08 octobre 2019

TANKA d' AUTOMNE

       Tanka d'automne         Délire de feuilles !      Dans l'automne ébouriffé      Le soleil qui danse !      Hé quoi, j'en oublierais presque,      Tout transi, de respirer !
Posté par GUY KARL à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 novembre 2018

OCRE : poème

                             OCRE                   Dans l'ocre d'automne                 Intempestif étourdiment                 Je valse à contre-temps                   Le temps chavire,                 Le temps déchire      ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 novembre 2018

PRESTIGE d' AUTOMNE : fantaisie

  Mon appartement est ouvert sur les arbres, si bien que j'ai parfois l'impression de vivre au milieu du feuillage, comme un écureuil, une pie, ou mieux encore, comme un aborigène de Nouvelle Guinée. C'est ma manière à moi de me sentir homo natura, en dépit de toutes les commodités et déformations de l'état de civilisation urbaine. L'automne est magnifique, les feuilles jaunes ont un éclat souverain, je les regarde frissonner dans la brise, et tomber quelquefois, ouvrant des trouées blanches sur les nuages, et la lumière court... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
21 juillet 2017

La LETTRE et l'ESPRIT de la CULTURE (2) : du destin de l'Occident

    Le poème "Pain et Vin" commence par le tableau du soir et de la nuit qui vient : c'est une méditation sur le temps, sur les variations du temps, sur le rapport entre le jour et la nuit, qui ne laisse pas de faire songer à Héraclite, lequel avait affirmé l'unité irréductible du jour et de la nuit : ils sont le même, écrivait-il. Or nous voici, historiquement, au crépuscule, sous l'aplomb de la nuit qui vient. Mais alors l'esprit va-t-il disparaître, nous plongeant dans l'indéterminé et le chaos ? Le poète évoque alors... [Lire la suite]
28 octobre 2013

AUTOMNALE : poème

         Rouge le parc flamboie       De mille feuilles incendiées       Lente la lune orange       Gravit des marches invisibles       Et le soir tétanise       A l'acmé d'une extase muette       A l'apogée du coeur.  
Posté par GUY KARL à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :