25 août 2015

CHAP II - De l' ETONNEMENT

                                       CHAPITRE DEUX : DE L'ETONNEMENT      TABLE   1 Pathographie 2 La Source 3 Aporie 4 Immédiateté 5 Immanence             1 Pathographie     Il est de bon ton, depuis Aristote, de déclarer que l'origine de la philosophie c'est l'étonnement. "Thaumazein " : s'étonner, admirer. Ce qui éblouissait Aristote,... [Lire la suite]

02 septembre 2014

La PSYCHOSE HEIDEGGER

                                                                                         Chaque fois que j'entreprends la lecture d'un essai de Heidegger, je fais la même expérience pénible. J'aborde l'ouvrage de front, plein de bonne volonté, décidé à mettre de côté toute prénotion et prévention, pour lire le... [Lire la suite]
08 janvier 2013

JUNG et la PHILOSOPHIE ALLEMANDE

        Jung, horrfié par la "psychose" du nazisme, jette un regard retrospectif sur la philosophie allemande et croit y découvrir les symptômes précurseurs de la catastrophe. Il s'en prend violemment à Heidegger, qui, à l'époque se fourvoyait dans une coupable complaisance : " Le verbiage comique, la pauvreté et la banalité indicible de sa philosophie. C'est un névrosé, un fou." Puis, pour faire bonne mesure :" Hegel regorge de présomption et de vanité, Nietzsche ruisselle de sexualité profanée". Bref, la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:18 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,
20 août 2012

Du "IL Y A": HEIDEGGER ET BOUDDHA

      On me demande parfois : « Mais pourquoi diable écrivez-vous au lieu de vous estoubir plaisamment dans les facilités de la retraite ? » Que dire ? Je n’en connais nullement les raisons qui se perdent dans les abysses d’une causalité impénétrable. Mais je connais les effets. Entre autre chose : l’écrit libère la pensée, dans l’acte d’écrire lui-même, en ce qu’il établit de manière sûre les occurrences et les résultats, et pour la suite. Ce qui est fait n’est plus à faire, on retrouve... [Lire la suite]
16 août 2012

HEIDEGGER expose HERACLITE : le sophon (4)

        Je voudrais, pour la joie du lecteur, faire connaître ce passage de Heidegger dans « Qu’est ce que c’est la philosophie », conférence de 1956, qui m’a particulièrement séduit. A cet effet, ne sachant si ce texte a été traduit en français, je livre ici ma traduction personnelle. Le texte est exceptionnellement clair et pédagogique, tout en faisant briller quelque chose de cette inimitable perfection du grec, et d’Héraclite au premier chef. Cette page devrait faire la félicité de tout amant de... [Lire la suite]
15 août 2012

De l' EXPERIENCE de l' ETRE : HEIDEGGER (3)

          Nous sommes inévitablement immergés dans la présence omni-englobante de l’étant. Tout un chacun s’affaire, se préoccupe, pense, agit dans la sphère commune, déterminée par les représentations communes, dans l’espace mental de notre modernité. Cet agir est perçu comme légitime, voire nécessaire selon les valeurs en usage. Mais c’est aussi une forme subtile d’aliénation : on prend pour vrai ce qui est posé comme tel par la communauté sans s’inquiéter outre mesure des fondements, des raisons,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 13:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
14 août 2012

De l 'ETRE selon HEIDEGGER (2)

            « Esti gar einai » : car il y a de l’être ; ou : car être est  - et ne peut pas ne pas être. Cette formule de Parménide résonne  comme une énigme du fond de notre Antiquité, et donne indéfiniment à moudre et à gloser. Mais, dans la perspective ouverte par Heidegger on peut entendre par être soit l’être de l’étant, soit l’Etre comme tel. J’avoue, en mes années d’apprentissage, avoir manqué de jugement et cru qu’il s’agissait tout bonnement de l’étant, et... [Lire la suite]
13 août 2012

De l' ETRE selon HEIDEGGER

          Je me suis mis en quête, depuis quelque temps, de la lecture que fait Heidegger de ce qu’il appelle l’Etre, et je sombre par moments dans des abysses de perplexité. La notion en elle-même me semble suspecte, tant je me suis mis en demeure de pourchasser en tous lieux la représentation, sous toutes ses formes, désireux par dessus tout d’évacuer tout ce qui dans l’esprit peut faire barrage à l’expérience directe, hors signification, hors langage, hors image et pensée, - du réel. Réintroduire la... [Lire la suite]
11 mars 2011

LETHE et A-LETHEIA : de la vérité de l'oubli

Lèthè : fleuve des Enfers. Lèthè : l'oubli, de lanthanô : demeurer caché. Le régime de "lèthè" c'est d'être hors de la vue, retiré en quelque demeure obscure, à l'abri. "Vis caché" proclamait Epicure, par souci de conservation et de sûreté. Reste à penser le rapoort énigmatique entre l'oubli et les eaux du fleuve des Enfers. Et en conséquence le statut d'Alètheia, la vérité. Lèthè, le fleuve des enfers sépare le monde des vivants du monde des morts, désigné comme demeure de l'Oubli. Les mortels, à l'exception peut-être des héros et... [Lire la suite]