02 avril 2019

Et TOUT est DEPEUPLE

  Renversant le vers célèbre "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé" un auteur écrit "Un seul être vous manque et tout en est peuplé". Cette idée est très juste. Elle décrit une réalité ordinairement mal perçue. Dans le premier vers on désigne l'épreuve de la perte qui entraîne un sentimant poignant de déréalisation universelle. C'est en effet ce qui se passe dans le deuil. Le second vers introduit un paradoxe qui peut étonner : on croit que tout est dépeuplé, troué par le manque, dévitalisé - ce qui correspond à un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:29 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

23 octobre 2018

De la DEPRISE

  Il n'est pas bon de lire trop de livres. La culture philosophique a aussi ses inconvénients et ses dangers. On pense trop, on se perd dans les subtilités de la langue. On finit par croire que la vérité est dans la langue, alors que la langue n'est qu'un système conventionnel destiné à l'échange. Si l'on n'y prend garde le piège se referme sur nous, et alors nous devenons des bavards et des prétentieux. Il faut sans cesse revenir à l'originaire. Mais si je pense : "il faut revenir à l'originaire" je fais de l'originaire un... [Lire la suite]
27 octobre 2016

PATERNITE

    A chaque fois je suis pris d'un doute : est-il bien raisonnable de reprendre ces récits discontinus, d'y ajouter de nouvelles feuilles, quand il n'est pas bien certain qu'une histoire si profondément subjective et privée soit de nature à intéresser un lecteur de philosophie ? J'ai, d'une certaine manière, répondu à cette objection, faisant valoir qu'un philosophe est avant tout un homme de chair et de fibres, et que ce serait bien dommage qu'il se présentât comme un pur esprit, dégagé, on ne sait comment, de toutes les... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
09 mars 2016

De l' ANXIETE

  L'anxiété est l'angoisse spécifique de l'avenir, perçu comme menaçant, voire catastrophique. L'anxieux se tient pelotonné dans ce présent fragile, comme s'il pouvait empêcher par sa crainte le cours irrépressible du temps qui l'entraîne dans l'incertitude du futur. Demain sera forcément pire qu'aujourd'hui : au moins le présent, fût-il pesant et désagréable, est connu, alors que demain peut être n'importe quoi. Dès lors l'imagination s'enfle à inventer des monstres, des situations inextricables, multipliant à l'envi les... [Lire la suite]
09 novembre 2015

JOURNAL - 9 nov - incertitudes

  Je remarque, rétrospectivement, que dans ces pages j'ai très peu parlé de l'élément féminin. J'ai vécu pendant dix ans au contact de ma grand-mère plus que de ma mère, qui, après un ou deux ans, s'est absentée durablement pour travailler dans le commerce. Cette absence, après celle du père, mort avant ma naissance, a déterminé largement le climat affectif de mon enfance, à la fois très entourée - il y avait là outre mes grands-parents, une ribambelle d'oncles et de tantes, plus tard de cousins et cousines - et marquée d'un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:47 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
21 août 2012

La TRAVERSEE de l' ACHERON

        « Et j’ai deux fois vainqueur traversé l’Achéron »… Cette double traversée, avec l’incertitude vitale qui l’accompagne, donne à l’existence une couleur très particulière, comme une suspension dans le vide, une sorte de vol horizontal sur place, une langueur quasi italienne, comme un long crépuscule toscan, entre vignes et bosquets, un halo de brume rose et bleue, une subtile touche d’indifférence amusée, vaguement inquiète, débonnaire et désabusée. Je n’ai plus de ces angoisses ravageuses qui... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:59 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,
04 avril 2012

De la PAROLE ORIGINAIRE, et du poème

Trouver le ton juste … Tout est là. Mais cela se peut-il chercher ? Je ne vois ni méthode ni forçage pour y parvenir. Affaire de chance, ou mieux encore, d’inspiration. Cela vient ou ne vient pas. Le travail y est aussi pour beaucoup, mais ne saurait suffire. Il faut s’en remettre au daïmon, se rendre disponible, écouter sa voix, suivre ses injonctions. Toutes affaires cessantes, se faire oreille, capter la musique, la redoubler dans l’exigence du poème. Il est fort étrange, qu’étant si souvent assailli par les voix intérieures,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,