06 août 2018

Du REVE et du CAUCHEMAR

  J'ai relu avec intérêt, et un brin de nostalgie, deux chapîtres de "Ma vie" de Jung : "Confrontation avec l'inconscient", et "Visions". Je parle de nostalgie : voilà bien des années j'ai connu moi aussi certains élancements, certaines exaltations en décryptant mes rêves. Je croyais y trouver le nec plus ultra de la connaissance : au bout du chemin, je ne pouvais en douter,  je déboucherais infailliblement sur la révélation ultime, qui me livrerait le secret de mon existence, et de toute existence en général, la pierre... [Lire la suite]

03 août 2017

PUBLICATION PERSONNELLE : LE SYNDROME D'OSIRIS

L'HARMATTAN a mis en vente mon dernier ouvrage qui est dorénavant disponible chez les libraires de la ville ou par commande directe chez  L'Harmattan "LETTRES A MON ANALYSTE SUR LA DEPRESSION ET LA FIN D'ANALYSE : LE SYNDROME D'OSIRIS" Comme le titre le dit clairement c'est un  ouvrage psychanalytique qui présente des lettres reéllement envoyées à mon analyste pendant deux ans environ au plus fort d'une exploration méthodique de la structure inconsciente archaïque. En cela je crois qu'il se différencie nettement d'autres... [Lire la suite]
03 mars 2016

De la BISEXUALITE PSYCHIQUE

  Ce que je vais dire ici déplaira à beaucoup, surtout aux hommes. Il y a dans la virilité, quand elle se laisse aller à la vulgarité des instincts et des postures, une dimension de bêtise absolument stupéfiante. Cela s'observe en particulier dans certains attroupements qui ouvrent toutes grandes les vannes aux pulsions les plus primaires, grâce à une désinhibition collective du geste et de la parole. A vrai dire c'est plutôt le cri, le hurlement, l'invective, le juron qui prennent le relai de la parole civilisée, laquelle ne... [Lire la suite]
08 janvier 2013

JUNG et la PHILOSOPHIE ALLEMANDE

        Jung, horrfié par la "psychose" du nazisme, jette un regard retrospectif sur la philosophie allemande et croit y découvrir les symptômes précurseurs de la catastrophe. Il s'en prend violemment à Heidegger, qui, à l'époque se fourvoyait dans une coupable complaisance : " Le verbiage comique, la pauvreté et la banalité indicible de sa philosophie. C'est un névrosé, un fou." Puis, pour faire bonne mesure :" Hegel regorge de présomption et de vanité, Nietzsche ruisselle de sexualité profanée". Bref, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
23 mars 2012

Des QUATRE FIGURES de l'ANIMUS : JUNG

Décrivant les structures de l’Animus, Jung repère quatre figures principales, qui pourraient aussi bien correspondre à quatre stades de l’évolution psychique de l’individualité masculine. L’animus est le principe de l’inconscient chez la femme. Ce qui l’attire chez l’homme c’est précisément d’y retrouver une des quatre figures cardinales. Au sens strict l’animus relève de la psychologie féminine. Mais je pense que cette analyse permet également de décrire une évolution souhaitable pour l’homme lui-même, selon la formule de Goethe qui... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
28 décembre 2011

L'INFINI selon JUNG

"Te réfères-tu ou non à l'infini"? demande et se demande Jung. C'est, à mon sens, la vraie question de notre temps, et de tous les temps. Il s'avère simplement que cette référence allait de soi dans les cultures traditionnelles, alors qu'elle paraîtra saugrenue, "mystique" ou farfelue à la plupart de nos contemporains. Et pourtant, l'actualité est là qui nous somme de changer d'attitude, et de nous réformer. C'est en ce point que j'estime Jung plus moderne que Freud. La grandeur de Freud tient à sa position tragique. Il se sait,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:08 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 décembre 2010

De l' ANIMUS , chez la femme, et chez l'homme.

Jung avait, en tant qu'homme et thérapeute, découvert en lui-même cette Forme inconsciente, prégnante  et quasi irrésistible qu'il baptisa "Anima". Par souci d'équilibre il en vint, pour la femme, à poser un contraire apparenté, qu'il appella "Animus". L'animus séduit la femme, dans un mélange de fascination et de crainte. Cela donne certaines passions amoureuses fort ambiguës. Je pense à la relation qu'entretint Hannah Harendt avec Heidegger, et plus près de notre  sujet, Sabrina Spielrein avec Jung.... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 décembre 2010

De la BISEXUALITE : un devenir-femme?

Sur une photographie très ancienne  on peut voir le celébrissime Cochise, ce redoutable guerrier Apache  qui résista, le fusil à la main, pendant dix interminables années à l'armée des Yankeees qui le poursuivait sans trêve à travers les montagnes arides et pelées de l'Arizona, du Nouveau Mexique et du Colorado, pour le contraindre enfin, à moitié mort de faim et de soif, à se rendre, invaincu, magnifique jusque dans la déréliction, et à finir sa vie dans une réserve. Le vieil homme est assis, cramponné à sa Winshester... [Lire la suite]
10 septembre 2010

EXALTATION de l' APEIRON

De quelque manière que l'on veuille bien s'y prendre, c'est de l'Apeiron qu'il faut partir, avec cette conscience aiguisée que l'Apeiron n'est pas un début - ni une fin - mais l'éternité insondable des processus de toute nature. L'apeiron est a-chronologique, an-historique, échappant de fait à tout effort de conceptualisation. En toute rigueur, de l'Apeiron il n' y a rien à dire. Il faut et il suffit de le poser comme un X originaire, ou mieux encore, comme un A, (A-peiron), présidant merveilleusement à tous les A privatifs que la... [Lire la suite]
30 décembre 2009

Du COUP de FOUDRE

Qu'est ce qu'un coup de foudre? C'est d'abord un coup, et l'on ne prend pas garde, en général, à cette occurrence. Coup de pied, coup de lune, coup de blues, coup de barre...un coup avant toute autre chose, qui suspend la temporalité, qui étonne, bouleverse, renverse, frappe et tétanise, électrise, plonge dans la stupeur, coupe en deux, ravit, étonne et émerveille. Et puis voici la foudre, coup de foudre, à croire que Zeus en personne a lancé le feu du ciel, ou Apollon qui de ses traits perfides nous aurait stupéfié, ou Eros, ou... [Lire la suite]