27 mars 2017

FRERE GUILLAUME : poème

                     Pour Guillaume A         Amour amer, amer amour       La rose penche sur sa tige       Déjà elle incline au retour       Le soir par les feuilles s'afflige       La nuit dispose ses atours         Echarpe noire à mon corsage       Je suis la nuit des orphelins       Quand la colère me ravage       Je le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

01 février 2017

De la MORTALITE de l'AUTRE

  Envisager sa propre mort comme une certitude imparable ne me semble pas une chose impossible. Surtout si lors d'une opération périlleuse, et de nombreuses complications adjacentes, vous avez frôlé la catastrophe. Après cela la vie vous semble bien différente, essentiellement incertaine et précaire. Vous développez une sensibilité de rescapé, considérant toutes choses sous l'angle de l'impermanence : tout ce que vous vivez pourrait ne pas être, il suffit pour cela d'une petite modification vasculaire, d'un caillot, d'un arrêt... [Lire la suite]
04 mai 2016

De la VERTU d'AMOUR

  Une des scènes les plus réussies, et il en est beauoup dans l'excellent "Amadeus" de Milosz Forman, met en présence l'empereur et Mozart, devant quelques courtisans amateurs de musique, tous inconditionnels de l'opéra italien. Mozart ricane : ces opéras italiens "chient du marbre", rien ne vaut un bel opéra allemand, qui ferait valoir les "vertus allemandes". - "Et quelles sont ces fameuses vertus allemandes ?" demande l'empereur. - " L'amour Sire, l'amour !". Je doute que l'amour soit une vertu et je ne dirai pas, comme... [Lire la suite]
28 avril 2016

Des RELATIONS d' OBJET, et de la LOI

    Lacan parle quelque part de l"hainamoration". Voilà qui fâchera la midinette, et plus encore le cortège dithyrambique des inconditionnels de l'amour. "Aime ton prochain comme toi-même" peut-on lire sur le fronton des synagogues. La devise est belle, mais chimérique. Pourtant elle exprime en sous-main une constatation fort réaliste, celle-là, que chacun s'aime d'abord, plus que tout, et qu'il serait souhaitable de tirer autrui du néant où il est spontanément placé, pour lui conférer un peu de cette considération qui ne... [Lire la suite]
02 septembre 2015

La BONNE NOUVELLE : la liberté par la philosophie

  "Il faut s'adonner à la philosophie pour que t'advienne une liberté véritable" (Sénèque.) C'est dire du même coup que la liberté est une conquête, nullement un état de nature. Notre disposition spontanée nous porte à l'errance des opinions, des humeurs et des circonstances. Hors de la discipline indispensable, notre esprit "fait le cheval échappé" comme dit joliment Montaigne, qui, libéré des contraintes de la profession, découvre avec surprise la pusillanimité de ses désirs, errant et fouaillant de tous côtés, avant de se... [Lire la suite]
02 octobre 2013

De l' AMOUR : méditation

    Il y a dans l'amour quelque chose d'impossible. Pourtant l'amour, ça existe. J'hésite toujours à en parler, craignant de dires des bêtises. C'est que je ne sais rien de plus difficile. D'abord cela ne se peut définir. Les mots manquent, ou glissent, dérapent et disent tout autre chose. L'impossible tient aux mots, mais aussi à la chose, si tant est qu'on puisse parler de chose. Y a t-il une chose de l'amour, comme il y a chose du désir, ou des désirs? A défaut de savoir ce qu'on désire on sait fort bien ce qu'on ne... [Lire la suite]

30 septembre 2013

Petite MEDITATION sur HADES

          Le réel est ce trou aux bords perlés qui appelle et repousse.       Perséphone et Hadès, noirs et superbes, interdisent la porte.       Nul ne franchit le seuil sans être pétrifié.   Elis était la seule ville en Grèce qui eût un temple d'Hadès. Ce dieu terrible que par dérision on appelait Plouton, le riche parce qu'il était riche de toutes les âmes des trépassés, faisait l'objet d'un culte indirect, souterrain en quelque sorte, à la différence des autres... [Lire la suite]
01 juillet 2011

PHILIA : AMOUR ou DESIR ?

"Amour les tient unis dans le cercle enchanté!" Cela pourrait être une maxime d'Empédocle qui estimait que le semblable attire le semblable. Nous voulons, nous Modernes, que l'amour s'édifie sur le désir, le parachève dans le dépassement. Mais ce n'est là qu'un voeu, et la réalité démontre abondamment le contraire. Peut-être bien que le désir et l'amour sont parfaitement exclusifs l'un de l'autre. Le désir est mouvement vers l'autre, attrait de l'altérité, fascination de la différence. L'amour est extension de soi dans la continuité... [Lire la suite]
21 mars 2011

EMPEDOCLE (2) - : l'AMOUR et la HAINE

Empédocle d'Agrigente est un haut lieu de la pensée universelle. Il conçoit le monde comme la lutte éternelle de deux principes antagonistes, également éternels, incréés et souverains : l'Amour et la Haine. Il appelle l'Amour tantôt Philia, Philotès, ou Aphrodite et Kypris, la Haine Neikos, ou Kotos (la Discorde). Dans leur lutte éternelle tantôt l'un des principes l'emporte sur l'autre, mais sans jamais le détruire, et tantôt le second reprend le dessus, sans l'emporter tout à fait. De la sorte l'univers, et toutes ses "natures"... [Lire la suite]
07 janvier 2011

La VENUS VAGABONDE : LUCRECE

"Vénus par des simulacres se joue des amoureux ; Ils ne peuvent se rassasier de contempler le corps de l'aimée en sa présence Et ne peuvent de leurs mains rien détacher des tendres membres, Errant incertains sur le corps tout entier. Enfin, membres accolés, quand ils jouissent de cette fleur De jeunesse, quand  déjà le corps envisage des joies Et que Vénus est au point d'ensemencer le champ de la femme, Avides ils clouent son corps, ils joignent leur salive A la sienne, leur souffle pénètre sa bouche qu'ils pressent de... [Lire la suite]