13 mai 2020

CHASSEZ LE NATUREL...Du pluralisme

  "Nature" c'est le natif, conformément à l'étymologie : nasci, naître, naissance, nature. Le grec classique procède de même : phuein, phusis. D'où l'idée nécessaire que le naturel c'est ce qui procède de la naissance, développement spontané des capacités natives. C'est chez Homère le caractère propre du héros qui est spontanément et totalement ce qu'il est, force d'affirmation de soi, sans ambages, sans culpabilité, alors même qu'il ruse, qu'il trompe, comme fait Ulysse l'industrieux. C'est de ce même mouvement qu'Homère... [Lire la suite]

12 mai 2020

MONTAIGNE : sur le suicide

  Le troisième chapitre du Livre deux des Essais est entièrement consacré à la question du suicide. Il est remarquable que cette notion ne figure pas dans le titre : "Coutume de l'île de Céa", comme si Montaigne voulait décourager un lecteur pressé d'aller y voir. Cette question du suicide fait l'objet, à son époque, d'une condamnation unanime, de source religieuse et politique : les suicidés sont exclus du sein de l'Eglise,  réprouvés comme des pestiférés. Seul Dieu peut reprendre ce qu'il a donné et c'est orgueil de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 novembre 2019

DU RAPPORT AU VIVANT : Montaigne

  Voici un texte d'une brûlante modernité : Il y a "un certain respect qui nous attache, et un général devoir d'humanité, non aux bêtes seulement, qui ont vie et sentiment, mais aux arbres mêmes et aux plantes. Nous devons la justice aux hommes, et la grâce et la bénignité (bienveillance) aux autres créatures qui en peuvent être capables. Il y a quelque commerce entre elles et nous, et quelque obligation mutuelle. Je ne crains point à dire la tendresse de ma nature si puérile que je ne puis pas bien refuser à mon chien la fête... [Lire la suite]
21 novembre 2019

VOYAGE aux ENFERS (3) : Montaigne

  Selon le contrat passé avec Hadès, le maître des Enfers, je ne puis converser qu'avec trois personnages, alors que j'eusse volontiers rencontré tant d'autres protagonistes : Héraclite, Démocrite, Epicure, Lucrèce, Schopenhauer. Mais voilà, il faudra transiger. Voici le beau gentilhomme gascon, amoureux des Muses, qui se flattait de n'être pas philosophe, ni homme de lettres, ni auteur, ni docte, ni poète, mais homme, simplement homme. J'étais élève de première, j'avais dix-sept ans : Montaigne fut pour moi un éblouissement.... [Lire la suite]
05 novembre 2019

IVRESSE NATURELLE : Dionysos écrivain

  Je voudrais dire du bien de l'ivresse, contre toute une tradition de tempérance rationnelle. C'est dans nos vies l'élément dionysiaque indispensable, sans lequel la vie n'est que langueur. Montaigne : "Je ne puis assurer mon objet. Il va trouble et chancelant, d'une ivresse naturelle. Je le prends en ce point, comme il est, en l'instant que je m'amuse à lui".  Il en va de la sorte dans l'écriture. On peut bien écrire le coeur froid et l'âme rassise, développer par méthode une longue suite de propositions ordonnées,... [Lire la suite]
04 juillet 2019

Du DANGER de l' ECRITURE : journal du 4 juillet 2019

  Il y a du danger dans l'écriture. Ramassant, disposant les mots selon l'humeur et le caprice, expérimentant une liberté sans frein, grisé par les fantaisies de l'imagination, les ouvertures infinies de la langue, il arrive qu'on oublie que ce ne sont que des mots. De la même manière, le temps d'un concert, on flotte dans les parages de l'infini, on pressent des univers de beauté et de félicité - on oublie que ce ne sont que des sons. L'instant d'après, dégrisé, on se retrouve tout penaud dans l'ordinaire. Rien n'a changé,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 février 2019

De l'INTELLIGENCE : Montaigne

  C'est quoi l'intelligence ? C'est un mot admirable qui évoque la clarté de la pensée capable de se hisser au dessus des contingences pour saisir les justes rapports. C'est d'ailleurs ce que nous enseigne l'étymologie : inter-legere : lire entre, lire entre les lignes, repérer, par de là l'apparence des choses ou du discours, une disposition inapparente, qui seule donne le sens, ou le faux sens. L'intelligence est cette faculté haute et exigeante qui fait que l'on ne s'en laisse pas compter, qu'on ne consent pas à la duperie et... [Lire la suite]
01 octobre 2018

SUSPENSION SCEPTIQUE

  "Les choses que les dogmatiques affirment avec fermeté dans leurs discours, en prétendant qu'ils les saisissent, à leur sujet nous suspendons notre jugement, en tant qu'elles sont non évidentes : nous ne connaissons que nos affects. En effet, le fait que nous voyons, nous l'accordons, et le fait que nous pensons ceci et cela nous le savons ; mais comment nous voyons, ou comment nous pensons, nous l'ignorons ; et que telle chose nous paraisse blanche, nous le disons sur le mode de la narration, mais sans affirmer fermement si... [Lire la suite]
31 août 2018

GELASSENHEIT : du laisser-être

  Il existe en allemand un mot qu'il est bien difficile de rendre en français, malheureusement, et qui possède une très riche signification : Gelassenheit, que l'on peut traduire par tranquillité, sérénité. Mais le terme, dans sa composition, implique l'idée d'un laisser (lassen), laisser loin de soi - soucis, préoccupations, passions - et surtout d'un se-laisser, d'un abandon confiant à quelque chose qui possède une suprême valeur. On encore d'un se-laisser aller, se-laisser être, ou vivre, selon sa complexion native et... [Lire la suite]
06 février 2018

La FICTION de l'ETRE

  Nietzsche : "Héraclite gardera éternellement raison en affirmant que l'être est une fiction vide de sens". Montaigne : "Pourquoi prenons-nous ce titre d'être, de cet instant qui n'est qu'une éloise (un éclair) dans le cours infini d'une nuit éternelle et une interruption si brève de notre perpétuelle et naturelle condition ?"