23 janvier 2017

SAMOS : fantaisie

  Je me sens d'humeur hellénique ce matin. A vrai dire cela m'arrive souvent, et si je devais me décider enfin pour un voyage en avion - comment faire autrement - c'est encore dans ce beau pays que j'irais le plus volontiers, quelque part dans une île bercée de soleil. En fait je balance entre deux destinations : d'un côté j'aimerais retourner quelques jours en Alsace pour revoir mon pays d'origine, sans doute pour la dernière fois, vu mon âge, et de l'autre tout me tire du côté de la Méditerranée, la "mère" suave de notre... [Lire la suite]

25 juin 2016

FORME et ESPRIT : poème

                  FORME et ESPRIT      Tout est intime, repose tendrement en soi,    Avant qu'il ne sépare de soi, et fende    Toutes les formes, le Maître du temps.      Prétentieux, tu voudrais face à face,    L'âme, la voir en ton miroir, et tu tombes    Dans le cratère, et sombres dans les flammes.   Ce poème est une tentative de constituer un poème moderne à partir de quelques fragments de Hölderlin,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
25 août 2015

CHAP I - De l'Ouvert - (De la faille et de la vérité)

                                                        CHAPITRE UN : L’OUVERT     TABLE   I Position 2 Analyse structurale, 3 «Viens dans l'Ouvert, ami!» 4 La Traversée 5 Solitude             1 Position       L’ouvert est ce qui s’ouvre dans un espace sans qualités préconçues dans l’au-delà de la... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
11 août 2015

INTERLUDE III

                                      UN DIEU LA-BAS...     On imagine assez bien la scène.  Le menuisier Zimmer, qui a recueilli Hölderlin depuis six ans dans sa maison au bord du Neckar, montre au poète le dessin d'un temple grec qu'il a exécuté en l'honneur de son hôte, sachant sa passion indéfectible pour la Grèce antique. Hölderlin : "Faites le en bois!". Zimmer : "Je dois gagner mon pain, je n'ai pas la chance... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 04:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
01 août 2015

POSTLUDE - FIN de l'ovrage

                                                                                                                POSTLUDE : La Lumière et l'Orage       Le soleil donne sur les arbres. Le ciel est clair, avec cette petite aigreur matutinale... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 01:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
02 avril 2015

OEDIPE à COLONE (III) - le temps, la vieillesse, la mort

    C'est à Kolônos (Colone), aux portes d'Athènes, que naquit Sophocle en -495. C'est ici que mourra Oedipe, dans la pièce du même nom. Sophocle écrit cette pièce, semble-t-il, peu avant sa propre mort, en -405. La pièce ne sera donnée en public qu'en -401. Il est permis de considérer "Oedipe à Colone" comme un testament littéraire et philosophique, un ultime message  : un vieil homme, à la veille de la mort, dépeint les ultimes actes et pensées d'un autre vieil homme qui s'engage résolument au delà "des portes... [Lire la suite]

17 mars 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (21) - LE LIEU RESTANT : HOLDERLIN

    Je vous propose un poème de Hölderlin qui thématise le "pauvre lieu" restant. Traduction personnelle, au plus près du texte original :                                  LE COIN de HARDT                   Vers le bas penche la forêt,                 Et pareils aux bourgeons, pendent                 En dedans... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 07:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
24 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (2)

  UN DIEU LA BAS…HOLDERLIN   On imagine assez bien la scène.  Le menuisier Zimmer, qui a recueilli Hölderlin depuis six ans dans sa maison au bord du Neckar, montre au poète le dessin d'un temple grec qu'il a exécuté en l'honneur de son hôte, sachant sa passion indéfectible pour la Grèce antique. Hölderlin : "Faites- le en bois!". Zimmer : "Je dois gagner mon pain, je n'ai pas la chance de vivre en philosophe comme vous!". Hölderlin : "Ah je suis tout de même un pauvre homme!". Là-dessus, il écrit d'un jet le... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 février 2015

ESSAIS de POETOLOGIE (i)

   ESSAIS DE POETOLOGIE.       HÖLDERLIN   De la vieillesse de Hölderlin   Après deux années de grande agitation ponctuée de formidables crises d'angoisse, de rage et de désespoir, accusé à tort de comploter contre le prince, emprisonné et roué de coups, traîné de force dans une espèce de clinique de fous, soumis à un traitement absurde et dégradant, puis libéré, avec la certitude de la condamnation médicale, sans famille, sans amis, sans lecteur, le poète, épuisé de malheurs et de... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 16:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
16 janvier 2015

VIVRE POETIQUEMENT

    A quoi reconnaît-on un poète ? A rien. C'est d'autant plus frustrant que l'imaginaire collectif croit disposer de critères évidents : le poète serait un rêveur perdu dans la contemplation des nuages, un original, un décalé, un excentrique vivant de rosée, chevauchant le vent, ou un errant, un voyageur de l'idéal, chevalier de l'impossible. Paul Valéry, parlant de La Fontaine, rend hommage au travail du poète, qui est d'abord un artisan, un "oeuvrier" de la langue, et qui, s'il est bien visité parfois par les dieux,... [Lire la suite]
Posté par GUY KARL à 11:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,