18 avril 2013

De l'ORIGINALITE en PHILOSOPHIE

    J'en suis à cet âge paradoxal où le sujet se découvre infiniment vulnérable, mort à demi, et plus vivant que jamais de se savoir mortel. C'est l'âge de Montaigne, je veux dire ce moment de l'exceptionnelle lucidité, où il juge souverainement de soi et de tout, où il peut déclarer sans rire : "je ne suis pas philosophe", alors qu'il atteint la pointe extrême de l'acuité philosophique. Si ses premiers Essais n'étaient que d'emprunt le voilà enfin maître de sa matière et de sa forme, n'hésitant plus à se mettre en scène,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 juin 2010

CE QUE VIVENT LES ROSES

"Et rose elle a vécu ce que vivent les roses             L'espace d'un matin" (Malherbe) Ce que vivent les roses, qu'en pouvons nous savoir? Et pourtant cette connaissance nous serait fort utile, bien plus que tant de savoirs qui nous encombrent... Depuis ce matin je suis hanté par ces deux vers de Malherbe, entre agacemant et allégresse. Je n'apprécie plus guère la musique, de ce qu'elle me colle à la mémoire, comme le shwinggom du Capitaine Haddock dans "Vol 714 pour... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
03 janvier 2010

MYTHOS : du sens originaire de la Vérité

On aurait grand tort de négliger le MYTHOS, cette forme dite archaïque de pensée, telle qu'elle nous est accessible dans les textes d'Homère, d'Hésiode ou de Sappho, chez qui résonne encore la voix des anciennes paroles divines, et dans la tragédie, toute pétrie de récits mythiques. Il est trop facile de sourire de ces constructions mentales irrationnelles, embrouillées et répétitives en quoi se délectaient les hommes de l'âge de bronze. La tradition philosophique oppose résolument LOGOS à MYTHOS, et prétend de Logos seul tirer... [Lire la suite]
31 juillet 2009

OEDIPE, héros de la CONNAISSANCE IMPOSSIBLE

L'effroyable est en moi, tout au fond, qui m'afflige et me tire Incessamment vers le séjour funeste du dieu mort Où roule la voix éructée d'une impensable absence Je me détourne, je fuis, je cours les allées de  la ville Mais le détour encore, et l'évasion me ramènent, m'enchaînent La roue tourne toujours, et je tourne, et je tourne avec elle Sans comprendre jamais l' énigme dont les termes m'obsèdent Et qui emportera mon âme inapaisée dans les flots du Tartare. NOTE : ce n'est pas là une traduction... [Lire la suite]