27 mars 2019

BEAUTE du CLASSIQUE

  Un commentateur, au vu des poivronnades publiées ici, me fait savoir qu'il me considère comme un classique. La formule me va. Encore que ce terme puisse désigner un tour de pensée, ou d'écriture, quelque peu désuet, et qui sent la poussière, j'y vois plutôt une qualité de l'intelligence, une réserve de la sensibilité, le gôut de la mesure, l'amour de la beauté, de l'équilibre juste entre le haut et le bas, l'art de suggérer, de glisser délicatement à la surface des choses. Rares sont ceux, aussi bien dans l'art que dans la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

23 septembre 2018

De la DESTINEE : D'ARTAGNAN père et fils

  A quoi tient la destinée d'un homme ? Monsieur D'Artagnan père fait ses recommandations à son fils qui quitte le logis pour faire carrière dans le monde : "Soutenez dignement votre nom de gentilhomme, qui a été porté dignement par vos ancêtres depuis plus de cinq cents ans (...) C'est par son courage, entendez-vous bien, par son courage seul, qu'un gentilhomme fait son chemin aujourd'hui".(Alexandre Dumas, Les trois Mousquetaires, chap I) Une quarantaine d'années plus tard, D'Artagnan fils, devenu Capitaine des... [Lire la suite]
05 août 2017

Le CHANT des ORIGINES : Chant sixième : 4

                     4   J'ai fait un beau rêve cette nuit.Plutôt : un beau rêve m'est échu.Ne dites pas : je rêve, dites : Cela me rêve,Et cette nuit Cela a pris soin de moiPour m'inspirer belle pensée, féconde joie. Sur un seul piedTout du haut dresséCorps tendu, Tel Shivâ, dieu de vie dieu de mort,Et les bras dessinant une arche de lumièreRegard dans l'infiniJe chante... Je chante comme chante la sopranoJ'aurais aimé chanter comme les sopranosDe merveilleux airs de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 23:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
04 mai 2016

De la VERTU d'AMOUR

  Une des scènes les plus réussies, et il en est beauoup dans l'excellent "Amadeus" de Milosz Forman, met en présence l'empereur et Mozart, devant quelques courtisans amateurs de musique, tous inconditionnels de l'opéra italien. Mozart ricane : ces opéras italiens "chient du marbre", rien ne vaut un bel opéra allemand, qui ferait valoir les "vertus allemandes". - "Et quelles sont ces fameuses vertus allemandes ?" demande l'empereur. - " L'amour Sire, l'amour !". Je doute que l'amour soit une vertu et je ne dirai pas, comme... [Lire la suite]
17 décembre 2015

De la LIBERTE comme FRANCHISSEMENT

  La liberté résulte d'un fanchissement. Franchir c'est passer outre, dépasser un obstacle, s'affranchir d'une tutelle, gagner la franchise, terme dont le sens original est liberté. Dans le film "Amadeus" on voit le jeune Mozart piaffer d'impatience sous la férule de l'évèque de Salzbourg, qui lui passe commandes, le nourrit et le régente - en ce temps-là les musiciens étaient considérés comme des domestiques - jusqu'à ce jour béni où, tout soudain, Mozart se retourne, relève sa jaquette, exhibe son arrière-train aux yeux de... [Lire la suite]
21 août 2015

CHAP VII - DECONSTRUCTIONS 5 - De l'IDENTITE

                           CHAPITRE SEPT : DECONSTRUCTIONS 5 – De l'IDENTITE       TABLE 1 Homo Natura 2 Paradoxes de l'identité  3 Désidentification 4 L'Obsession d'être 5 Filet noir 6 Idiosyncrasie 7 Diogène d'Oenanda  8 Haro sur le chapon gris 9 Mozart          1 Homo natura       Je me flatte de ne porter aucune inscription, aucune... [Lire la suite]
28 janvier 2015

ECARTELEMENTS x - ALETHEIA (fin)

                              X                   ALETHEIA   A vous charognards Qui nous faites espérer quelque vie immortelle Ce petit mot : Le poète n’est pas un inspiré Illuminé Bonimenteur d’un dieu superlatif Comble-désir, cache-misère et supplétif. Les étoiles se taisent, le ciel est de l’azote ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:28 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
23 janvier 2013

MOZART !

    "Socrate, fais de la musique!" Moi aussi, cette nuit, j'ai entendu la parole du dieu de Delphes. Et dans l'ivresse je balançais les bras en tous sens pour marquer la mesure, dirigeant un orchestre imaginaire, comme je faisais gamin en écoutant la musique symphonique. C'était évidemment du Mozart, un concerto pour piano, et je chantais tout en faisant virevolter ma bagette de chef, tapant du pied et m'escrimant comme un diable. Ah Mozart, que je t'aime! Et c'est pitié que depuis de longues années je ne puisse plus me... [Lire la suite]
21 juin 2011

L'INDICIBLE de la SINGULARITE

Retour à la singularité. La singularité c'est du réel sans concept. Du réel dans la mesure exacte où existe un être dans le monde, qui a fait son apparition concrète (genesis), située dans l'espace et le temps, qui se développe selon sa propre logique interne (phusis), résiste aux agressions du dehors, un certain temps, puis décline et se désagrège. Tout ce qui est composé se décompose selon l'ordre du temps. A cela il n'est nulle exception. C'est la loi du réel. La singularité est une composition plus ou moins homogène,... [Lire la suite]