23 septembre 2019

DES TYPES DE PHILOSOPHES

  Dans la galerie des types celui qui vient en premier, primus inter pares, c'est le poète. Homère génialement originaire, qui dessine souverainement un monde. Hésiode chante la naissance de l'univers et des dieux. Sappho, l'Aphrodite des muses, qui invente l'amour. Puis viennent les Tragiques, tout imprégnés encore de l'élément originel. Un nouveau type apparaît à l'aube du cinquième siècle, le poète-philosophe, qui combine deux inspirations contradictoires : la tradition homérique - on écrit volontiers en hexamètres... [Lire la suite]

08 juillet 2019

DISSOLUTION

  Philosopher c'est mener le travail de dissolution jusqu'à l'extrême simplicité, à deux doigts du silence. C'était le point d'arrivée de Pyrrhon. Après sa boucle gigantesque par les déserts d'Asie, retour à Elis, coïncidence du départ et de l'arrivée : dorénavant aucune boucle n'est plus nécessaire.  En chemin il a tout expérimenté, tout essayé, tout laissé, tout oublié.  Il lui suffit de se tenir à l'orée du monde, et du temps, auprès de la bouche fumante d'Hadès. Lao-Tseu disait, peut-être plus justement :... [Lire la suite]
08 mai 2019

COMME UN IDIOT DANS LE COURANT DES CHOSES : HOUANG PO et PYRRHON

    « Quand on sait avec certitude que rien n’a, au fond, d’existence, qu’on ne peut rien trouver et qu’on n’a alors rien sur quoi s’appuyer, se fixer, qu’il n’y a pas de sujet ni d’objet, plus aucune pensée erronée ne s’agite… » Et encore : « …sans vous appuyer sur rien, sans vous fixer nulle part, en restant tout le jour comme un idiot qui se laisse porter par le courant des choses. » Ces deux citations proviennent des Entretiens de Houang Po. J’aime à penser que si Pyrrhon avait écrit, il eût... [Lire la suite]
06 mai 2019

DU SUJET : nécessité et injustifiabilité

  Poser le sujet est un acte philosophique à la fois nécessaire et injustifiable. Nécessaire à deux points de vue : d'abord comme personne morale et juridique, supposée responsable de ses actes. C'est une position de principe qui fait de chacun un justiciable en supposant en chacun la liberté de se déterminer en toute conscience. Si, à l'inverse, on pose que les gens sont rigoureusement déterminés par diverses causes psychologiques ou sociales il devient impossible de juger et de châtier. C'est d'ailleurs ce qui se passe dans... [Lire la suite]
03 mai 2019

De l' APHASIE : Pourquoi Pyrrhon n'a pas écrit

  Il est curieux que Pyrrhon n'ait laissé aucun écrit. Et qu'il n'ait pas fondé d'école, au sens propre du terme, à une époque où chaque philosophe novateur avait le souci de laisser un enseignement et de définir un mode de transmission. Comme Bouddha en son temps Pyrrhon veut agir directement sur l'esprit de ses contemporains, y provoquer un éveil par son exemple et sa parole. A lire Diogène Laerce il aurait tenté quelque temps de promouvoir une sorte de contre-philosophie, renversant toutes les thèses en usage,  prônant... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 mai 2019

PERCEPTION HORS LANGAGE ?

  Par ma fenêtre ouverte je vois une myriade de feuilles délicates, d'un vert tendre, très doucement remuer sous la brise, dans le ciel bleu de printemps. Mais tout cela je le dis parce que je veux décrire, et pour décrire il faut des mots, lesquels vont inévitablement déchirer, morceler ce qui était d'abord une perception globale sans langage. C'était un moment de pur bonheur : je regardais, ou plus exactement, je voyais, quoi ? un tableau d'ensemble, une masse indistincte de formes et de couleurs, avant que par un fâcheux... [Lire la suite]

18 avril 2019

SAUVER la PENSEE

  Sauver la pensée... Chaque matin, ou presque, me revoilà tremblotant entre deux vertiges. La nuit n'est pas si loin, encore, que je n'en sente les arcanes ténébreuses, à demi effacées, mais laisssant derrière elles une brume de moiteur, où s'exténue quelque image de rêve. Suis-je éveillé, suis-je à demi mort, suis-je encore celui qui, hier, jetait des étincelles de pensée, comme échappées d'une corbeille inépuisable ? Et de l'autre côté, dans un espace incertain, quelques mots, venus on ne sait d'où, invitent à de nouvelles... [Lire la suite]
18 mars 2019

RIEN à TROUVER : éloge sophistique

  Je voudrais revenir sur ma formulation précédente : il n'y a rien à trouver. Elle se situe clairement dans le sillage des Sophistes, mais aussi de Démocrite et de Pyrrhon. Démocrite avait dit qu'il aimerait mieux trouver une relation causale certaine que d'être le roi des Perses. C'est que tout en cherchant une relation causale certaine il se découvre incapable d'en trouver. Et pourquoi cela ? Parce qu'il est impossible de savoir ce qu'est une chose en vérité, et partant ce que sont les relations entre les choses. "La vérité... [Lire la suite]
02 février 2019

La PASSION de l' IDENTITE

  Sur la question de l'identification la philosophie grecque hésite entre deux réponses possibles : la première, prenant acte que la plupart de nos identifications sont négatives et sources de tourment, invitent en effet à une désidentification (ne cherchez pas la réussite sociale, ne prenez modèle ni sur les tyrans ni sur les usuriers etc) et y opposent une autre identification, inventant bien avant Freud la catégorie de l'Idéal du moi. Voilà ce qu'il faut rechercher : la sagesse, l'intelligence, la simplicité, la ressemblance... [Lire la suite]
28 décembre 2018

L' ECOLE d' APHILOSOPHIE et le JARDIN

  Récemment mon fils me demande : "Si tu pouvais choisir librement, à quelle période de l'histoire aimerais-tu vivre ?" Assez sottement je réponds : "J'aurais beaucoup apprécié de voyager avec Anaxarque et Pyrrhon, lors de l'expédition d'Alexandre !" Diable, me suis-je dit aussitôt, quelle prétention ! A voir mon état présent, ma fatigue chronique, à soupeser ma décrépitude, à sentir les impératives nécessités du repos, le goût immodéré pour la sieste et la position horizontale, je ferais un bien pitoyable voyageur, et un... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,