19 décembre 2017

La JOIE du TAO : HAN CHAN et LI T'AI PO

Ce qui est merveilleux dans le Taoïsme originel c'est la spontanéité et la liberté. On y respire l'air pur des cimes, on y boit la rosée matinale, on s'enchante de la brise dans les arbres, de la lumière qui joue en vibrant à la surface des eaux calmes. Rien de compassé, rien d'artificiel. Le sage a jeté aux orties ses costumes de cour, brûlé tous les livres. Libre comme le vent, échevelé, il chevauche la montagne vide, il danse dans les brumes, hurlant sa joie, confondu à l'ébriété de la nature universelle. Le taoïsme est d'abord un... [Lire la suite]

03 février 2016

La SOLITUDE et l' OUVERT

  Me voilà bien seul ! J'ai le sentiment, trompeur peut-être, ou séducteur, d'avoir franchi bien des obsctacles, traversé de profondes forêts peuplées de bêtes fantastiques, de mirages, d'anges et de démons de toutes sortes, pour déboucher enfin dans la vaste plaine inhabitée, où seul le vent des espaces infinis continue de me parler à l'oreille. Bien sûr, ce n'est qu'une métaphore, mais elle exprime quelque chose de cette situation à la fois libre et inconfortable qui est à présent la mienne. Je n'en retire nulle gloire, nulle... [Lire la suite]
23 juin 2011

De l'ART du THE, et des pratiques ordinaires

Le café est puissant, aromatique et sensuel. En Italie il est un art. Chez nous il n'est qu'une pratique très ordinaire, souvent expéditive. Le thé est moins puissant. Ma grand-mère concoctait du "thé noir". Jeune, je buvais du thé "noir", plus agé, je me range au thé vert. Je remarque que la jeunesse recherche la violence du goût, alors que la vieillesse nous porte à la fadeur. Mais il y a diverses formes de fadeur. La fadeur "insipide" est manque, faiblesse et platitude. La vraie fadeur est riche de tous les arômes en puissance,... [Lire la suite]
09 juin 2011

DE LA SANTE : adaptation et spiritualisation

On définit souvent la santé comme l'absence de maladie, ce qui est fort tendancieux. Remarquons d'abord que l'absence de toute affection morbide est peu probable. D'autant que la vie se dévelope par crises, et que l'absence de crises signerait une déficience du développement. La crise n'est pas une maladie, c'est une adaption qui peut réussir ou échouer. En fait la santé est indéfinissable parce que ce n'est pas un état stable, mais un processus. Ce processus est réactif si ce sont les circonstances qui contraignent à un remaniement.... [Lire la suite]
07 juin 2011

De l'INSTANT : désir et plaisir constitutifs

La vie réelle se joue dans l'instant. C'est dans l'instant que la vie bascule, ou ne bascule pas. Dans l'absolu, chaque instant est une question de vie et de mort. Vivre, c'est prolonger la vie d'une seconde, de seconde en seconde. Mais à cela nous ne pensons guère, distraits que nous sommes par nos "affaires", pré-occupés des moments à vivre que nous croyons acquis sans discontinuité. Un retour réflexif nous permet de déconstruire cette naïveté, et de mesurer la précarité de nos vies. Avant "maintenant" c'est du passé, après... [Lire la suite]