07 septembre 2011

DESIR de GRECE

Voilà plusieurs années que je ne me suis rendu en Grèce, le pays de mon amour...Ce que j'entends dire tous ces temps-ci sur ce pays des dieux me remplit de tristesse et de nostalgie. Bientôt on n'y rencontrera plus que des Allemands et des Chinois, acquéreurs à bas prix de ce qu'il reste de la déconfiture historique. Mais laissons cela. Il restera toujours, on peut l'espérer, le sourire innombrable des flots, la pure surface de lumière scintillante, vibrante, les bocages consacrés aux Muses, si du moins la négligence des autorités ne... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mai 2011

Du SENTIMENT de la NATURE

  Siffle martinet! Mon cœur éclate de joie Au si joli mai Quand tu viens faucher le ciel De tes ailes de soleil! Certaines cultures, essentiellement monothéistes, placent l’homme au centre de la création. Je n’approuve pas cette prétention, je ne partage pas cette idiosyncrasie qui nous mène à la ruine. Je me sens infiniment proche de ceux, plus anciens et plus modestes,qui se référaient spontanément à la vasteté du ciel et à l’immensité de la terre, et qui, dans cet espace ouvert, se contentaient de planter leurs... [Lire la suite]
17 avril 2011

LE SECRET D' EPICURE (édition)

Chers amis, je publie sur une dizaine de jours ce petit opuscule jubilatoire pour votre plaisir et le mien. Puisse-t-il vous apporter quelque consolation en cette période d'incertitude et témoigner de l' indéracinable possibilité de vie. Plus que jamais sagesse et amitié sont nécessaires pour conserver en nos coeurs dignité et vaillance! Je rêve souvent d'une métaphilosophie actuelle, absolument moderne, et qui, inspirée par les grands antiques, saurait renouveler notre pensée et la porter à la hauteur où eux-mêmes ont su ... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 10:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,
28 mars 2011

De la MORT d'EMPEDOCLE (7)

"J'étais hier sur les hauteurs de l'Etna. Alors me revint le souvenir du grand Sicilien qui, las de compter les heures, uni à l'âme du monde, dans une fervente joie de vivre se précipita dans les flammes souveraines". Paroles d'un poète à l'adresse d'un poète. Et qui, mieux qu'un poète, peut rendre compte de cette mystérieuse union de la vie la plus haute avec la plus sublime mort?  Hölderlin reprend le thème esquissé dans son "Hypérion" (le seul roman qu'il ait écrit) dans une ode :           ... [Lire la suite]
08 mars 2011

ALETHEIA : du MASQUE et de la DANSE

A-lèthès : vrai, sincère, franc, véridique, véritable. Dans cette acception le "A" est privatif : non caché, non voilé, non trompeur. Il semblerait bien que la notion originale d'Alètheia, comme l'a soupçonné Heidegger, soit d'essence privative : la vérité se pense et se dit comme une abstention, face à un premier mouvement de dissimulation. Voilà qui en dit long sur notre supposée tendance innée à la véracité. Mais dans le monde de la pensée grecque "alètheia" se dit dans un rapport de l'homme au dieu. Le dieu, comme la nature, "aime... [Lire la suite]
12 novembre 2010

Le FEU du CIEL : HÖLDERLIN HERACLITEEN

"A présent ils boivent le Feu céleste Les fils de la terre sans danger. Mais il nous appartient, sous les orages du dieu Poètes, de nous tenir tête nue, De saisir, en main propre, l'éclair du père, lui même, Enveloppé dans le chant, De tendre au peuple l'offrande céleste".          (Hölderlin : "Comme aux jours de fête, extrait, traduction personnelle)                C'est dans ces termes énigmatiques, dans les années... [Lire la suite]

10 septembre 2010

EXALTATION de l' APEIRON

De quelque manière que l'on veuille bien s'y prendre, c'est de l'Apeiron qu'il faut partir, avec cette conscience aiguisée que l'Apeiron n'est pas un début - ni une fin - mais l'éternité insondable des processus de toute nature. L'apeiron est a-chronologique, an-historique, échappant de fait à tout effort de conceptualisation. En toute rigueur, de l'Apeiron il n' y a rien à dire. Il faut et il suffit de le poser comme un X originaire, ou mieux encore, comme un A, (A-peiron), présidant merveilleusement à tous les A privatifs que la... [Lire la suite]
22 avril 2010

SINGULARITE et IDIOSYNCRASIE

Idios : qui appartient en propre à quelqu'un ou à quelque chose. Qui a un caractère ou une nature à soi -  d'où : séparé, distinct, particulier. Idiotès : propriété ou nature particulière. Idiosyncrasie : Terme de médecine. Disposition qui fait que chaque individu ressent d'une façon qui lui est propre les influences des divers agents. Ainsi - bonne nouvelle - nous sommes tous, peu ou prou, des idiots! Mais dans un sens bien différent de ce qui se dit, et fort positivement! Idiots du monde entier, donnons-nous la main! ... [Lire la suite]
29 janvier 2010

KHAOS et LOGOS : la parole de vérité

Le langage me traverse de toutes parts. Je me sens parfois devenir mot, signe, symbole, phrase musicale, ou fragment d'un poème en suspens. Je ne sais pas d'où cela me vient. Cela se met à chanter, résonne, s'amplifie et me tire vers je ne sais quelle absurde galipette mentale, d'où émergent des mots sans suite, et parfois de fulgurantes saillies. "Pensées nous viennent, pensées nous quittent" disait, je crois Pascal, étonné de la liberté, de la facétie incontrôlable des pensées. Montaigne aussi parle de ses farcissures, des... [Lire la suite]
26 janvier 2010

LA LUMIERE PHILOSOPHIQUE

"Que tous les sites sacrés de la terre soient assemblés autour d'un site, et la lumière philosophique autour de ma fenêtre, voilà maintenant ma joie". C'est dans ces termes énigmatiques, et singulièrement expressifs que Hölderlin exprime la condition de son nouveau bonheur. "Tous les sites sacrés" : entendons les innombrables sites où souffle le vent, où croît la végétation, où courent les rivières, où paissent les vaches et les chevaux, où les cimes des montagnes élèvent la pensée vers l'Illimité. Où la perception... [Lire la suite]