15 décembre 2014

PRAGMATA : Poésie 2

                   PRAGMATA                Poèmes, par Guy Amédé Karl                                             I                                 LE RHIN             Et je ne sais jamais ce qui me pousse  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mars 2014

MYSTICISME et SCEPTICISME : BOUDDHA et PYRRHON

    Je n'ai pas d'affection particulière pour le terme "mystique" : il évoque trop complaisamment l'effusion, la déréalisation, la désubjectivation, la liquéfaction dans l'indéterminé et l'ineffable. Sans compter ses accointances suspectes avec le délire religieux. Il est dès lors bien difficile de tenir là dessus un discours rationnel et rigoureux. Et pourtant, à la condition expresse d'écarter ces obstacles, il faut bien convenir que les plus sérieuses pensées des philosophes présentent une incontestable dimension... [Lire la suite]
28 janvier 2014

Les DEUX PLANS : REEL ET REPRESENTATION

                                                                                                                                                       ... [Lire la suite]
30 septembre 2013

Petite MEDITATION sur HADES

          Le réel est ce trou aux bords perlés qui appelle et repousse.       Perséphone et Hadès, noirs et superbes, interdisent la porte.       Nul ne franchit le seuil sans être pétrifié.   Elis était la seule ville en Grèce qui eût un temple d'Hadès. Ce dieu terrible que par dérision on appelait Plouton, le riche parce qu'il était riche de toutes les âmes des trépassés, faisait l'objet d'un culte indirect, souterrain en quelque sorte, à la différence des autres... [Lire la suite]
10 juin 2013

De l' HUMOUR PHILOSOPHE : PYRRHON

      La tradition antique rapproche Pyrrhon de Socrate. Mais les deux personnages ne se ressemblent que par des traits extérieurs : les deux sont des philosophes de la parole qui n'écrivent pas, qui s'adressent directement aux gens, qui travaillent le comportement et le discours selon la vérité. Socrate fait mine de suivre le partenaire dans ses élucubrations pour mieux dénoncer son illusion de savoir et le mettre en face de son ignorance. Cette attitude implique de sa part une conviction, qu'il répète à l'envi : si... [Lire la suite]
09 mai 2013

ETHIQUE de l' IDIOTIE: un sujet sans subjectivité

    Idios : séparé, particulier, singulier Idioma : particularité Idiotès : celui qui reste séparé, celui qui se distingue (de l'Etat, des communautés etc), comme simple particulier, simple soldat etc. Idion s'oppose à koinon, le commun, la communauté.       Héraclite écrit : "Il y a pour les éveillés un monde unique et commun (koinon) mais chacun des endormis se détourne dans un monde particulier (idion kosmon) -DK 89. Pour Héraclite c'est l'accès au Logos qui crée la véritable communauté,... [Lire la suite]

25 avril 2013

LE PHILOSOPHE sans IDENTITE : Lucien de Samosate

      Dans son joli pamphlet "Sectes à vendre", Lucien de Samosate met en scène un marché d'esclaves sous la houlette de Jupiter, de Mercure, et l'administration d'un marchand. Défilent de grands noms de la philosophie antique, Pythagore, Diogène, Socrate, Démocrite, Héraclite, Chrysippe, entre autres, exhibés sans complaisance, mis à pris, vendus au plus offrant. Voici un bref passage où c'est Pyrhon, sous le nom de Pyrrhias, qui est interrogé par le marchand : Mercure : Qui veut acheter celui-ci? Le marchand... [Lire la suite]
28 novembre 2012

POURQUOI PYRRHON est INEBRANLABLE ?

                      Ce qui fait la position absolument singulière de Pyrrhon, son idiosyncrasie absolument originale et incomparable, ce n’est nullement, comme on pourrait croire, la pratique du doute – le fameux doute sceptique – mais le fait, confirmé par Diogène Laerce, qu’il est, en toutes choses, « inébranlable ». Ce trait est fondamental, et à le manquer, on manque l’esprit véritable du pyrrhonisme. Pyrrhon est de fait parvenu à un point suprême, celui... [Lire la suite]
07 septembre 2012

Du PLAN d' IMMANENCE

          « L’apparence l’emporte sur tout » écrit Timon, qui passe pour un fidèle défenseur de la sagesse pyrrhonienne. Cela signifie qu’il n’existe que des apparences, ou mieux des apparaître-disparaître, lesquels ne renvoient  à nulle essence fixe et permanente, à nul Etre. Il s’agi t de ruiner à tout jamais l’opposition classique de l’apparence et de l’essence, de l’être et de l’apparaître : le terme même d’apparence devient caduc, puisque « rien » n’apparaît plus, si... [Lire la suite]
31 août 2012

PYRRHONISME : les dix tropes d' ENESIDEME

          Enésidème est le génial auteur de la réviviscence du pyrrhonisme. On lui doit une systématisation des arguments sceptiques visant à ruiner toute position dogmatique d’affirmation ou de négation. Cet argumentaire est disposé traditionnellement en dix points sous le titre : les dix tropes d’Enésidème. Trope signifie mode. Pour le pyrrhonien la visée est suspensive et éthique : le malheur de l’homme vient de sa rage de savoir, et plus encore de conclure. Ruiner cette prétention est œuvre... [Lire la suite]