22 février 2017

De la SOUFFRANCE

  La souffrance est le fait de supporter. C'est la leçon de l'étymologie : subferre, porter sous. D'où subir. Et par extension : douloir. Malheureusement le verbe douloir (dol, douleur, deuil) est tombé en désuétude, si bien que je ne puis dire : je deuls, et je me rabats sur : je souffre. Ce qui entraîne la fâcheuse identification de la souffrance à la douleur. Pourtant la souffrance n'est pas forcément douleur. "Souffrez, Madame, que je vous baise la main!" - Bien des dames aimeraient volontiers que l'on leur parle ainsi ! ... [Lire la suite]

24 octobre 2016

CONTEMPLATION du TOUT : Marc-Aurèle et Lucrèce

  Marc-Aurèle : " Un immense champ libre s'ouvrira devant toi, car tu embrasses par la pensée la totalité de l'univers, tu parcours l'éternité de la durée, tu considères la rapide métamorphose de chaque chose individuelle, la brièveté du temps qui s'écoule de la naissance à la dissolution, l'infinité qui précéda la naissance, l'infinité qui suivra la dissolution". (IX, 32) C'est là un "exercice spiriruel" familier des stoïciens : élever le regard vers les cimes du cosmos, parcourir en pensée l'immensité de l'espace et du temps,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
03 octobre 2016

Du VIDE, et de l'univers

  Pour nommer le vide Lucrèce utilise tantôt "vacuum" tantôt "inane". Et fait il s'agit de deux formes différentes : l'un n'est qu'un vide intersticiel, tel qu'il existe entre les corps, et à l'intérieur des corps eux-mêmes, dans un système ouvert-fermé, cosmos local, ou univers local (tel notre univers issu du big bang). Inane désigne un vide cosmique, immensité séparant des univers constitués ou en voie de constitution ou de décomposition. Différence de degré plutôt que de nature, car au bout du compte il s'agit toujours du... [Lire la suite]
08 janvier 2016

La DEGRADATION et la VIE : LUCRECE

    La déclinaison, qui fait surgir les mondes, les êtres et les choses, va, selon sa nature, au déclin. Courbe naissante, courbe au zénith, courbe descendante, qui va rejoindre fatalement la grande cataracte, la pluie morne de la mort. La vie est une exception miraculeuse dans le grand équilibre de la mort éternelle. Il n' y a pas de retour : contrairement à la thèse stoïcienne, Socrate ne reviendra pas. Mais ailleurs, en des temps et des lieux inassignables, d'autres combinaisons, issues de la déclinaison, feront naître... [Lire la suite]
07 janvier 2016

AMOUR et MORT : Venus et Mars

       "Toi seule (Venus) accordes aux mortels le bonheur de la paix    Puisque le dieu des armes, maître des combats féroces,    Mars, vient souvent se réfugier sur ton sein,    Vaincu par la blessure éternelle d'amour.    Il y pose sa belle nuque, puis levant les yeux,    Avide, s'enivre d'amour à ta vue, Déesse,    Et ployé contre toi suspend son souffle à tes lèvres.    Lorsqu'il se reposera, enlacé à ton corps sacré,  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
06 janvier 2016

THEORIE des FLUX (2) - du corps comme illusion

  Qu'est ce qu'un corps ? Que ce soit un nuage, une rivière, une plante, un oiseau, une femme ? Je vois deux manières de répondre, complètement inverses l'un de l'autre, selon que vous vous placez dans la stabilité ou dans le flux.  La première consiste à définir le corps comme un ensemble plus ou moins organisé, structuré, harmonique, d'éléments assemblés, reliés entre eux par la puissance d'une forme. C'est ainsi par exemple que les Stoïciens disent que c'est la forme qui organise une matière inerte, "femelle", passive.... [Lire la suite]

05 janvier 2016

De la TURBULENCE : LUCRECE

  Turbè, turba : désordre, tumulte, confusion. Turbo : tourbillon, tournoiement, toupie. A partir de quoi nous avons turbulence, perturbation, turbantibus aequora ventis, "les vents qui font tourbillonner la surface des flots". Voici Lucrèce dans le texte (I, 271 et seq) :    "Le vent : il cingle la mer en rafales,    Coule les grands navires et chasse les nuées,    Parfois il court en trombe (turbine) à travers les plaines    Les jonche de grands arbres ou dévaste les hauteurs  ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
09 septembre 2015

EK-CHORESIS : politique de l'écart

  Installé aux portes d'Athènes, dans son modeste jardin philosophe, Epicure regarde tourner le monde. A vrai dire les turbulences politiques ne l'affectent pas beaucoup. Jeune, il a vu grandir Alexandre, lequel, après avoir conquis l'Asie, fut misérablement emporté par la fièvre. Depuis, ses généraux se disputent l'héritage : Athènes passe sous le commandement d'un tel puis d'un autre : plus ça change plus c'est la même chose, puisque les hommes sont les hommes, possédés des mêmes appétits sans cesse renouvelés. Rien à espérer,... [Lire la suite]
26 août 2015

De la FAILLE ... TABLE DES MATIERES

       DE LA FAILLE et DE LA VERITE                                                                                                    PHILOSOPHER dans le VORTEX         TABLE      Prélude CHAPITRE 1 : De... [Lire la suite]
22 août 2015

CHAP VI - DECONSTRUCTIONS 4 - De la JOUISSANCE

                          CHAPITRE 6 - DECONSTRUCTIONS 4 – De la JOUISSANCE       TABLE  1 Triade  2 Forme et Informe  3 Jouissance(s)  4 Tirésias  5 Un Désir demeuré désir  6 Fin du manque       1 Triade   De quoi jouit-on? Du fantasme. Avec quoi? Le corps. Jusqu'où? Aussi loin que l'on peut. Qu'est ce qui fait barrage? L'impossible - c'est à dire le réel. ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,