souffre pas des chaleurs d'été. En tant de guerre je ne ne puy is me prélasser en un paisible jardin, si ce jardin est un champ de bataille. Et ainsi de suite.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 06:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,